Qu’est-ce qu’une compulsion alimentaire émotionnelle?

Dernière mise à jour 13/02/12 | Article
Adolescente mangeant en regardant la TV
Les troubles du comportement alimentaire les plus connus sont l’anorexie mentale et la boulimie. Cependant, il existe de nombreux comportements anormaux plus modérés, qui passent souvent inaperçus et peuvent mener à une prise de poids importante. Comme les compulsions alimentaires émotionnelles.

Si un adolescent s’ennuie, il est seul à la maison, souffre de solitude, ne sait pas trop quoi faire, ressent un mal-être général, une sensation floue de malaise, regarde la télévision toute la journée pour oublier la réalité, pour se plonger dans un monde imaginaire qui l’aide à supporter sa réalité et… mange. Il mange sans faim (des aliments sucrés, puis salés et re-sucrés), très rapidement, en se sentant coupable, mais juste pour ressentir un petit soulagement, un petit plaisir dans sa vie vide d’amour, pour remplir un moment ce vide intérieur et cette angoisse de l’avenir, du présent.

Les compulsions alimentaires sévères

L’adolescent se sent mal dans sa peau et ressent un besoin irrépressible de manger ses aliments préférés. Il va ingérer, hors repas, une quantité impressionnante d’aliments en un temps record ; cela va l’apaiser pour un moment. Il ressent un certain plaisir, mais aucune sensation de faim, ni de satiété.

Tout ce processus dépend de l’émotionnel, lié à un mal-être général et flou, un vide intérieur  angoissant.  Son comportement lui échappe: il s’agit bien d’un trouble.

Lorsque ces crises sont importantes et fréquentes, elles vont le mener à une souffrance psychologique et à un surpoids indéniable.

Trois facteurs principaux peuvent être à l’origine des mécanismes des compulsions alimentaires: un régime amaigrissant trop restrictif, le regard de l’autre ou un manque de confiance en soi.

La restriction  alimentaire sévère à laquelle on se soumet pendant un régime est souvent aussi responsable de l’apparition de compulsions.  En effet, plus un aliment qu’on aime devient tabou et plus on en a envie. Or, il est rare que l’on puisse s’en passer à long terme. Et c’est à ce moment qu’apparaissent les compulsions, envies irrémédiables  de l’aliment ou du plat interdit. On entre alors dans le cercle vicieux de la restriction et de l’échappement. A un certain stade, l’envie de manger cet aliment est si forte que l’interdiction de le manger renforce la frustration, la sensation de faim et l’angoisse. Plus on se rapproche  du moment où l’on va craquer et plus le sentiment de dévalori- sation et d’échec sera grand. Après la compulsion, le sentiment de culpabilité est à son comble. Le risque est alors de supprimer le repas suivant ou de développer une restriction sévère renforçant encore le cercle vicieux.

Référence

Extrait de «Alimentation et surpoids à l’adolescence, Manuel de prévention et ateliers pratiques»,  Dr Dominique Durrer et Yves Schutz, Médecine et Hygiène, 2010.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
L’alimentation, une question sensible à l’adolescence

L’alimentation, une question sensible à l’adolescence

Depuis 10 ans, on constate qu’un nombre grandissant de jeunes souffrent de troubles du comportement alimentaire. Quels sont-ils et pourquoi apparaissent-ils à cette période de la vie? Le point avec la Dresse Françoise Narring, responsable de l’Unité santé jeunes aux Hôpitaux universitaires de Genève.
L’addiction à la nourriture

L’addiction à la nourriture

Bien que non officiellement reconnue, l’addiction à la nourriture est fréquemment évoquée dans la prise en charge des patients obèses. Cette notion relie la consommation de certains aliments à une conduite addictive, comme celles pouvant être provoquées par les drogues ou les jeux d’argent.
Le «binge eating», manger de manière compulsive

Le «binge eating», manger de manière compulsive

Ce trouble du comportement alimentaire qui conduit à manger beaucoup, vite et de manière incontrôlée entraîne souvent de l’obésité. Un médicament destiné à lutter contre ce syndrome a récemment été autorisé aux Etats-Unis. Mais il y a de très faibles chances pour qu’il soit admis en Suisse.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.