Allergies: vivre (quand même) avec des animaux?

Dernière mise à jour 25/07/17 | Article
allergies_vivre_animaux
Les animaux à poils sont une cause majeure de manifestations allergiques. L’idéal est de renoncer à en accueillir chez soi ou de s’en séparer. Une solution radicale qui, dans les faits, est rarement acceptée.

Plus tenaces que les poils d’animaux, c’est difficile! Il faut savoir qu’un an après le départ de l’animal, les allergènes subsistent partout. Résultat: comme le patient reste exposé, l’amélioration de ses symptômes n’est pas rapide. On peut accélérer le processus en remplaçant entièrement la literie et particulièrement les matelas, connus pour héberger quantités d’allergènes.

Offrir un animal à un enfant déjà allergique est donc une mauvaise idée. Même s’il est allergique «seulement» aux pollens ou aux acariens, le risque qu’il se sensibilise aux poils d’animaux n’est pas négligeable.

Jamais sans mon chat...

Les allergologues rencontrent tous les jours des personnes très allergiques à leur animal familier, mais qui ne peuvent se résoudre à s’en séparer. Quitte à se gaver de médicaments jour et nuit ou à subir des crises d’asthme sévères, la séparation n’est, pour eux, tout simplement pas envisageable. Pourtant, pour une personne asthmatique, garder chez elle, envers et contre tout, un chat ou un lapin auquel elle est allergique, n’est pas sans risques. Ses symptômes vont non seulement persister, mais s’aggraver progressivement.

Malheureusement pour les amoureux des animaux, remplacer Kitty par Milou n’est pas forcément un bon calcul. S’il est vrai que tous les allergiques au chat ne le sont pas obligatoirement au chien, et réciproquement, ils gardent un terrain à risque. En clair, ils se sensibiliseront facilement à d’autres poils d’animaux.

Règles de cohabitation

  • Si vous caressez votre chat, ne vous touchez surtout pas les yeux ensuite.
  • Bannissez-le systématiquement des chambres à coucher. A chaque visite, il sème derrière lui des poils très tenaces.
  • L’idéal est de garder l’animal dehors (jardin, balcon).
  • Lui donner un bain par semaine semble réduire la quantité d’allergènes larguée dans l’environnement.
  • Demandez à un membre de la famille non allergique de le brosser régulièrement dehors.
  • Mettez coussins et autres tissus d’ameublement dans des fourres en plastique. Inesthétique mais efficace, cette mesure permet de limiter la quantité de poils dans la maison.
  • Choisissez du parquet pour vos sols plutôt que des tapis ou moquettes, difficiles à nettoyer.

_________

Extrait de:

J’ai envie de comprendre… Les allergies, de Suzy Soumaille, en collaboration avec Philippe Eigenmann, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
BV_yeux_animaux

Le monde vu par nos amies les bêtes

Comment les animaux voient-ils le monde? En voilà une bonne question! Christine Watté, vétérinaire ophtalmologue au Tierspital de Berne, et Jean-Marc Matter, ancien professeur en biologie moléculaire à l’Université de Genève, tentent de percer le mystère…
PS38B_SOS_allergie_bêtes

SOS: allergie à nos amies les bêtes

Nous sommes nombreux à développer des allergies aux animaux à poils, que ce soit dans le cadre de notre foyer ou de notre travail. Comment détecter et traiter l’allergie sans forcément se séparer de notre animal de compagnie? Le point.
Illustré_mystère_allergies_alimentaires

Allergies alimentaires : six questions pour en prendre la mesure

Liées en grande partie à la nutrition moderne, les allergies alimentaires sont en nette augmentation. Avec des conséquences sociales souvent très handicapantes. Pourquoi est-il important de ne pas les minimiser ? Le point en 6 questions avec le professeur François Spertini, médecin agréé au service d’immunologie et d’allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Videos sur le meme sujet

Des micro-chenilles sur notre peau

Anne Baecher évoque un minuscule animal assez méconnu.

Acariens, ces compagnons du quotidien

Omniprésents sur les matelas, les tapis ou encore les rideaux, les acariens sont des arachnides microscopiques, invisibles à l'œil nu, qui se délectent des cellules mortes de la peau.

Le diagnostic des allergies aux noix remis en cause

Être allergique à un type de noix, n'impliquerait pas forcément une allergie à tous les autres types de noix, aux cacahuètes ou encore aux graines de sésame.
Symptômes sur le meme sujet

Rougeur

J’ai une ou des taches rouges / des rougeurs sur la peau