Ce poids qui m’obsède

Dernière mise à jour 05/10/15 | Article
Ce poids qui m’obsède
Ils frôlent l’anorexie, esquivent de peu la «vraie» boulimie… les troubles alimentaires atypiques, moins connus que ces maladies mais plus fréquents, représentent une source de souffrance de tous les instants pour les personnes qui en sont victimes. Ces conduites brouillent les pistes, mais se soignent.

«Tout est parti d’une envie de perdre du poids à 17 ans. Je pesais 86 kg, je ne supportais plus mon corps. Au départ, tout s’est bien passé, j’ai pu mincir, raisonnablement, avec l’aide d’une diététicienne. Puis j’ai perdu le contrôle, je n’ai pas su m’arrêter. Je suis descendue à 47 kg pour un 1,70 m, et mon poids est devenu une obsession permanente. Je voulais une maîtrise totale de mon alimentation et ne plus prendre ou perdre un gramme. Le cauchemar a duré six ans.» Maria, architecte, aujourd’hui âgée de 25 ans, raconte ainsi une tension constante qui s’est traduite par des mois de privations, suivis de crises proches de la boulimie.

Pourtant, quand la jeune femme finit par consulter, le médecin ne lui parle ni de boulimie ni d’anorexie, mais de troubles des conduites alimentaires atypiques (TCAA). La différence? «Elle se situe surtout au niveau de l’ampleur des symptômes, explique Sophie Vust, psychologue- psychothérapeute au Centre hospitalier universitaire vaudois et auteure de Quand l’alimentation pose problème*. Les privations et les stratégies pour maigrir ne sont pas aussi extrêmes que dans l’anorexie. Quant aux crises de pulsions vers la nourriture, elles sont moins intenses et moins fréquentes qu’en cas de boulimie. De plus, ces épisodes ne s’accompagnent généralement pas de gestes compensatoires, comme le fait de se faire vomir pour limiter la prise de poids.»

Cette définition «par la négative» se double de caractéristiques spécifiques. «Les TCAA vont souvent de pair avec une insatisfaction perpétuelle vis-à-vis du poids, une mauvaise estime de soi et le réflexe de se comparer sans cesse aux autres», poursuit la spécialiste.

Des troubles reconnus depuis peu

Les troubles des conduites alimentaires atypiques (TCAA) n’ont fait leur apparition qu’il y a une vingtaine d’années dans les colonnes des ouvrages de référence du diagnostic médical. On les trouve désormais, sous des dénominations toutefois encore changeantes, tant dans la Classification internationale des maladies (CIM) que dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM).

Cinq fois plus fréquents que l’anorexie

Moins connus que leurs homologues dits «typiques» –l’anorexie, la boulimie, ou l’hyperphagie boulimique–, ces troubles liés à l’alimentation et au rapport au corps sont pourtant plus répandus: «Si l’anorexie concerne 1 à 2% de la population, les TCAA seraient cinq fois plus fréquents, en particulier chez les adolescentes. Mais les chiffres exacts sont difficiles à déterminer car les personnes qui en souffrent n’ont pas toujours le réflexe de consulter, souvent freinées par la honte ou le déni», déplore Sophie Vust. A cette explication s’ajoute celle d’une maladie souvent invisible aux yeux de l’entourage. Et pour cause: les variations de poids sont souvent limitées et les souffrances intériorisées ou masquées par une vie sociale en apparence normale.

Leur prise en charge n’en demeure pas moins cruciale pour plusieurs raisons. En plus de la souffrance qu’ils engendrent, ces troubles dits «atypiques» peuvent constituer une porte d’entrée vers les troubles typiques, anorexie et boulimie en particulier, aux conséquences plus dramatiques encore sur la santé psychique et physique. Par ailleurs, non traités, ils comportent un risque de chronicité, autrement dit de s’ancrer sur le long terme.

Le relais d’un malaise plus profond

Alors que faire? «Face à une souffrance qui s’accentue au fil des mois, en particulier à l’adolescence, il est important de consulter, indique Sophie Vust. Le premier rendez-vous peut se faire auprès du médecin de famille, qui orientera si nécessaire vers un spécialiste.» Diverses approches pourront être proposées: psychothérapie individuelle (analytique ou cognitivo-comportementale par exemple), thérapie de groupe, thérapie corporelle (méditation, relaxation, etc.). «L’idée est de comprendre que la nourriture n’est pas le problème en soi mais le relais d’un malaise plus profond, et donc d’aller chercher plus loin», explique la spécialiste.

Un parcours qu’a entrepris Maria: «Aujourd’hui, le problème est derrière moi. Mon poids s’est stabilisé autour de 60 kg, je ne me sens ni grosse ni trop mince. L’idée de prendre quelques kilos à Noël ou pendant les vacances était un drame, maintenant je l’intègre parfaitement, et mes kilos en trop fondent d’eux-mêmes. Ce qui m’a aidée? La psychothérapie, la méditation, mes lectures… J’ai surtout appris à écouter mon corps, mes besoins, et à lâcher prise.»

__________

* Editions Médecine & Hygiène, 2012.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Intoxication et empoisonnement
Elle est superbe, délicieuse et parfumée: l’amanite phalloïde, un poison de champignon

Elle est superbe, délicieuse et parfumée: l’amanite phalloïde, un poison de champignon

Le «calice de la mort» se répand à travers le monde. Un nouveau traitement est en cours d’expérimentation.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_vaincre_troubles_alimentaires

Vaincre les troubles alimentaires

A la tête du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SPEA) des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) depuis octobre 2017, la Pre Nadia Micali est une experte reconnue au niveau international des troubles de l’alimentation et du comportement alimentaire. L’occasion de nous parler de ces problèmes qui touchent 10% des enfants et un quart des adolescents.
Manger ou boire, pourquoi choisir?

Alcoolorexie, une nouvelle tendance inquiétante

On appelle cela l’alcoolorexie: se priver de manger pour boire de l’alcool sans grossir ou pour devenir saoul plus vite. Un comportement à risques qui touche plutôt les femmes. Mise au point.
Buffet

Frénésie et grignotage: attention, troubles émotionnels

Les troubles du comportement alimentaire les plus connus sont l’anorexie et la boulimie. Cependant au rayon des compulsions alimentaires émotionnelles, il existe de nombreux comportements anormaux plus modérés, qui passent souvent inaperçus et peuvent mener à une prise de poids importante. Par exemple le grignotage frénétique.
Videos sur le meme sujet

Anorexie et boulimie : l'enfer est dans l'assiette

Les rapports compliqués à la nourriture sont de plus en plus fréquents.

Baclofène contre boulimie

Après l'alcoolisme, le médicament controversé baclofène revient sur le devant de la scène, cette fois pour le traitement de la boulimie.

Anorexie et boulimie: des comportements alimentaires à très haut risque

Notre société fait la promotion de la minceur, parfois même de la maigreur. Cette tendance peut s'avérer dangereuse, puisqu'elle participe au développement de certains troubles du comportement alimentaire.