Crise Covid: à la maison… on craque!

Dernière mise à jour 09/02/21 | Article
Illustré_Covid_maison_craque
Avis aux familles au bord de l’implosion, aux adolescents rongeant leur frein et aux jeunes adultes coupés dans leur élan de vivre enfin leur vie: oui, notre santé mentale est mise à rude épreuve et il est normal de saturer. Et la conjoncture n’aide pas. Aux affres du Covid qui n’en finit pas s’ajoute la saison hivernale. Cela peut sembler anodin et pourtant…

Le chiffre

41,2 %

C’est le pourcentage de Suisses qui qualifiaient, en janvier, leur moral de «mauvais», soit­ près du double des 21,8 % en mars 2020, selon un nouveau sondage de la SSR.

«Pour certains, c’est une période terne propice à une dépression saisonnière bien réelle, rappelle la Dre Camille Nemitz Piguet, psychiatre et cheffe de clinique scientifique à l’Université de Genève et aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). En cette année de pandémie, le malaise est décuplé et frappe le plus grand nombre.» Mais si nos quotidiens tendent à se résumer en trois concepts, «boulot/études, dodo et masque sur le museau», la Dre Anne-Emmanuelle Ambresin, médecin cheffe de la Division interdisciplinaire de santé des adolescents du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) alerte: «Il est temps de sortir de l’état de sidération dans lequel nous a plongés le virus et de ramener de la vie dans nos vies. L’urgence est vitale, pour notre santé mentale à tous et en particulier pour les jeunes qui, sur fond d’une anxiété croissante, sont en train de sacrifier des années clés de leur construction personnelle, psychique et sociale.» Or aujourd’hui, c’est en grande partie en famille que se jouent ces défis. Quelques pistes à explorer.

Redéfinir l’identité familiale

Puisqu’il est impossible de changer la situation actuelle, l’enjeu est de parvenir à l’accepter, et même à en tirer le meilleur. «C’est un fait, depuis plusieurs mois, nous sommes entourés de contraintes faisant de notre foyer le cœur de nos vies, résume la Dre Nemitz Piguet. Selon notre situation de vie, cela n’est pas idéal, notamment pour les adolescents coupés dans un élan qui les pousserait plus volontiers vers l’extérieur.» Mais la famille est là et joue même un rôle central. Une piste: miser sur la créativité, tant pour alléger le quotidien que pour resserrer les liens. Jeux de plateau ou vidéos ensemble, rituels familiaux, élaboration de projets insolites ou encore conseils de famille ludiques pour désamorcer les crises ou repenser l’organisation du quotidien… toutes les idées sont bonnes à prendre!

Maintenir des rythmes

«En bousculant nos habitudes, horaires et lieux de travail, ou de cours, le Covid a complètement désorganisé nos quotidiens, souligne la Dre Ambresin. Si certains en ont ressenti un certain soulagement au début de la crise, beaucoup rapportent aujourd’hui des problèmes de sommeil, une anxiété diffuse et l’absence délétère de frontière entre vie personnelle et professionnelle.» La clé? Préserver autant que possible un rythme quotidien, au travers notamment de repas partagés en famille (sans écran) et d’une claire séparation entre travail, vie de famille et temps pour soi. Le télétravail peut constituer un casse-tête en présence de jeunes enfants. Pour s’en sortir, un savant mélange de clarté, patience et compensation est essentiel. D’abord, le message: «Quand Papa/Maman a ses écouteurs et parle à son ordinateur, c’est qu’il/elle travaille et qu’il ne faut pas déranger.» Ensuite, la patience, parce qu’il y aura des ratés, c’est sûr. Et la compensation: «Ma journée de travail est finie, oui je viens jouer avec toi.»

Anxieux·se, moi?  

Noyée dans le flot du quotidien ou dissimulée sous une chape de plomb, l’anxiété sait se faire entendre de multiples façons. Zoom sur quelques manifestations caractéristiques qui, lorsqu’elles perdurent, justifient une consultation médicale.

Sommeil perturbé

Sensible aux états d’anxiété, le sommeil en est l’un des premiers indicateurs. Deux troubles fréquents: difficultés d’endormissement et réveils nocturnes intempestifs.

Douleurs inexpliquées

Elles concernent le plus souvent la tête, le cou, le dos chez les adultes, ou le ventre chez les enfants et les adolescents.

Atteintes dermatologiques

Si elles peuvent être multiples, une des plus fréquentes est l’eczéma, chez les adultes comme chez les plus jeunes.

Humeur chahutée

Accès de colère, irritabilité, mais également comportements à risques ou isolement chez les adolescents et habitudes inhabituelles chez les enfants (anxiété de séparation, apparition de tocs, etc.).

Manifestations cardiaques

Très réactif au stress, le cœur peut réagir par des symptômes tels que palpitations, peine à respirer ou encore sensation d’oppression.

Prendre le dessus sur les écrans

Pour travailler, se distraire, faire ses courses, garder un contact avec les proches: ils sont là, en permanence. Et c’est chez les adolescents que la tendance est la plus inquiétante: «En consultation, au moins 70 % d’entre eux nous rapportent une augmentation du temps passé sur les écrans, explique la Dre Ambresin. Si on demande l’avis des parents, c’est plutôt 100 %.» Pourquoi est-ce un problème? En raison de troubles du sommeil, décrochage scolaire, fatigue, irritabilité, etc. «Bien sûr, les circonstances sont inédites et il faut lâcher du lest. Mais pas trop, alerte la pédiatre. Le rôle des parents est essentiel et un garde-fou s’impose: l’hygiène de vie.» Et d’ajouter: «Les chiffres actuels indiquent que le confinement a induit une augmentation de l’obésité de 11 % en quelques mois chez les adolescents. Pour beaucoup, le trio sédentarité, malbouffe et manque de vie sociale commence à faire de vrais ravages en termes de santé physique et psychique.» Alors assouplir les règles, oui, mais sans faire l’impasse sur l’activité physique, des repas sains et des loisirs agréables, sans écran.

Protéger les enfants

Si la vie à l’école permet de garder un semblant de normalité, les plus jeunes ne sont pas épargnés par la morosité ambiante et l’anxiété qui parfois mine les adultes qui les entourent. Et pourtant ces mêmes adultes – parents en tête – ont un rôle clé à conserver: celui de les protéger. «L’idée n’est pas de taire ce qui se passe, mais d’atténuer une réalité trop brute, réagit la Dre Piguet. L’important est le dialogue, avec des mots adaptés à l’âge de l’enfant, et une écoute de qualité pour répondre aux questions que l’enfant se pose.» Autre conseil: ne pas laisser la télévision et son flot d’informations anxiogènes allumés en continu. «Cette attitude vaut déjà en temps normal, mais là, elle s’impose pour protéger les enfants et soi-même. Être informé, bien sûr, mais sans se laisser inonder.»

Parler d’avenir

«Nous ne sommes pas doués pour faire face à l’incertitude, rappelle la Dre Nemitz Piguet. Alors si nous n’avons pas de prise réelle sur certains facteurs directement liés à la crise sanitaire, cela n’empêche pas de se projeter dans l’avenir de façon positive.» Et selon notre vie, nos envies, les pistes sont multiples : préparer un changement de voie professionnelle, planifier un voyage en famille, par exemple. L’attention aux adolescents est là aussi essentielle: «La situation actuelle sape leurs perspectives, leur possibilité de penser à leur avenir. Souvent, elle se traduit pour par une démotivation pour l’école et finalement pour tout, alerte la Dre Ambresin. Une parenthèse d’une année dans la vie d’un jeune, c’est énorme. Face à un adolescent que l’on sent éteint, à nous, adultes, d’agir avec bienveillance pour le sortir de cette torpeur et l’aider à redonner du sens à sa vie.» La solution passe aussi – voire surtout – par une réouverture vers l’extérieur. «La peur a fermé nos portes, constate la pédiatre. La prudence reste de mise, mais il faut retrouver un semblant de vie sociale. Se voir, échanger, est essentiel.» Nous sommes et restons des animaux sociaux, qu’on ait 7, 17 ou 97 ans, que le Covid soit présent ou pas.

Trouver des ressources intérieures

Évidemment, la période n’est pas propice à l’initiation au rugby ou à la natation synchronisée. Mais elle l’est pour se familiariser avec des techniques de relaxation, comme la méditation de pleine conscience. «La situation stressante que nous traversons nous contraint à trouver des ressources en nous-mêmes, à développer nos propres outils, note la Dre Piguet. De nombreuses applications et vidéos en ligne peuvent servir de supports et sont suffisamment variées pour s’adapter aux besoins de chacun. La méditation de pleine conscience vise à lâcher prise, vivre le moment présent, calmer le flot des pensées. Elle peut être un outil apaisant pour un adolescent en proie à l’insomnie ou pour un enfant agité.» A essayer sans forcer, par petites touches, et à alterner pourquoi pas avec d’autres activités visant ce même but d’apaisement. Certains adopteront la méditation, d’autres la peinture ou l’écoute de la musique classique…

Saupoudrer le tout d’indulgence

Que ce soit vis-à-vis de soi-même, de son enfant un peu trop «demandeur», de son adolescent bougon (au mieux), l’indulgence est de mise. «On a le droit d’être négatif et de craquer parfois, insiste la Dre Piguet. Pouvoir, au sein de la famille, se le dire, est essentiel.» Et quand la bienveillance peut être réciproque, les nuages passent, les uns devenant les soutiens des autres, à tour de rôle. Une vision idéale certes, mais qui peut se cultiver, s’apprendre. «Et quand une situation familiale ou personnelle s’envenime, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, auprès de son médecin traitant, d’une hotline dédiée ou d’associations de parents par exemple», conclut l’experte. 

Place aux traitements

Lorsque l’anxiété ne vous lâche plus, qu’elle siège au cœur de votre ventre, de votre tête ou de votre poitrine, il faut la soigner. Les solutions dépendent des besoins de chacun.

«Si l’angoisse persiste, qu’elle occasionne une grande souffrance et s’accompagne d’autres symptômes (troubles du sommeil, perte d’élan et d’espoir, tristesse, isolement social), il est recommandé de s’adresser à un professionnel de la santé (médecin généraliste, psychiatre) pour être orienté vers le traitement qui correspond le mieux à vos besoins», note Séverine Bessero, psychologue-psychothérapeute à la Consultation psychothérapeutique pour familles et couples aux HUG. Mais quels sont ces traitements? La psychothérapie est le plus répandue. Elle est pratiquée par un psychiatre ou un psychologue. «Le psychothérapeute évalue avec le patient son niveau d’anxiété, ses compétences d’adaptation, ses ressources, parfois cachées, et les stratégies pour aller mieux», poursuit la spécialiste.

Il existe plusieurs approches dont les trois principales – reconnues par l’assurance de base ou les complémentaires – sont la psychothérapie cognitivo-comportementale, la systémique, et la psychodynamique. Selon la problématique, une psychothérapie peut se faire sous différentes configurations: individuelle, en groupe, en couple, en famille. Parfois, quelques séances seulement suffisent. Au vu de la situation sanitaire, de nombreux psychothérapeutes proposent des consultations par visioconférence.

Lorsque la psychothérapie seule ne suffit pas, par exemple lorsque le niveau d’anxiété est trop élevé ou que son impact perturbe trop la vie quotidienne, la prise de médicament peut s’avérer nécessaire. Par exemple, des anxiolytiques ou des antidépresseurs. Des traitements alternatifs (et plus légers) existent aussi. Plusieurs remèdes à base de plantes (passiflore, mélisse, orange amère, etc.) ont montré leur efficacité pour calmer l’anxiété. Quant au CBD (ou cannabidiol), il pourrait également apporter un mieux-être.

Parmi les approches alternatives non médicamenteuses, les techniques de relaxation, l’hypnose, ainsi que la méditation de pleine conscience – pour autant qu’elle soit pratiquée régulièrement – ont clairement des effets bénéfiques sur l’anxiété. Des cours collectifs (actuellement par visioconférence) sont proposés un peu partout, tandis qu’il existe une variété d’applications capables d’offrir un accompagnement individuel. Les thérapies corporelles sont une autre voie possible, en complément (ou non) d’une psychothérapie. La réflexologie, la sophrologie, le yoga, voire la physiothérapie (massages notamment) peuvent en effet aider à soulager l’anxiété.

Enfin, les moyens les plus simples sont parfois les plus importants. «Le maintien voire le renforcement des liens familiaux offre un soutien précieux et augmente grandement la capacité à faire face à l’anxiété générée par la pandémie», conclut la psychologue.

Témoignage : «Un état d’anxiété effroyable et inédit dans ma vie»

Après des mois « Covid » à miser sur la plus grande prudence, Louise*, 32 ans et une joie de vivre à toute épreuve, a touché du doigt son pire cauchemar : imaginer ses proches malades et en être responsable.

«Enfin, nous y étions, à ces fêtes de Noël tant attendues pour lesquelles mon copain et moi nous étions privés de quasi-tout contact extérieur pendant trois mois, de peur d’être infectés par le Covid et de contaminer nos proches. Le moment venu, tout le monde a été raisonnable, savourant simplement la joie de se retrouver. Un jour est passé et un grain de sable est venu semer le trouble. Il ne s’agissait pourtant que d’un simple toussotement, mais il m’a précipitée dans un état d’anxiété effroyable et inédit dans ma vie. C’est mon corps qui a parlé le premier: je me suis réveillée en pleine nuit, le cœur battant la chamade. Je me suis rendormie, mais toutes les heures, cet état de panique s’est reproduit. Cela a duré une semaine. Je ne dormais plus et mon esprit tournait en boucle: et si j’avais attrapé le Covid et contaminé toute ma famille? Mon pire cauchemar se profilait. Je voyais bien que cette toux était minime, mais je n’avais plus le contrôle de mes pensées. Seule la méditation me calmait quelques minutes, puis les ruminations anxieuses reprenaient. Ce qui y a mis un terme? Un test négatif et surtout une parole de mon copain. Alors que j’étais prise de sanglots, il m’a dit que cela faisait sûrement des mois que je gardais tout ça en moi. Le déclic a été immédiat. Comme dans un film, j’ai revu tous ces moments où je m’étais effectivement interdit de pleurer, d’avoir peur: les allocutions officielles, les statistiques toujours plus inquiétantes, les annonces de personnes malades ou décédées autour de moi. Je ne sais pas combien de temps j’ai pleuré. Aujourd’hui? Je reste vigilante, consciente que cela peut recommencer. Et quand je sens des larmes monter à cause de cette crise terrible, je les accepte.»

* Prénom d’emprunt

______

Paru dans L’Illustré le 03/02/2021.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
P21-02_surfer_vagues_covid-19

Surfer sur les vagues du Covid-19

Le coronavirus continue d’inquiéter, nous oblige à changer nos habitudes, à remettre à plus tard certains projets, quand il ne nous confronte pas directement à la maladie et à la mort. Les plus jeunes sont particulièrement concernés. Les conseils de deux spécialistes pour garder le moral dans ce contexte.
Illustre_surcharge_mentale_pandémie

Surcharge mentale en temps de pandémie

Avec le télétravail, on fait tout en même temps et ce n’est pas bon pour notre cerveau. C’est prouvé, la situation actuelle a un impact sur notre mémoire. À cela s’ajoute la surdigitalisation, face à laquelle nous sommes mal équipés. Conseils et témoignages pour ne pas oublier notre vie.
PS40_grossesse_covid_droits_employée

Grossesse et Covid, quels droits pour l’employée enceinte?

Des études récentes ont amené les spécialistes en gynécologie et obstétrique en Suisse à considérer les femmes enceintes comme faisant partie des personnes vulnérables au Covid-19. L’employeur doit-il mettre en place des mesures particulières pour les protéger? Éléments de réponse.
Videos sur le meme sujet

Des capteurs de CO2 contre le coronavirus

La Task Force scientifique de la Confédération suisse recommande l'utilisation de capteurs de CO2 à l'intérieur des bâtiments, en particulier dans les salles de classe, pour lutter contre le coronavirus.

Le covid chez les enfants

Depuis le début de la pandémie, les connaissances concernant le Covid chez les enfants ont beaucoup évolué.

Covid-long: quand les symptômes persistent

Chez la plupart des personnes infectées par le Covid-19, les symptômes disparaissent en une dizaine de jours.