Le long chemin de la digestion

Dernière mise à jour 02/08/13 | Article
Le long chemin de la digestion
Un chemin de huit mètres, c’est ce qu’accomplissent les aliments que nous mangeons. Quelles sont les différentes étapes de la digestion? Réponse avec Jean-Louis Frossard, professeur de gastro-entérologie aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Le long chemin de la digestion
1. Tout commence par la bouche. La mastication réduit mécaniquement les aliments mais un début de digestion a déjà lieu à ce stade. Notre nourriture commence en effet à être dégradée en éléments de plus en plus simples par des substances appelées enzymes. Celles qui sont dans la salive s’attaquent, entre autres, à l’amidon. La salive sert aussi à lubrifier ce que nous mangeons pour faciliter la suite du parcours dans notre système digestif. Pour une bonne digestion, il faut donc de bonnes dents et produire assez de salive (en moyenne 1,5 litre par jour!)

2. Après être passés par l’oesophage, les aliments parviennent à l’estomac qui a pour mission de les réduire. Il le fait de deux façons. Mécaniquement, en les malaxant et les broyant à l’aide des muscles dont il est tapissé. Et chimiquement, par le biais de l’acide chlorhydrique que produit le corps (1,5 litre par jour) et d’une enzyme, la pepsine. Cela permet de décomposer les protéines en plus petits éléments, les acides aminés, qui seront absorbés plus loin dans la digestion.

3. Le chyme, le liquide qui sort de l’estomac, arrive ensuite dans l’intestin grêle, qui terminera la décomposition des aliments. Long de quatre à six mètres, il est composé de trois parties: le duodénum, le jéjunum et l’iléum. Dans la première débouchent deux conduits, l’un provenant du pancréas et l’autre du foie et de la vésicule biliaire. La bile acheminée par cette dernière permet la digestion des graisses; le pancréas, pour sa part, est une «usine à enzymes», il en produit 1,5 litre par jour, qui digère graisses, protéines et sucres. Inactives dans le pancréas, les enzymes ne sont opérationnelles qu’une fois arrivées dans l’intestin grêle.

Le bypass gastrique, un court-circuit
Le bypass gastrique, un court-circuit

Opération destinée à aider les personnes sévèrement obèses à retrouver un poids plus sain, le bypass gastrique court-circuite une partie du trajet présenté ici. Le but? Raccourcir la surface d’absorption de l’intestin grêle en raccourcissant sa longueur. On le fera en «branchant» le jéjunum à l’estomac et en réduisant de manière importante (de 1 litre à 50-100 ml) le volume de ce dernier. Le duodénum est donc effectivement court-circuité et l’intestin grêle raccourci. Cette intervention provoque une malabsorption des aliments et réduit ainsi la quantité de calories qui passent dans l’organisme, entraînant un amaigrissement.

4. En parallèle, et tout au long de l’intestin grêle, le corps commence à absorber les éléments nutritifs. Cette partie du tube digestif est couverte de myriades de plis, les vilosités. Cela lui permet d’avoir une surface d’absorption énorme, 250 mètres carrés! Acides gras, acides aminés, vitamines, protéines, graisses, sucres: différentes substances sont intégrées à différentes hauteurs. Vivre sans intestin grêle est impossible.

5. Dernière étape avant l’excrétion, le côlon. Long d’environ 1m50, le côlon est une zone de stockage et de récupération d’eau. A ce stade de la digestion, tous les éléments nutritifs ayant été absorbés, il ne reste que des fibres alimentaires, ces parties des céréales, des fruits et des légumes que nous ne digérons pas. Avec de l’eau et des bactéries, elles forment les selles que le sphincter anal expulse sous le contrôle de notre volonté. Pourquoi récupérer de l’eau? Parce que pour produire 1,5 litre de salive, 1,5 litre de sucs de l’estomac et 1,5 litre de sucs digestifs, il vaut mieux ne pas en gaspiller. Les excréments sont une matière vivante. Les deux tiers de leur poids sont composés de bactéries, entraînées hors du corps par la digestion.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 alimentation enceinte defenses

L’alimentation de la femme enceinte influe sur les futures défenses immunitaires du bébé

Le microbiote fait une nouvelle fois la Une: des médecins américains montrent aujourd'hui qu'une alimentation très grasse chez la future mère affaiblirait le microbiote intestinal de son bébé et influencerait ses futures défenses immunitaires.
Un monde asceptisé serait contre-productif pour l’immunité

Trop d’hygiène nuirait à la santé

Plusieurs études scientifiques font le lien entre une hygiène trop scrupuleuse et le développement de certaines maladies. Eclairage.
Choyer sa flore intestinale

Choyer sa flore intestinale

Comment s’alimenter pour soigner les bactéries qui vivent avec nous? La recette magique n’existe pas, mais des conseils simples, oui. Les réponses d’une diététicienne.
Videos sur le meme sujet

Les bactéries: amies et ennemies du corps

Le ventre est en train de devenir le centre d’attention des chercheurs et scientifiques du monde entier.