Mal manger, dépression assurée

Dernière mise à jour 18/04/12 | Article
Table de fast foods en forme de trappe à souris
Les fast et autres junk foods ne sont pas mauvaises que pour le corps. Une étude scientifique révèle qu’elles jouent (négativement) sur l’humeur.

Voilà bien une information à mettre entre toutes les mains; une information à donner à toutes celles et ceux qui ont pris l’habitude de se nourrir vite et mal, quotidiennement ou presque. Elle émane de la revue Public Health Nutrition. Que nous disent des chercheurs des universités espagnoles de Las Palmas de Gran Canaria et de Grenade? Que cette forme d’alimentation expose très clairement à la dépression.

Mieux (ou – plus précisément –  pire) les auteurs de cette publication chiffrent, après analyse statistique, entre 42 et 51% l’augmentation du risque de souffrir de cette affection chez les consommateurs très réguliers de préparations industrielles de viandes hachées diversement présentées, de hot-dogs, pizzas, et diverses autres associations sucrées (muffins, beignets, croissants sodas, etc.). Selon le Dr Almudena Sánchez-Villegas, principal auteur de ce travail, il existe même une relation «dose-réponse»: plus la consommation est fréquente et importante, plus le risque de dépression est élevé.

Comment parvient-on à de telles conclusions? Au départ, les auteurs voulaient travailler sur une hypothèse à laquelle les spécialistes ont accordé bien peu d’intérêt en dépit de son importance en terme de santé publique: vérifier s’il existait bel et bien un lien entre certains composants alimentaires (acides gras, vitamines…) et le risque de dépression. Ils ont ainsi mené une large étude portant sur 8.964 personnes participant par ailleurs à l’étude SUN Project. Ces personnes n’avaient jamais été diagnostiquées comme étant «dépressives» et n’avaient jamais préalablement consommé de médicaments antidépresseurs. Au cours de l’étude 493 d’entre elles ont été diagnostiquées dépressives et/ou ont commencé à prendre des antidépresseurs.

De précédents résultats également obtenus dans le cadre de l’étude «SUN Project» avaient été publiés dans la revue PLoS One. Ils avaient fait état de 657 nouveaux cas de dépression sur 12059 personnes analysées sur une période de plus de 6 mois; soit un risque accru de 42%. Les personnes se nourrissant à partir de préparations industrielles dites de «restauration rapide» présentaient cette fois un risque accru de 51%.

Pour le Dr Sánchez-Villegas, on ne saurait en rester là. D’autres études seront nécessaires pour confirmer et préciser que la consommation régulière de ce type d’aliments n’a pas que des conséquences fâcheuses au plan corporel (surpoids, obésité, affections cardiovasculaires) mais qu’elle affecte aussi les équilibres de la psyché. Et ce même en petite quantité. Sur le fond, seul l’outil statistique permettra de trancher: faire la part entre la réalité d’une causalité et la simple association. Ceux qui se nourrissent de fast food sont-il plus exposés au risque de dépression parce qu’ils sont aussi plus fréquemment célibataires, fumeurs, moins sportifs et à ce titre plus sujets aux mauvaises habitudes alimentaires et plus généralement à un mode de vie insalubre? Est-ce au contraire parce qu’ils consomment des aliments dépourvus de substances (vitamines du groupe B, oméga-3, huile d'olive) et de tout ce qui (fruits, noix, poisson, légumes, huile d'olive, vin) fait la richesse préventive du régime méditerranéen?

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule on rappellera qu’il est aujourd’hui établi que la junk food  peut provoquer des phénomènes de dépendance similaires à ceux induits pas la prise de substances psychoactives. Le fait avait notamment été démontré par une étude publiée en 2010 dans l’édition on line de Nature Neuroscience. Paul Kenny et Paul Johnson, de l'Institut de recherche Scripps (Californie) avaient alors montré pour la première fois (sur des rats) que les mêmes mécanismes moléculaires qui poussent à la toxicomanie expliquaient une alimentation compulsive, poussant à l'obésité. C’était là selon eux une forme d’accoutumance obtenue très rapidement (et aux effets durables) à une forme de «suralimentation». Il nous faut parvenir à abandonner  les fast et junk foods comme il nous faudrait parvenir à faire une croix sur ce qui nous pousse à snacker, qui n’est – au fond – qu’un comportement de rongeur.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
epidemie_soda_occidentaux

Une épidémie de maladie du soda menace les Occidentaux

La maladie du foie gras humain fait de plus en plus parler d’elle. Elle pourrait concerner près d’un quart de la population et, chez certaines personnes, conduire à des complications sévères. Bonne nouvelle: dans la plupart des cas, une bonne hygiène de vie peut suffire à faire régresser la maladie.
Bouger dès le berceau

Bouger dès le berceau

L’activité physique est en baisse constante et inquiétante depuis plusieurs décennies chez les enfants. La Suisse a l'ambition de revaloriser l’activité physique et de la promouvoir dès le plus jeune âge.
obesite_accompagnement_fondamental

Obésité et perte de poids: l’accompagnement est fondamental

Pour une personne obèse voulant perdre du poids, les simples régimes diététiques sont à bannir: les approches globales et combinées sont bien plus efficaces. Et l’accompagnement du patient dans ce changement est déterminant.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi les sodas font-ils grossir?

A toute saison, mais spécialement en été, on a souvent tendance à vouloir se désaltérer avec des sodas.

La recherche fondamentale lutte contre l'obésité

Combattre l’obésité sans régime alimentaire astreignant ou intervention chirurgicale sera peut-être bientôt possible.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.

Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)