Notre comportement alimentaire en ligne de mire

Dernière mise à jour 02/06/16 | Article
Notre comportement alimentaire en ligne de mire
Votre médecin va être mieux armé pour résoudre votre problème de poids. Car dans cette démarche, le comportement alimentaire se révèle capital. Or, un outil unique est désormais à son service pour mieux cerner la question.

L'étude avait récemment ému le monde entier: d'ici 2025, nous annonçaient les épidémiologistes, au moins un cinquième de la population mondiale serait obèse. Le chiffre risquerait même de monter à plus de 30% pour les Britanniques, voire 40% pour les Américains du nord!

Or, même si la chirurgie de l'obésité fait des progrès remarquables sans être toutefois infaillible, la clé du problème reste bien toujours et encore le comportement alimentaire, qui joue un rôle capital quand on veut perdre du poids. La question est toutefois très complexe, où interagissent de très nombreux éléments. Car il n'y va pas que de la faim, plus ou moins bien maîtrisée, mais aussi de toutes les envies de l'individu, de sa propension au grignotage, voire de ce que les spécialistes nomment «l'alimentation émotionnelle».

D'où l'intérêt d'un outil unique, développé à la Haute Ecole de Santé de Genève, baptisé ESSCA (pour Evaluation Semi-Structurée des Comportements Alimentaires). Il va permettre aux praticiens de mieux cerner chaque problème individuel, grâce à un entretien articulé sur toute une série de questions précises.

Attention aux restrictions

La première étape consistera à tenter d'identifier les déterminants de la prise alimentaire: comment la personne explique-t-elle qu'elle a pris du poids, et quelles sont à son avis les causes de son comportement? Peut-elle déceler ce qui l'incite à manger, et a-t-elle compris pourquoi et quand elle s'arrête? Arrive-t-elle à différencier clairement sa sensation de faim de son envie de manger?

Il semble en effet que cette dernière question soit au centre du problème: comprendre si le comportement alimentaire découle plutôt d'une sensation physique (la faim), de l'environnement (vue d'aliments appétissants ou d'une assiette vide) ou au contraire des restrictions que l'individu s'impose. Car dans un tel cas, où la personne s'efforce de suivre un certain nombre de règles supposées lui faire perdre du poids ou ne pas en prendre (ce que les spécialistes nomment la restriction cognitive), le risque est grand que cela soit associé à des régimes stricts, largement déconseillés. Leur effet culpabilisant peut même mener à des comportements chaotiques et à une perte de contrôle bien plus délétère.

Influence de l'humeur

L'approche de l'ESSCA va ainsi permettre de mettre ou non en évidence un tel comportement restrictif. Le questionnaire fera notamment ressortir s'il s'agit d'un contrôle rigide, à savoir une régulation en «tout ou rien» (par exemple l'exclusion absolue d'aliments jugés trop caloriques) ou d'une approche plus flexible, où l'individu ajuste son comportement aux circonstances (par exemple en mangeant moins lorsque le repas précédent a été particulièrement copieux).

Le praticien sera aussi en mesure, grâce à cette approche, de déceler des comportements problématiques, voire pathologiques. Il pourra voir par exemple si des événements positifs ou négatifs de la vie ont une influence sur le comportement alimentaire de l'individu: mange-t-il différemment quand il est joyeux et détendu ou au contraire triste et contrarié? Ou s'il s'alimente systématiquement la nuit, et avec quelle fréquence. Il est important à ce sujet que puissent être identifiés les éventuels éléments déclencheurs de telles attitudes, si tant est que l'individu parvienne à faire le lien.

Facilement réalisable

Mais il est fondamental aussi –et l'ESSCA en a fait sa troisième partie– de s'intéresser aux dérives de comportement qui soit font souffrir l'individu, soit découlent d'une pathologie. Comme par exemple les accès hyperphagiques s'ils sont très fréquents, ou le malaise lié à la prise de conscience d'un comportement alimentaire inadéquat. Pire, des comportements pathologiques, comme les vomissements volontaires ou la prise de laxatifs destinés à compenser l'excès alimentaire. L'excès d'exercice physique peut être rangé dans la même catégorie, tout comme une restriction alimentaire visant l'amélioration de la silhouette ou du poids.

Bref: l'ESSCA, facilement réalisable par les médecins praticiens ou les diététiciens, permet d'obtenir une vue d'ensemble du comportement alimentaire de chaque individu, et de mieux l'orienter avant toute prise en charge pour excès de poids. Cet outil s'inscrit directement dans l'approche interdisciplinaire que recommandent les Drs François Pralong et Alain Golay dans un numéro de la Revue Médicale Suisse consacré spécifiquement à la nutrition et à l'obésité.

_________

Références

«Un outil pour évaluer les comportements alimentaires: ESSCA», par I. Carrard, M. Kruseman, M. Chappuis, N. Schmutz, et M. Volery, Rev Med Suisse 2016;12:591-6.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.

Le foie, usine de production et station d’épuration

Il participe à la digestion et à bien d’autres fonctions, parfois affectées par des virus ou par l’alcool. Ou encore par un excès de graisse, qui engendre une maladie en plein boom: la stéatose non alcoolique.

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
Videos sur le meme sujet

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.

L'obésité

Problème de santé publique majeur, l'obésité touche 7% de la population en Suisse. En cause, une consommation excessive de calories, un manque d'activité physique et des troubles du comportement

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.