Repenser Alzheimer

Dernière mise à jour 16/04/13 | Article
Repenser Alzheimer
Considérer Alzheimer comme une maladie épidémique, c’est nier la complexité et les nuances du vieillissement cérébral. Pour le psychologue Martial Van der Linden, les difficultés cognitives des personnes âgées ont des causes bien plus variées et complexes.

Ne plus considérer Alzheimer et les autres atteintes neurodégénératives comme des maladies spécifiques, mais les intégrer dans le cadre plus large du vieillissement cérébral. Le professeur en psychologie clinique aux Universités de Genève et de Liège, Martial Van der Linden en a fait son combat. Avec le docteur Anne-Claude Juillerat Van der Linden, il a traduit Le mythe de la maladie d’Alzheimer des chercheurs américains Peter Whitehouse et Daniel George et tient un blog qui propose «une autre manière de penser le vieillissement cérébral»[1]. Pour ces deux spécialistes de la mémoire et de ses dysfonctionnements, la baisse des capacités cognitives survenant avec l’âge est plutôt influencée par de nombreux facteurs intervenant tout au long de la vie, et non par la seule présence des anomalies cérébrales couramment reconnues comme étant la cause de la maladie d’Alzheimer.

Principale pierre d’achoppement dans les critères traditionnels de la maladie d’Alzheimer: la difficulté d’établir un lien de causalité entre une atteinte cérébrale spécifique et les déficits cognitifs. Car si la présence de deux sortes d’anomalies dans des aires précises du cerveau est couramment définie comme étant la cause de la maladie, celles-ci se retrouvent aussi chez des personnes n’ayant développé aucun signe de démence sénile. Par ailleurs, lors d’autopsies de personnes ayant été diagnostiquées Alzheimer de leur vivant, on constate fréquemment plusieurs autres lésions dans les tissus cérébraux. De nombreuses explications à la maladie coexistent, faisant appel à des mécanismes différents, sans qu’aucune d’entre elle ne soit soutenue de façon convaincante par les données empiriques. Enfin, il n’existe pas de médicament ayant une réelle efficacité sur l’autonomie et la qualité de vie des patients ayant reçu le diagnostic d’Alzheimer.

Distinguer l’anormal du normal

Il n’existe pas d’entité spécifique, homogène, pouvant être définie comme la maladie d’Alzheimer. C’est au contraire un état complexe et hétérogène, avec de très grandes différences entre les personnes, tant dans la nature des difficultés cognitives que dans leur évolution. Ces différences entre les individus semblent dépendre de facteurs aussi variés que le niveau d’éducation, le statut socio-économique, le stress, une enfance défavorisée, des problèmes psychiatriques, l’activité physique et bien d’autres. Divers déficits cognitifs coexistent en outre chez les personnes âgées diagnostiquées Alzheimer. Et ce bien souvent hors du cadre des troubles de la mémoire, considérés comme le principal symptôme de la maladie. Devant tant de variables, il est bien souvent impossible de distinguer la maladie d’autres types de démences séniles.

Dès lors, pourquoi présenter Alzheimer comme une maladie épidémique contre laquelle il faut se battre et qu’il faut vaincre à tout prix? Et comment est-on passé d’une maladie rare, affectant essentiellement les personnes dans la cinquantaine, à une maladie pandémique identifiée sur la base de symptômes spécifiques? Cette manière de présenter les aspects problématiques du vieillissement du cerveau a été guidée par deux motivations principales. Face aux problèmes liés à l’accroissement de l’espérance de vie, il s’agit de financer la recherche. Or il est plus facile de convaincre quelqu’un de donner de l’argent pour lutter contre une maladie abominable que pour de simples difficultés liées au vieillissement. Par ailleurs, décrire l’usure des fonctions cérébrales en identifiant différentes maladies, dont celle d’Alzheimer, c’est entretenir l’illusion qu’il est possible de vaincre le vieillissement.

Dédramatiser et démédicaliser

Ce changement de perception des manifestations du vieillissement cérébral devrait permettre de modifier la façon dont sont diagnostiquées les personnes âgées, et donc d’éviter de les enfermer dans des maladies apocalyptiques. Il faut favoriser les interventions psychologiques et sociales, y compris dans les EMS, ainsi que la prévention visant à retarder les aspects problématiques du vieillissement cérébral ou à en diminuer les effets. Il s’agit également de laisser au médicament la place que la personne âgée souhaite lui donner, après qu’elle ait été correctement informée des mérites réels de la substance, de ses possibles effets secondaires et des alternatives psychologiques et sociales.

Référence

Adapté de «Le mythe de la maladie d’Alzheimer», par Pr M. Van der Linden, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève. InRevue médicale suisse 2013; 9: 244-5, en collaboration avec les auteurs.

[1]http://mythe-alzheimer.over-blog.com

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
Grippe
Se protéger du rhume des autres

Se protéger du rhume des autres

Quelles distances garder avec les personnes enrhumées? Que faire si l’on vous éternue dessus? Est-ce...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
demeces_loisirs_essentiels

Démences: pourquoi les loisirs sont essentiels

Musique, danse, rythmique mais aussi art: ces activités contribuent au bien-être des personnes atteintes de démences.
alzheimer_progres_importants

Alzheimer: «Il n’y a pas de raison qu’on ne fasse pas des progrès importants»

La recherche se concentre sur la compréhension de cette pathologie, l’amélioration du diagnostic et tente de trouver des pistes de traitements. Les explications de Jean-François Démonet, directeur du Centre Leenaards de la mémoire du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
declin_memoire_vieillissement

«Le déclin de la mémoire est le reflet du vieillissement»

Limiter le processus normal du vieillissement de la mémoire est possible. Interview de Martial Van der Linden, professeur de psychologie clinique à l’Université de Genève.
Videos sur le meme sujet

Dans la tête d'une personne souffrant de TOC, d'hyperactivité ou d'Alzheimer

La réalité virtuelle permet dorénavant de "se mettre" dans la tête d'une personne souffrant du Trouble obsessionnel-compulsif (TOC), d'hyperactivité ou de la maladie d’Alzheimer.

Microbiote et Alzheimer

Le microbiote fait beaucoup parler de lui dans la recherche et il ne se passe pas un jour sans qu'une nouvelle fonction ne soit attribuée à ces milliards de bactéries qui habitent notre intestin.

Gros plan sur les démences vasculaires

Dans environs deux-tiers de démences séniles, la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée.
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire