Les maladies liées à la flore intestinale

Dernière mise à jour 30/05/12 | Article
Maux de ventre
La flore intestinale – le microbiote – contribue à nous maintenir en bonne santé. A condition toutefois que les différentes populations bactériennes qui la composent vivent en bon équilibre. Si cet ordonnancement est rompu, diverses maladies peuvent se développer. Quelques exemples.

Obésité

Il ne fait plus de doute aujourd’hui que les bactéries intestinales sont l’une des causes de l’obésité. Elles contribuent au stockage des graisses et influencent les dépenses d’énergie.

Diabète de type 2

Cette maladie étant associée à l’obésité, il n’est pas surprenant que le microbiote intervienne, indirectement, dans son développement. Après l’ingestion de repas riches en graisses, des substances contenues dans la paroi de certaines bactéries (les lipopolysaccharides ou LPS) passent dans le sang et déclenchent une réaction inflammatoire, une hyperglycémie et une résistance à l’insuline. Autant de facteurs qui favorisent le diabète de type 2.

Diabète de type 1

C’est sans doute parce qu’elle influence le fonctionnement du système immunitaire que la flore intestinale joue un rôle dans l’apparition du diabète de type 1, une maladie auto-immune, (due à un dérèglement des défenses naturelles). Signe qu’en la matière, le microbiote a un effet protecteur, des expériences ont montré que des souris non obèses et aux défenses immunitaires affaiblies n’avaient pas de diabète de type 1, mais qu’elles développaient plus facilement la maladie lorsqu’elles avaient été privées de leur flore intestinale.

Maladies inflammatoires chroniques intestinales

La flore intestinale protège contre ces maladies. Preuve en est que des enfants exposés très jeunes à des antibiotiques (qui détruisent certaines des bactéries du microbiote) ont plus de risques de développer la maladie de Crohn (inflammation qui peut concerner tout le tube digestif). Quant à la colite ulcéreuse (qui atteint le sternum et parfois le colon), elle semble liée au déséquilibre du microbiote.

Cancer du côlon

Longtemps suspecté, le lien entre la flore intestinale et le cancer du côlon se confirme aujourd’hui. On a en effet constaté que les antibiotiques modifient la composition du microbiote, mais qu’ils affectent aussi l’expression de gènes qui favorisent la prolifération des cellules tapissant l’intérieur du côlon.

Maladies du foie

Le foie étant le premier organe exposé aux substances produites par la flore intestinale, il n’est pas étonnant que le microbiote soit impliqué dans certaines pathologies hépatiques. Il a été notamment mis en cause dans le développement de la stéatose hépatique non alcoolique,  une maladie qui se manifeste lorsque le foie contient trop de graisse et qui affecte notamment les personnes obèses.

Articles sur le meme sujet
LMD_microbes_loupes_suisses

Les microbes sous les loupes suisses

Une centaine de chercheurs suisses explorent les mondes microbiens. Leur objectif est de comprendre le comportement des microbiomes, ces communautés de microorganismes qui colonisent tous les milieux vivants, du corps humain aux sols.
LMD_probiotiques_panacée

Probiotiques, une panacée?

En pharmacie comme au rayon «yaourt», les probiotiques ont le vent en poupe. Leur promesse? Chouchouter notre flore intestinale, qu’elle soit mal en point ou trop paresseuse. Sauf que tout est loin d’être aussi simple...
Illustre_microbiote_promesses_mystères

Le microbiote, un territoire plein de promesses et de mystères

Découvert grâce aux techniques de séquençage génétique dans les années 2000, le microbiote intestinal et les milliards d’organismes qui le composent, joue un rôle déterminant sur notre santé. La composition de cet univers jusqu’ici inconnu - ou presque - pourrait expliquer le développement de nombreuses maladies tandis que sa manipulation pourrait offrir de nouvelles options thérapeutiques. L’influence du microbiote intestinal sur notre organisme, en particulier sur notre cerveau, apparaît en effet majeure. Cette réputation de rôle-clé dans la santé est née de premières études scientifiques, comparant le comportement de souris nées artificiellement sans microbiote, avec celui d’animaux nés dans des conditions normales. Les premières se révèlent plus chétives et plus fragiles. Elles sont davantage sujettes à la maladie, au stress et à des troubles du développement. Néanmoins, les effets de l’absence de microbiote sur le comportement restent peu clairs.
Videos sur le meme sujet

Le jardinage urbain, bon pour le microbiote de la peau et pour notre santé immunitaire

Une étude de l'Université d'Helsinki en Finlande a mis en lumière les vertus du jardinage urbain sur la santé, en comparant deux groupes de jardiniers: l'un utilisant un substrat pauvre en microorganismes et l'autre un terreau riche en microbes.

"One Health: lʹimpact du microbiote sur la santé des communautés rurales éthiopiennes "

Dans le cadre de lʹapproche "One Health" (médecine globale), l'Université éthiopienne de Jigjiga et l'Université de Lausanne (UNIL) ont collaboré sur un projet commun d'analyse du microbiote des populations dʹagropasteurs éthiopiens.

Microbiote et psychisme

Pour traiter dépression, troubles anxieux ou hyperactivité, la recherche mise aujourd’hui sur le microbiote.