Les œufs, le cœur et le cholestérol: quelques petites choses à savoir

Dernière mise à jour 21/05/13 | Article
Les œufs, le cœur et le cholestérol: quelques petites choses à savoir
Il est des questions que l’on n’ose pas trop poser, souvent par peur d’être ridicule. Comme celles concernant le cholestérol (le «bon», le «mauvais», etc.) et les aliments qui en contiennent (trop, pas assez…). A commencer par les œufs du petit-déjeuner. Mise au point.

Les œufs occupent une place de choix dans l’alimentation humaine, sous de multiples formes, depuis toujours et sous toutes les latitudes. Longtemps l’affaire ne posa pas de questions. Puis arrivèrent la vie moderne, le cholestérol et les innombrables méfaits qui, souvent à juste titre, peuvent lui être associés. On sait que les choses sont un peu plus compliquées, qu’il existe plusieurs cholestérols, que nous ne sommes pas tous égaux face aux risques et que tout n’est pas qu’une affaire de chiffres. Une série de publications récentes aide toutefois à y voir un peu plus clair. Elles viennent d’être présentées dans le cadre de la Conférence Experimental Biology (EB) 2013, des experts de l'American Egg Board (AEB). Il s’agit d’une organisation soutenue par le ministère américain de l’Agriculture et dont le but affiché est de faire la promotion de cette source d’alimentation. Il n’en reste pas moins que les informations délivrées émanent de travaux conduits par des scientifiques qui engagent ici leur responsabilité en signant les travaux qu’ils ont menés.

Œuf et maladie coronarienne

Dans le cadre des recherches menées par l'Université de Yale , une étude1 a analysé l'impact de la consommation d'œufs entiers chaque jour, chez les hommes et les femmes atteints d’une maladie coronarienne. Les participants ont été répartis pour consommer soit deux œufs, soit l’équivalent d’une demi-tasse de substitut d'œuf ou un petit-déjeuner riche en glucides. Et ce pendant six semaines dans le cadre de leur régime alimentaire. Il apparaît que la consommation d’œufs entiers (ou de substitut d'œuf) n’a pas eu d’impact négatif sur les taux sanguins de cholestérol total, sur la pression artérielle, le poids corporel ou la fonction endothéliale. Les chercheurs en concluent que les œufs entiers peuvent faire partie d'un régime alimentaire sain pour le cœur, même chez les personnes souffrant de maladies coronariennes.

Œuf et profil lipidique

La recherche, menée par des spécialistes de l'Université du Connecticut,2 suggère que la consommation d'œufs entiers peut avoir un effet positif sur le niveau de cholestérol HDL (le «bon», à différencier du «mauvais», le LDL) chez les adultes atteints de syndrome métabolique. Un régime pauvre en glucides et comportant trois œufs par jour (ou une quantité équivalente de substituts d'œufs) conduit, après douze semaines, à une amélioration du cholestérol HDL, un résultat interprété comme favorable. Les auteurs vont jusqu’à estimer que les œufs peuvent constituer un aliment de nature à réduire le risque de maladies cardiovasculaires chez les personnes atteintes de syndrome métabolique.

Œuf et apport calorique quotidien

Les auteurs d’une recherche menée par l'Université du Missouri ont comparé les effets sur la sensation de satiété de différents types de petit-déjeuner: avec des céréales (représentant 15% des calories), avec des œufs (haute valeur protéique) et avec du jambon (40% des calories), ou pas de petit déjeuner du tout. Ce travail a été mené chez des adolescents en surpoids ou obèses. Résultat: les groupes qui ont consommé le petit-déjeuner hyper-protéiné avec des œufs et le petit-déjeuner à base de jambon sont ceux qui disent avoir ressenti au final les meilleures impressions de satiété. Les volontaires qui consommaient un petit-déjeuner riche en protéines ont volontairement réduit leur apport de plus de 400 calories par jour pendant la durée de suivi de l’étude (douze semaines). Aucune différence significative de poids n'a été observée entre les différents groupes – à l’exception notable de celui qui faisait l’économie du petit-déjeuner. Conclusion: on confirme les bienfaits d'un petit-déjeuner riche en protéines dans une stratégie de gestion du poids chez les adolescents en surpoids et obèses.

1. « Effects of egg ingestion on endothelial function in adults with coronary artery disease: a randomized, controlled, crossover trial »)

2. On en trouvera un résumé (en anglais) ici.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Statines

Les médicaments anticholestérol se retrouvent au coeur du débat

Si l’alimentation et l’activité physique sont les premières mesures à prendre en prévention primaire contre un taux trop élevé, la prise de statines peut s’avérer nécessaire et sauver des vies.
Viennoiserie

L’huile de palme, vraiment mauvaise pour la santé?

Cachée dans de nombreux aliments, elle est accusée d'être un des grands ennemis de la santé.
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait un véritable allié santé. Zoom sur cet aliment particulier et ses bienfaits.
Videos sur le meme sujet

Cholestérol: lutter contre les excès et sauver ses artères

Qu'est ce que le Cholestérol exactement? Que fait-il, à quoi sert-il? Pourquoi en parle-t-on autant? Quels liens existent entre le cholestérol et certaines maladies? Le Prof Roger Darioli nous donne quelques clés à ce propos.