Traitement de l’obésité: quel programme d'activité physique?

Dernière mise à jour 21/06/16 | Article
obesite_activite
La prise en charge d’un patient souffrant d’obésité implique forcément une perte de poids. Pour atteindre cet objectif, il est indispensable de proposer un programme d’exercices physiques qui soit adapté à chaque situation.

Malgré sa volonté de perdre du poids, le patient souffrant d’obésité est parfois vite découragé car les résultats sur la balance tardent à se manifester et les exercices proposés ne sont souvent pas adéquats. C’est pourquoi certains établissements, comme par exemple le Centre métabolique de l’Hôpital intercantonal de la Broye, proposent une prise en charge individualisée des personnes souffrant d’obésité. Les programmes d’exercices sont ainsi adaptés en fonction du profil métabolique du patient et de ses capacités physiques.

Composition corporelle

L’étude de la composition corporelle du patient fournit des informations qui vont permettre de mieux cibler le type d’activités à recommander. En effet, le nombre de kilos ne constitue pas une donnée suffisante car deux personnes du même sexe avec une taille et un poids identiques n’auront par exemple pas la même morphologie ou la même épaisseur des os. C’est pourquoi il est important de connaître le pourcentage de «masse maigre» (les organes, les muscles, les os, la peau et l’eau) et de «masse grasse» (les lipides, soit les graisses) que possède une personne pour déterminer un programme d’exercices physiques ciblés.

La capacité physique du patient

Il est également essentiel de connaître les aptitudes physiques du patient afin de ne pas le décourager en lui proposant des exercices qui ne seraient pas adaptés à sa condition. Un test ergométrique (mesure du travail musculaire) peut donc être réalisé afin d’évaluer sa capacité physique. Si la tolérance à l’effort du patient est jugée comme suffisante, le programme se concentra uniquement sur sa consommation d’énergie dans le but de diminuer sa «masse grasse». Par contre, si les résultats montrent une résistance à l’effort «limitée», il conviendra tout d’abord d’améliorer ce point en pratiquant des activités d’une intensité «douce» à «modérée» (soit un effort «moyen» tel que le jardinage, la marche à pied ou l’exécution de travaux ménagers) avant d’envisager des exercices où l’effort sera plus conséquent.

Quel type d’activité physique?

La pratique d’une activité sportive entraînera une perte de poids à condition d’être combinée à une diminution et à une modification des apports alimentaires. En effet, lors d’un effort physique, les calories brûlées proviennent principalement des lipides qui sont à l’origine de l’énergie nécessaire à cet effort. Pour perdre du poids, il faut donc limiter l’apport alimentaire en lipides afin que l’organisme puise directement dans les graisses stockées pour produire de l’énergie. Idéalement, le patient devrait s’adonner à 150 minutes de sport d’intensité «modérée» par semaine. Le nordic walking ou l’aquagym sont également recommandés car ces exercices prolongés offrent aussi l’avantage d’un travail en groupe, ce qui est plus motivant pour le patient. D’autres sports sont également envisageables, l’essentiel étant d’adapter la fréquence et la durée de l’activité en fonction de l’intensité à l’effort ressentie par le patient afin de maintenir sa motivation.

_________

Référence

Adapté de «Activités physiques adaptées au patient obèse: quelles évaluations pour quelle prescription?», Virgile Lecoultre, physiologiste et maître de sport; Dr Vittorio Giusti, Département de médecine, Centre cardio-métabolique, Hôpital intercantonal de la Broye, site Estavayer. In Revue Médicale Suisse 2015;11:709-714.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.
Videos sur le meme sujet

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.