Les micro-organismes et nous: qui est en charge?

Dernière mise à jour 20/11/12 | Article
Les micro-organismes et nous: qui est en charge?
Des millions de bactéries peuplent notre estomac. Nous dirigent-elles? Ce n'est pas impossible comme nous l'explique le professeur Nicolas Troillet et le docteur Gérard Praz.

En juin 2012, le Scientific American consacrait sa couverture et un article central au microbiote qui pourrait nous gouverner à notre insu.1 L’auteur relevait le déséquilibre existant entre nos propres cellules et les cellules bactériennes qui nous colonisent (rapport de 1/10) et entre les gènes transmis par nos parents et ceux de cette flore commensale (rapport de 1/150). Elle se posait la question: «who’s in control?». La découverte d’interactions naguère insoupçonnées et l’influence déterminante que les bactéries qui nous peuplent ont, notamment sur le fonctionnement de notre système immunitaire, suscitent en effet le débat.

Autre fait interpellant, les bactéries nous précèdent de plusieurs milliards d’années. Sur une horloge de 24 heures représentant l’évolution de notre planète, l’humain apparaît à 23 heures et 59 minutes (il y a 3 millions d’années) alors que les bactéries sont présentes depuis 6 à 7 heures du matin (il y a plus de 3 milliards d’années). Les mutations et les échanges d’éléments génétiques mobiles qui les font évoluer depuis cette très longue période de temps surviennent indépendamment de toute interaction avec nous et leur confèrent une énorme capacité d’adaptation. Récemment, ceci fut illustré par la découverte de bactéries résistant à de multiples antibiotiques, y compris à ceux de dernière génération tel le linézolide, dans une grotte formée il y a plus de 4 millions d’années, imperméable aux eaux de surface et interdite au public dès sa découverte en 1986.2

Ces aspects vertigineux de notre relation aux micro-organismes sont encore amplifiés si l’on considère les bactériophages. Ces virus, qui s’attaquent aux bactéries, intéressaient l’industrie pharmaceutique avant l’envol des antibiotiques. Ils sont encore utilisés pour le traitement de certaines infections en ex-URSS et connaissent actuellement un regain d’intérêt au vu de l’extension des résistances bactériennes aux antibiotiques. Selon Vincent Fischetti de l’Université Rockefeller à New York,3 ils constituent les entités biologiques les plus répandues sur la Terre et sont présents sur tout ce que nous touchons, mangeons ou buvons et partout dans notre corps. Ils infectent et tuent continuellement les bactéries, mais leur transmettent également des gènes favorables au cours d’un processus dynamique titanesque où les deux partenaires ont chacun besoin de l’autre pour survivre. Pour Fischetti, les bactériophages, qui sont dix fois plus nombreux que les bactéries, ont le contrôle de la planète.

Ces avancées scientifiques ouvrent des perspectives vers d’éventuels progrès thérapeutiques. Elles génèrent aussi des questions philosophiques sur notre rôle et notre influence. Qui est en charge? Les micro-organismes ou nous ?

Source

Revue médicale suisse, N° 357, octobre 2012

Bibliographie

1. Ackerman J. The ultimate social network. Sci Am 2012;306:36-43. [Medline]

2. Buhllar K, Waglechner N, Pawlowski A, et al. Antibiotic resistance is prevalent in an isolated cave microbiome.PLoS One 2012;7:e34953.

3. Borrell B. The phage factor, interview with Vincent Fischetti. Sci Am 2012;307:68-71. [Medline]

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_microbiote_selles

Les selles comme médicament

La transplantation fécale (TF)* intrigue, en même temps qu’elle suscite de l’espoir. Le Dr Benedikt Huttner, médecin adjoint agrège au Service des maladies infectieuses des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), fait la lumière sur un traitement peu banal.
secrets_du_microbiote

Les secrets du microbiote

Découvrez les mystères du microbiote sur le stand des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE). Un domaine de recherche foisonnant, qui promet de nombreuses avancées médicales.
PULS_microbiote_connaissez-vous

Connaissez-vous vos microbiotes?

Dans un contexte de recherche scientifique mondiale jugée exponentielle, les experts des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE) tissent des collaborations fructueuses. Florilège des études en cours.
Videos sur le meme sujet

Microbiote vaginal, la révolution rose

Les femmes ont un trésor commun, leur flore vaginale.

L’influence du microbiote intestinal sur l'humeur

Les bactéries intestinales se mêlent de tout!

Les effets du changement climatique sur le microbiote

Le changement climatique a des effets délétères sur l’écosystème terrestre.