Un nez artificiel pour détecter des maladies

Dernière mise à jour 03/10/17 | Audio
Loading the player ...
Diagnostiquer un malade en analysant son haleine sera sans doute bientôt possible.

(TEXTE Aude Raimondi)

Diagnostiquer une maladie grave simplement grâce à l’haleine du patient, c’est le projet ambitieux d’un laboratoire international, qui se consacre au développement d’un «nez artificiel». Si les essais cliniques aboutissent, cet appareil électronique sophistiqué devrait permettre de détecter dans notre haleine la présence d’une dizaine de maladies graves, allant du cancer des poumons à la maladie de Parkinson.

Tout comme nos empreintes digitales sont uniques, nous avons tous une empreinte chimique particulière, présente dans notre haleine. Grâce à des nano-détecteurs, ce nez artificiel devrait être capable d’analyser les composés volatiles qui s’y trouvent. A l’aide d’algorithmes, il pourra ensuite établir un diagnostic. Depuis de nombreuses années déjà, les scientifiques savent que certaines maladies (dont les cancers) ont une odeur qui leur est propre. Les chiens sont par exemple capables de détecter certaines maladies chez leurs maîtres. La difficulté consiste aujourd’hui à programmer le nez artificiel afin qu’il reconnaisse ces odeurs et contourne les interférences susceptibles de brouiller le diagnostic. Lors des derniers essais cliniques, l’efficacité de la machine s’élevait déjà à 92%. Des résultats encourageants, qui en feront peut-être bientôt un outil indispensable pour détecter de graves pathologies de manière beaucoup plus précoce et moins invasive.

_____

Les détails avec Sylvia Cohen-Kaminsky, directrice de recherche au CNRS, interrogée par Anouck Merz.

Réécouter notre précédente chronique: Les étonnantes capacités du flair des chiens

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Recherche anticancer

La théranostique à l'assaut du cancer

Stéphane Délétroz vous propose de découvrir une nouvelle manière de lutter contre le cancer.
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements

Rencontre avec François Spertini, spécialiste du système immunitaire

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
radiotherapie_flash_espoir

La radiothérapie FLASH: l’espoir d’une nouvelle arme contre le cancer

Utilisant des faisceaux d’irradiation ultra-brefs, cette technique pourrait venir à bout de certaines tumeurs résistantes aux traitements.
demeces_greffe_neurones

Démences: l’espoir des greffes de neurones

Pour lutter contre les ravages des démences, la recherche scientifique s’acharne. Parmi les pistes de recherche, les thérapies cellulaires, qui suscitent un réel espoir.
habitat_bien-etre_liens

Habitat et bien-être, des liens étroits

À l’heure où la recherche de logement en Suisse romande ressemble à un parcours du combattant, on peut s’interroger sur l’impact des déménagements sur le bien-être au cours de la vie. Le Dr Bram Vanhoutte, sociologue à l’Université de Manchester, s’est intéressé à cette question.
Videos sur le meme sujet

Gros plan sur les biopsies liquides, une nouvelle méthode d’analyse

Début juin 2017, les biopsies liquides ont fait l’objet de nombreuses interventions à Chicago, lors du plus grand congrès mondial sur le cancer.

L'intelligence artificielle pour sauver des vies d’enfants

Le big data et l’intelligence artificielle pourraient améliorer le diagnostic des maladie infantiles dans les pays en voie de développement, grâce à un protocole signé entre Terre des hommes et l’Université de Genève.

Une molécule efficace contre l’ulcère de Buruli

Des chercheurs de l’Institut suisse de santé tropicale et de santé publique de Bâle viennent de découvrir une puissante alternative aux traitements existants contre l'ulcère de Buruli.