Le vécu du patient, un atout dans la lutte contre l’obésité

Dernière mise à jour 01/11/11 | Article
A ce jour, l’éducation thérapeutique des patients obèses s’est articulée autour de programmes de perte de poids. Pourtant nombre de personnes ne considèrent pas l’obésité comme une maladie. C’est pourquoi l’approche basée sur la simple transmission d’informations et de recommandations, est repensée et centrée sur le vécu des patients et leurs propres perceptions des problèmes que peut provoquer l’obésité.

L’obésité constitue une maladie fortement investie à l’intérieur du paradigme biomédical et dans le champ de la santé publique. Autrement dit, fortement investie en tant que maladie dont le corps est l’objet. Mais elle est relativement négligée en ce qui concerne l’expérience qu’elle représente pour les personnes qui en sont atteintes, c’est-à-dire comme une maladie dont le corps est le sujet. Partant de ce constat, une approche de l’obésité centrée sur le vécu des patients a été développée, visant à enrichir et à augmenter l’efficacité de l’éducation thérapeutique pour ces personnes. L’objectif est de comprendre d’une part l’expérience que représente l’obésité pour les personnes qui en sont atteintes et d’autre part d’intégrer ces expériences individuelles dans un cadre collectif, celui des interventions éducatives et formatives en matière de santé.

Dans le cadre de lutte contre l’obésité, l’éducation thérapeutique du patient a été développée à travers une approche biopsychosociale pour améliorer la santé des malades dits chroniques. Cette pédagogie est cependant généralement centrée sur des programmes de perte de poids, ce dernier étant considéré comme un symptôme.

Pour nombre de personnes pourtant, l’obésité n’est pas une maladie. Dès lors, l’éducation ne peut être thérapeutique que si elle est centrée sur le vécu du patient, et n’est pas une simple transmission d’informations ou de recommandations médicales, nutritionnelles ou physiques. Pour comprendre ces vécus, des entretiens de recherches ont été réalisés sur la base des thèmes suivants: la genèse de la maladie, la manière de nommer et de définir la maladie, la maladie au quotidien, les relations, les soins et les apprentissages. Bien que la production de récits d’expérience concernant l’obésité ne soit guère traitée dans les sciences sociales ayant pour objet la santé et la maladie et qu’elle ne soit pas non plus très représentée dans la recherche médicale, elle se révèle extrêmement utile pour cerner l’expérience de vie des patients et révèle la nécessité de prendre en compte l’être de l’individu porteur de la maladie lors de l’accompagnement des personnes concernées par l’obésité.

L’obésité vue par ceux qui en sont atteints

Les exemples de récits d’expériences montrés ci-après concernent: la définition de la maladie, les liens entre obésité et difficultés psychiques, ainsi que la guérison. Pour les soignants, entendre l’expérience de la personne souffrant d’obésité dans toutes ses dimensions, y compris la composante émotionnelle, est une clé pour l’accompagner, l’aider à améliorer sa qualité de vie et à aborder les problématiques sous-tendant sa prise de poids.

Voici comment les personnes médicalement étiquetées obèses perçoivent l’obésité et se définissent elles-mêmes: « […] Pour moi, l’obésité c’est vraiment quelqu’un qui ne peut plus se déplacer. […] Je peux quand même soulever des meubles, je peux quand même aller sur le vélomoteur, je peux quand même aller. Celle qui est obèse ne pourra peut-être plus faire ça. » « […] C’est ce qui mène à l’obésité qui est une maladie. […] La toxicomanie, comme l’obésité, comme l’alcoolisme, c’est grave, c’est un grave problème de santé, sauf que c’est un résultat d’autre chose. » 

Puis, le lien entre l’obésité et des problèmes de santé mentale: « […] Si je n’avais pas mon problème dans ma tête, je ne serais pas obèse. […] Pour moi c’est vraiment qu’une conséquence, l’obésité. […] Mon problème psychique, c’est lui que je suis en train de régler pour que justement quand je maigrirai je puisse rester vivante. »

Enfin, les significations du terme maladie chronique et les réponses que peut amener le corps médical: « La notion de maladie chronique, elle est existante, ça c’est indéniable, mais dans maladie chronique, je vois peu le mot guérison. Enfin, quand on dit maladie, il y a un moyen de guérison, de soigner. Là, je le vois peu ce moyen par rapport au corps médical. »

« […] Leur (le corps médical) seul critère, c’est perdre du poids et rester stable. C’est très bien de perdre du poids, on vit beaucoup mieux mais le processus n’est de loin pas terminé. Ce n’est pas quand on perd du poids qu’on n’est plus obèse […]. »

Références

Adapté de « Comprendre l’expérience de vie des personnes obèses : un apport pour l’éducation thérapeutique du patient », Dr. Maryvonne Charmillot, Dr. Grégoire Lagger, Dr. Aline Lasserre Moutet, Pr A. Golay, Service d’enseignement thérapeutique pour malades chroniques, Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé, Département de médecine communautaire et de premier recours des HUG, in Revue médicale suisse 2010; 6: 682-4., in Revue médicale suisse 2011 ; 7 : 686-90, en collaboration avec l’auteur.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro

Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.

Le foie, usine de production et station d’épuration

Il participe à la digestion et à bien d’autres fonctions, parfois affectées par des virus ou par l’alcool. Ou encore par un excès de graisse, qui engendre une maladie en plein boom: la stéatose non alcoolique.

L'obésité pourrait toucher 20% de la population d'ici 2025

Une étude publiée dans la prestigieuse revue The Lancet tire la sonnette d’alarme: si rien n’est fait pour freiner la progression de l’obésité dans le monde, ce véritable fléau pourrait toucher 18% des hommes et 21% des femmes en 2025. Le livre "J’ai envie de comprendre... L’obésité", paru aux Editions Planète Santé, nous explique pourquoi il est urgent d’agir.
Videos sur le meme sujet

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.

L'obésité

Problème de santé publique majeur, l'obésité touche 7% de la population en Suisse. En cause, une consommation excessive de calories, un manque d'activité physique et des troubles du comportement

Obésité: kilos d’ados

L’épidémie d’obésité et d’excès de poids dans son ensemble, touche 20% des enfants et adolescents. 5% des enfants sont obèses.