Allergies: quand la peau réagit aux plantes

Dernière mise à jour 01/07/13 | Article
Les plantes dont il faut se méfier
Les plantes sont responsables de nombreuses allergies. Non seulement parce que leurs pollens peuvent provoquer des rhumes de foins, mais aussi parce qu’il suffit parfois de les toucher pour que la peau réagisse.

Epines de roses, orties, cactus. On en a tous fait l’expérience: il suffit de toucher ces plantes pour souffrir de démangeaisons ou d’autres réactions cutanées parfois plus violentes. Il s’agit de ce que l’on nomme les «dermatites irritantes mécaniques». Mais d’autres végétaux (ou les mêmes) renferment des substances toxiques qui peuvent, elles aussi, irriter la peau et provoquer des «dermatites irritantes chimiques», voire être responsables de véritables réactions allergiques.

Sur les quelque 500 000 espèces végétales répertoriées dans le monde, «environ 10 000 peuvent être à l’origine d’une dermatite de contact», constate François Spertini, médecin-chef au service d’immunologie et d’allergie du CHUV. La première fois qu’ils apparaissent, les symptômes se déclarent cinq à sept jours après que l’on ait touché la plante, mais lors des contacts ultérieurs, deux ou trois jours suffisent à les déclencher. Les zones de la peau qui ont côtoyé le végétal peuvent alors se couvrir, selon les cas, de tâches colorées, de boutons ou de bulles.

Du chrysanthème à l’oignon

Le chrysanthème, la tulipe, le lys et la primevère sont les plantes domestiques le plus fréquemment à l’origine des allergies de la peau. Quant à l’ail et l’oignon, ils causent aussi souvent des réactions au bout des doigts. Autant dire que ce problème affecte tout particulièrement les fleuristes, les jardiniers, les horticulteurs, mais aussi les cuisiniers, et même les professionnels travaillant les bois, tropicaux notamment, dont les poussières provoquent des allergies cutanées.

Mais nul n’est épargné. Ni les personnes qui taillent régulièrement leurs baies d’if, ni les promeneurs qui, lors de leur randonnée dans les prairies des Alpes ou des Préalpes, cueillent les fleurs blanches de la berce du Caucase. «La plante fraîche peut provoquer un érythème (rougeur) de la peau et même des vésicules très douloureuses après exposition au soleil», souligne Kurt Hostettmann, professeur honoraire de pharmacognosie et phytochimie aux universités de Lausanne et de Genève. Il faut aussi se méfier des plantes de la famille des euphorbes, comme l’étoile de Noël qui orne nos appartements et dont «le latex est très toxique pour la peau», d’après le professeur.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bv_qfs_allergies_oculaires

Allergies oculaires: suivez le guide

Que faire en cas d’allergies oculaires?
PS38B_SOS_allergie_bêtes

SOS: allergie à nos amies les bêtes

Nous sommes nombreux à développer des allergies aux animaux à poils, que ce soit dans le cadre de notre foyer ou de notre travail. Comment détecter et traiter l’allergie sans forcément se séparer de notre animal de compagnie? Le point.
Illustré_mystère_allergies_alimentaires

Allergies alimentaires : six questions pour en prendre la mesure

Liées en grande partie à la nutrition moderne, les allergies alimentaires sont en nette augmentation. Avec des conséquences sociales souvent très handicapantes. Pourquoi est-il important de ne pas les minimiser ? Le point en 6 questions avec le professeur François Spertini, médecin agréé au service d’immunologie et d’allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Videos sur le meme sujet

Pollution, asthme et allergies

Le dérèglement climatique a des conséquences très concrètes sur nos bronches et nos poumons.

Pollution : SOS asthme et allergies

Respirer est l’acte le plus nécessaire à la vie.

Le diagnostic des allergies aux noix remis en cause

Être allergique à un type de noix, n'impliquerait pas forcément une allergie à tous les autres types de noix, aux cacahuètes ou encore aux graines de sésame.
Symptômes sur le meme sujet

Rougeur

J’ai une ou des taches rouges / des rougeurs sur la peau