Microbiote vaginal, la révolution rose

Dernière mise à jour 01/03/18 | Vidéo
Loading the player ...
Une flore vaginale équilibrée est un vrai rempart face aux maladies sexuellement transmissibles. Mais attention, certains gestes quotidiens risquent de dégrader sa qualité.

(TEXTE Aude Raimondi)

Des milliards de micro-organismes vivent dans la région vaginale. Un véritable monde caché, sur lequel nous sommes souvent mal renseignés. Le microbiote vaginal est pourtant essentiel,  puisqu’il constitue un bouclier chimique contre les maladies sexuellement transmissibles et les infections internes. Un mécanisme de protection assuré en grande partie par les bactéries lactobacilles, qui composent 90% de la flore. Si celles-ci viennent à manquer, le vagin est moins acide et d’autres bactéries ou virus peuvent alors se développer plus facilement.

Plusieurs comportements risquent de détruire une partie de cette flore et devraient donc être évités au maximum. De nombreuses femmes ont par exemple la crainte que leur vagin sécrète des émanations désagréables. Cette idée reçue les incite parfois à effectuer des toilettes intimes intensives. Pourtant, un microbiote en bonne santé a une odeur naturellement neutre. «Il ne faut donc jamais introduire de produit d’hygiène dans le vagin, recommande le Dr Jean-Marc Bohbot, spécialiste des affections uro-génitales et directeur médical de l’Institut Fournier à Paris. L’eau dessèche la peau et peut provoquer des irritations. Il suffit amplement de nettoyer l’extérieur avec des produits dédiés à l’hygiène intime». A noter que l’épilation définitive est elle aussi problématique pour l’hydratation naturelle. Le laser détruit non seulement les poils mais également les petites glandes qui les lubrifient. Une sécheresse permanente risque donc de s’installer.

Un autre grand ennemi de la flore vaginale: le tabac, qui diminue le taux d’œstrogènes dans le sang et le vagin. Or, les lactobacilles survivent en partie grâce à cette hormone. Dès quatre cigarettes fumées par jour, le microbiote se dégrade.

Enfin, les antibiotiques parfois prescrits pour traiter d’autres problèmes liés à la région génitale (par exemple les mycoses ou les cystites) risquent de détruire une partie de la flore. Il existe heureusement des probiotiques qui peuvent contribuer à retrouver un équilibre. Sous forme de comprimés oraux ou d’ovules à introduire directement dans le vagin, ils aident les lactobacilles naturels à reprendre le contrôle.

_______

Jean-Marc Bohbot, spécialiste des affections uro-génitales féminines et masculines, directeur médical de l’Institut Fournier à Paris, et Rica Etienne, journaliste santé, dressent le panorama de la flore vaginale dans un livre, "Microbiote vaginal, la révolution rose". Ils nous en parlent dans CQFD.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Jeûne

Une nouvelle étude sur le jeûne intermittent

Et si nous arrêtions de manger matin, midi et soir ?
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_microbes_loupes_suisses

Les microbes sous les loupes suisses

Une centaine de chercheurs suisses explorent les mondes microbiens. Leur objectif est de comprendre le comportement des microbiomes, ces communautés de microorganismes qui colonisent tous les milieux vivants, du corps humain aux sols.
LMD_probiotiques_panacée

Probiotiques, une panacée?

En pharmacie comme au rayon «yaourt», les probiotiques ont le vent en poupe. Leur promesse? Chouchouter notre flore intestinale, qu’elle soit mal en point ou trop paresseuse. Sauf que tout est loin d’être aussi simple...
Illustre_microbiote_promesses_mystères

Le microbiote, un territoire plein de promesses et de mystères

Découvert grâce aux techniques de séquençage génétique dans les années 2000, le microbiote intestinal et les milliards d’organismes qui le composent, joue un rôle déterminant sur notre santé. La composition de cet univers jusqu’ici inconnu - ou presque - pourrait expliquer le développement de nombreuses maladies tandis que sa manipulation pourrait offrir de nouvelles options thérapeutiques. L’influence du microbiote intestinal sur notre organisme, en particulier sur notre cerveau, apparaît en effet majeure. Cette réputation de rôle-clé dans la santé est née de premières études scientifiques, comparant le comportement de souris nées artificiellement sans microbiote, avec celui d’animaux nés dans des conditions normales. Les premières se révèlent plus chétives et plus fragiles. Elles sont davantage sujettes à la maladie, au stress et à des troubles du développement. Néanmoins, les effets de l’absence de microbiote sur le comportement restent peu clairs.
Videos sur le meme sujet

Ces additifs néfastes pour le microbiote

De récentes études montrent lʹeffet néfaste de certains émulsifiants sur les bactéries intestinales.

Rencontre avec Pascale Vonaesch grande spécialiste du microbiote

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Ces microbes qui nous veulent du bien: définition

Du 18 au 22 octobre 2021, Stéphane Délétroz vous propose de vous réconcilier avec les microbes en compagnie de la pharmacienne bactériologue Geneviève Héry-Arnaud, directrice de lʹaxe de recherche Microbiota de l'équipe INSERM UMR1078 à la faculté de médecine de Brest et autrice de l'ouvrage "Ces microbes qui nous veulent du bien".