Que nous apportent les oligoéléments?

Dernière mise à jour 11/02/13 | Article
Que nous apportent les oligoéléments?
Les bénéfices des oligoéléments sont importants: amélioration de l’immunité, des fonctions cognitives et de la cicatrisation. Mais comme pour tous les compléments, ils doivent être administrés en doses nutritionnelles pour éviter une éventuelle toxicité.

Les carences en oligoéléments

Dans nos régions, plusieurs facteurs, dont notamment l’appauvrissement des sols, contribuent à perturber le statut de divers oligoéléments comme le fer, l’iode, le sélénium et le zinc. Or, les études montrent que lorsque les doses physiologiques et alimentaires sont respectées, ces éléments ont des bénéfices cliniques importants, comme l’amélioration de la protection immunitaire, des fonctions cognitives et de la cicatrisation. Par contre, la supplémentation à forte dose chez les sujets sains est assortie de risques oncologiques et cardiovasculaires.

Ces substances interviennent en effet dans de nombreuses réactions biologiques. Leur présence dans l’organisme doit donc être strictement régulée. Surtout que le rapport entre la dose absorbée et la réponse est souvent mince, ce qui peut aboutir rapidement à des supplémentations en oligoéléments non physiologiques provoquant des effets néfastes.

Quelles doses recommander?

Comment dès lors définir des doses appropriées pour l’ensemble de la population? Les besoins ont été définis sur la base d’études de carence et les apports nutritionnels conseillés ont été révisés de nombreuses fois. Depuis environ 15 ans, on recommande des doses d’optimisation légèrement supérieures aux doses nutritionnelles. Toute la question est de déterminer avec précision cette proportion supplémentaire, car la supplémentation à dose excessive favoriser le développement de certains cancers. La grande variabilité génétique de notre population impose une réponse individualisée basée sur une analyse et des dosages ciblés. Et une chose est sure: la supplémentation en doses supra-alimentaires n’est pas conseillée.

Des personnes à risque

Une partie de la population, comme les femmes enceintes, les personnes âgées avec des problèmes de santé ou les obèses devraient être suivis de près. Les oligoéléments peuvent en effet avoir des effets positifs, comme le montre certaines études. Par exemple, administrer du zinc élémentaire une fois par jour en même temps que les repas, pourrait améliorer la fonction du foie dans les hépatites éthyliques et virales.

De manière générale, la population européenne, y compris suisse, peut avoir des risques de déficit de plusieurs oligoéléments. Le déficit en fer est le plus fréquent au niveau mondial, y compris en Suisse. En Europe, l’obésité progresse, due notamment à une modification de l’alimentation qui a contribué à réduire les apports en «micronutriments» en dessous des quantités recommandées. La supplémentation tous azimuts toute l’année n’est cependant pas justifiée et peut probablement même être néfaste. En cas de supplémentation prescrite par le médecin, les doses utilisées doivent rester proches des doses nutritionnelles pour éviter la toxicité observable lors d’administration excessive.

Les différents oligoéléments

On compte plusieurs oligoéléments dont l'organisme a besoin en très petite quantité, d'où son nom oligo (signifie en grec peu). Les oligoéléments restent indispensables à l'organisme, car le corps ne peut pas les synthétiser lui-même.

Le Chrome est essentiel pour le métabolisme des glucides et des lipides. Ces dernières années il a été étudié dans le contexte de l’obésité. En cas de déficit, l’administration de chrome améliore le contrôle glycémique.

Le Fer est la carence la plus fréquente, particulièrement chez les femmes enceintes, ce qui peut avoir des conséquences dans le développement cérébral du nourrisson. Par contre il faut se préoccuper du risque d’apport excessif (risque lorsqu’il y a une grande consommation de viande). La surcharge de fer est associée à un risque accru de maladies chroniques y compris de cancers.

L’ Iode est présent dans le sel iodé et les produits marins. Le sel de ménage iodé a été introduit en Suisse depuis le début du siècle, afin de combattre le déficit iodé dans les régions alpines, responsable de problème de thyroïde (goitre).

Le Sélénium a des effets biologiques antioxydants et anti-inflammatoires et à la production d’hormone thyroïdienne. Le déficit est associé à la stérilité et à des altérations immunitaires infections virales entre autres.

Le Zinc est avec le fer, l’élément le plus abondant dans l’organisme. Il a un rôle régulateur dans de nombreuses pathologies et son déficit perturbe les défenses immunitaires (immunostimulant). Il est essentiel au bon fonctionnement des cellules.

Référence

Adapté de «Oligoéléments en Suisse et en Europe» M. M. Berger, in Revue médicale suisse, octobre 2012,2078-84, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.

Le foie, usine de production et station d’épuration

Il participe à la digestion et à bien d’autres fonctions, parfois affectées par des virus ou par l’alcool. Ou encore par un excès de graisse, qui engendre une maladie en plein boom: la stéatose non alcoolique.

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
Videos sur le meme sujet

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.

L'obésité

Problème de santé publique majeur, l'obésité touche 7% de la population en Suisse. En cause, une consommation excessive de calories, un manque d'activité physique et des troubles du comportement

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.