L’addiction à la nourriture

Dernière mise à jour 17/12/15 | Article
L’addiction à la nourriture
Bien que non officiellement reconnue, l’addiction à la nourriture est fréquemment évoquée dans la prise en charge des patients obèses. Cette notion relie la consommation de certains aliments à une conduite addictive, comme celles pouvant être provoquées par les drogues ou les jeux d’argent.

Les patients souffrant d’un problème de poids se qualifient souvent eux-mêmes comme étant addicts à la nourriture ou à certains aliments. Ce terme, bien que non reconnu scientifiquement, est couramment utilisé dans la littérature portant sur la perte de poids.

Théorie de l’addiction alimentaire

Si l’on parle d’addiction à la nourriture, c’est que chez certains sujets, la prise d’aliments, de nutriments ou d’additifs activerait les mêmes circuits neurobiologiques que ceux impliqués dans d’autres addictions. Cela expliquerait la difficulté à changer de comportement alimentaire. Cependant, il ne faut pas confondre l’addiction avec d’autres troubles alimentaires, comme les crises de boulimie par exemple. Dans ce cas, la personne ingurgite en un temps limité des quantités très importantes de nourriture, généralement grasse et sucrée, à l’abri des regards. Elle est ensuite confrontée à un sentiment de gêne, de culpabilité et de honte au point de se faire vomir pour se soulager.

L’addiction alimentaire ne doit pas non plus être confondue avec l’hyperphagie boulimique. Celle-ci ressemble à la boulimie mais ne comprend pas de vomissements. C’est pourquoi les sujets qui en sont atteints présentent un surpoids ou une obésité, contrairement à ceux faisant des crises de boulimie seules. Les scientifiques relient néanmoins les deux pathologies, présentant l’addiction à la nourriture comme un sous-type sévère de l’hyperphagie boulimique.

Explication neurobiologique

Le concept d’addiction à la nourriture s’appuie sur des constatations neurobiologiques mettant en évidence des similarités entre les processus de prise alimentaire et les comportements addictifs. Ces découvertes ont permis de poser l’hypothèse que certains aliments (notamment ceux riches en sucre et/ou en graisses) pourraient créer une addiction à la nourriture. Plusieurs circuits neurobiologiques impliqués dans l’alimentation et les conduites addictives ont été étudiés par les scientifiques:

  • Le circuit de la récompense, dont le neurotransmetteur est la dopamine. Celle-ci est davantage secrétée dans le sang lorsque l’aliment est riche et bon. Le sentiment de récompense est alors d’autant plus ressenti.
  • Le circuit des endorphines. Ces molécules sont produites par le cerveau lorsque l’on absorbe une drogue, des sucres ou des graisses. En se liant aux récepteurs opioïdes, les endorphines induisent un sentiment de plaisir. Sentiment ressenti aussi bien après une prise de substance psychoactive qu’après une consommation d’aliments gras ou sucrés. Des traitements à base par exemple de naltrexone, une molécule antagoniste des endorphines, permettent de soigner les patients concernés.

D’autres molécules, comme la sérotonine et le glutamate, ont été étudiées. Il a ainsi été démontré qu’un taux élevé de sérotonine entraîne une réduction de la fréquence et de l’intensité des crises d’hyperphagie boulimique. Le glutamate améliorerait également le taux de survenue de ce type de crises.

Mesure de l’addiction

En plus de l’effet addictif, les scientifiques ont constaté que les patients atteints d’addiction à la nourriture avaient besoin, comme dans le cas d’une addiction aux drogues, d’augmenter les «doses» de nourriture pour obtenir les mêmes effets. Des signes de sevrage avec symptômes anxieux sont également apparus chez des patients suivant un régime pauvre en sucre. Des chercheurs de l’Université de Yale aux Etats-Unis ont souhaité mesurer l’addiction à la nourriture de patients concernés par cette pathologie en leur soumettant un questionnaire comportant 25 items relatifs à leur comportement vis-à-vis de la nourriture. Une méta-analyse des résultats montre que 20% des sujets soumis au test présentent une addiction à la nourriture.

L’addiction alimentaire semble donc vraiment exister. Reste à la définir pour que le diagnostic soit reconnu. Pour cela, les processus comportementaux en jeu dans ce type d’addiction doivent désormais être étudiés, en cherchant à établir quel est l’impact sur le sujet concerné.

––––––––––––

Référence

Adapté de «L’addiction à la nourriture», Drs Loïc Locatelli et Jorge Cesar Correia, Pr Alain Golay. Service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques. Centre collaborateur de l’OMS. Département de médecine communautaire de premiers recours et des urgences HUG et Université de Genève. In Revue Médicale Suisse 2015:11:695-700, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Reflux gastro-œsophagien
toux_agissait_reflux

Toux: et s'il s'agissait d'un reflux?

Connu pour causer remontées acides et douleurs, le reflux gastro-œsophagien est également responsable...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_vaincre_troubles_alimentaires

Vaincre les troubles alimentaires

A la tête du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SPEA) des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) depuis octobre 2017, la Pre Nadia Micali est une experte reconnue au niveau international des troubles de l’alimentation et du comportement alimentaire. L’occasion de nous parler de ces problèmes qui touchent 10% des enfants et un quart des adolescents.
Manger ou boire, pourquoi choisir?

Alcoolorexie, une nouvelle tendance inquiétante

On appelle cela l’alcoolorexie: se priver de manger pour boire de l’alcool sans grossir ou pour devenir saoul plus vite. Un comportement à risques qui touche plutôt les femmes. Mise au point.
Buffet

Frénésie et grignotage: attention, troubles émotionnels

Les troubles du comportement alimentaire les plus connus sont l’anorexie et la boulimie. Cependant au rayon des compulsions alimentaires émotionnelles, il existe de nombreux comportements anormaux plus modérés, qui passent souvent inaperçus et peuvent mener à une prise de poids importante. Par exemple le grignotage frénétique.
Videos sur le meme sujet

Le pica ou le besoin irrépressible de consommer des substances non comestibles

Bastien Confino s'intéresse à une maladie peu connue, assez rare, mais très impressionnante: la maladie de Pica.

Des aérosols pour lutter contre le cancer

Stéphane Délétroz sʹintéresse à un nouveau traitement très prometteur des cancers situés dans la région de l'abdomen.

Manger à sʹen rendre malade

Le trouble dʹaccès hyperphagiques est classé comme une maladie psychiatrique depuis 2013.