Le temps, ennemi de ma mémoire?

Dernière mise à jour 27/08/14 | Article
Le temps, ennemi de ma mémoire?
Quand les pertes de mémoire s’accumulent avec le temps, impossible de ne pas s’inquiéter. Jeunes ou moins jeunes, il nous est arrivé à tous d’oublier un jour un rendez-vous. Pourtant il est vrai que, comme le corps, le cerveau vieillit, affectant au passage les capacités de mémorisation.

Ce vieillissement peut-être physiologique et aller de pair avec celui du corps, ou pathologique, lié à une maladie. Selon le Dr Allali, chef de clinique en neurologie aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), ce qui vieillit n’est pas tant la mémoire mais les fonctions exécutives, à savoir le «chef d’entreprise» de notre cerveau. Un ralentissement qui pourra donc affecter chacune des étapes de la mémorisation (voir notre galerie «Comment se fabriquent nos souvenirs»).

Ce ralentissement touchera notamment les capacités d’attention et de concentration. Là où un cerveau jeune sera capable de traiter plusieurs informations en même temps et avec rapidité, un cerveau moins jeune aura davantage de difficulté à se concentrer sur plus d’une information à la fois. D’où l’importance d’être attentif au moment de la phase d’encodage. Seront également affectées les perceptions sensorielles, l’ouïe, l’odorat, le toucher, et donc la manière dont on enregistrera les données. Avec l’âge, l’information reçue mettra également un peu plus de temps à être traitée. Un délai parfois suffisant pour laisser le temps à cette information de disparaître sans avoir été enregistrée.

Finalement, le vieillissement s’accompagne de son lot de changements, pas toujours faciles à gérer pour la personne qui les subit. La retraite, la redéfinition des rôles, les changements subis par le corps, tout ceci peut peser sur le moral. Or l’état émotionnel influence fortement la capacité à se concentrer et donc à intégrer de nouvelles informations. D’où l’importance de rester également attentif à son état psychologique.

Malheureusement, nous ne sommes pas tous égaux face au vieillissement. Mais comme le rappelle le Dr Allali, nos gènes ne sont pas forcément les seuls en cause. Le niveau d’éducation joue un rôle important. Plus l’on aura appris de choses dans sa vie, et donc créé de nouvelles connexions, mieux l’on sera armé face à l’âge. La bonne nouvelle étant que cette faculté à créer de nouvelles connexions existe tout au long de la vie et qu’il n’est donc jamais trop tard pour apprendre et faire travailler son cerveau!

Quelques chiffres

  • 61% des plus de 65 ans disent avoir quotidiennement des petites pertes de mémoire, telles qu’oublier un prénom, ne pas se souvenir de l'endroit où l'on a mis ses clés, etc.
  • On estime que 8% des plus de 65 ans et 30% des plus de 90 ans sont atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence.
  • Aujourd'hui, la Suisse compte 110 000 personnes atteintes de démence.

__________

Source: les chiffres relatifs à la maladie d’Alzheimer sont issus du site de l’association Alzheimer suisse qui fournit de nombreuses informations et adresses sur la maladie et ce qui l’entoure. www.alz.ch/fr

Articles sur le meme sujet
LMD_musique_vieillissement_cerveau

La musique ralentit le vieillissement du cerveau

Moins de déclin cognitif, mémoire renforcée, audition plus performante et meilleure habileté manuelle font partie des avantages constatés chez des seniors qui se sont mis à la pratique musicale. Explications.
LMD_diagnostiquer_alzheimer_signes

Diagnostiquer la maladie Alzheimer bien avant les premiers signes

Une simple prise de sang devrait bientôt permettre de prédire cette maladie qui affecte le cerveau et la mémoire. Une bonne nouvelle selon les spécialistes, même si aucun traitement curatif n’existe pour le moment. Explications.
PS49_itw_Gilles_Allali

«La gérontophobie ambiante mine la prise en charge des maladies neurodégénératives»

Favoriser l’accès des personnes âgées atteintes de troubles cognitifs naissants aux traitements non pharmacologiques ayant prouvé leurs bienfaits: tel est l’objectif du programme désormais transcantonal CareMENS*, initié par le Centre Leenaards de la mémoire du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) dès 2020. Rencontre avec son directeur, le neurologue Gilles Allali, qui milite au quotidien contre une fatalité nuisant encore trop souvent aux soins.
Videos sur le meme sujet

Les 15 facteurs qui augmentent le risque de démence précoce

Une étude épidémiologique sortie dans la revue JAMA Neurology (26.12.23) a suivi 350'000 personnes de moins de 65 ans pendant 10 ans pour déterminer les causes dʹune possible démence précoce.

Lien entre sommeil et démence

Une étude récente dans la revue JAMA révèle un lien entre le sommeil profond et le risque de démence, notamment l'Alzheimer.

Des infections virales à un jeune âge favoriseraient le développement de la maladie dʹAlzheimer

Les infections virales tôt dans la vie seraient-elles en lien avec la maladie dʹAlzheimer, la plus fréquente des pathologies neurodégénératives?
Maladies sur le meme sujet
maladie d'alzheimer: deux personnes se tiennent la main

Maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une dégénérescence du cerveau qui atteint surtout les personnes âgées, et qui a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne.

Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire