Obésité: un nouveau médicament autorisé aux Etats-Unis

Dernière mise à jour 14/01/15 | Article
Obésité: un nouveau médicament autorisé aux Etats-Unis
Les autorités sanitaires américaines donnent leur feu vert à Contrave® une quatrième spécialité pharmaceutique contre le surpoids et l’obésité. Que faut-il en penser?

La Food & Drug Administration (FDA) américaine vient de donner son feu vert1 à la commercialisation de l'association bupropion/naltrexone – une spécialité commercialisée sous la marque Contrave® 2. C’est une relative surprise: cette même FDA avait initialement rejeté l’autorisation de mise sur le marché pour cette même molécule en février 2011. Elle redoutait alors une éventuelle toxicité cardiovasculaire à long terme de cette molécule chez les patients en surpoids ou obèses. Toutefois de nouveaux résultats, rassurants, de l’essai de sécurité cardiovasculaire «Light Study», mené auprès de 9000 personnes, ont modifié la donne.

Pensées suicidaires

L’agence américaine n’a toutefois approuvé le traitement par cette molécule que chez les adultes dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30. Elle l’a aussi approuvé chez les adultes avec un IMC inférieur ou égal à 27 à condition que ces personnes aient au moins un autre facteur de risque associé à leur poids (hypertension artérielle, diabète de type 2 ou taux anormalement élevé de cholestérol sanguin).

Point important: un avertissement figurera sur la notice du médicament pour alerter les professionnels de santé et les patients du risque accru de pensées suicidaires associé à l’utilisation du bupropion et des événements neuropsychiatriques graves rapportés avec cette molécule (commercialisée sous la marque Zyban®) dans le sevrage tabagique.

Quatre molécules aux USA

L’autorisation de mise sur le marché s’accompagne aussi d’une obligation de réaliser plusieurs études «post-marketing», dont une sur les risques cardiovasculaires. L’association bupropion/naltrexone peut en effet augmenter la pression artérielle et accélérer le rythme cardiaque. Les personnes victimes d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC avaient été exclues des essais cliniques. Il en allait de même de celles présentant des arythmies dangereuses ou une insuffisance cardiaque.

Le site Medscape.com explique que désormais quatre traitements médicamenteux de l’obésité sont disponibles aux Etats-Unis. En outre, des discussions s’engagent sur un autre traitement potentiel: l’agoniste du GLP-1 liraglutide (Victoza® de la firme Novo Nordisk), déjà autorisé comme traitement du diabète de type 2.

Etudes «post-marketing»

Outre Contrave®, les médicaments anti-obésité déjà commercialisés aux Etats-Unis sont l’orlistat (Alli®, GlaxoSmithKline) et Qsymia® (Vivus). Il s’agit ici d’une association de phentermine, un dérivé d'amphétamine utilisé pour réduire l'appétit, et du topiramate, un anti-épileptique (des combinaisons très proches sont évaluées dans le sevrage de la cocaïne).

Il y a aussi Belviq® (Arena Pharmaceuticals) qui a montré une certaine efficacité dans l'addiction à la nicotine ou à la cocaïne. «Ces molécules, qui, a priori, concernent davantage la neurologie que la lutte contre l’obésité, n’ont été autorisées dans cette indication qu’à la condition d’études post-marketing très poussées», souligne Medscape.

Une seule option en Europe

Certains spécialistes américains dénoncent les «maigres avancées» de ces médicaments dans le traitement de l’obésité. Les critiques sont nettement plus sévères en Europe, où l’obésité est un phénomène moins fréquent qu’aux Etats-Unis. L’Agence Européenne du Médicament (EMA) n’a pas accordé de feu vert à Qsymia® et Belviq® en raison de profils de sécurité jugés défavorables. L’association bupropion/naltrexone Contrave® est toujours en cours d’évaluation en Europe.

Sur le Vieux Continent, la seule option médicamenteuse disponible contre l’obésité est aujourd’hui l’orlistat. Soit à faible dose (Alli®, GSK), soit à des doses plus fortes (Xenical®, Genentech).

_________

1. L’avis (en anglais) de la FDA est disponible ici.

2. Plus d’informations (en anglais) sur cette spécialité pharmaceutique est disponible ici

A LIRE AUSSI

Santé des people
Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Présentatrice du téléjournal depuis huit ans, Agnès Wuthrich est devenue une figure familière des téléspectateurs...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
carafes_filtrantes_eau

«Carafes filtrantes» et traitement de l’eau: ce qu’il faut savoir sur le sujet

Une agence sanitaire française vient de mener un vaste travail d’expertise sur le sujet. Voici ses principales recommandations.
soleil_protegent_microbes

Les rayons du soleil nous protègent des microbes

On connaissait les bienfaits de l'exposition (modérée!) au soleil, qui favorise la production de la précieuse vitamine D. Il apparaît désormais que certains de ses rayons stimuleraient aussi notre système immunitaire. Et nous protégeraient donc des microbes.
Prévention_1_place_action

Prévention: place à l’action

Les cibles sont identifiées. Le public, à l’écoute. Les connaissances, à la pointe. Les volontés, bien présentes. Et pourtant, en matière de prévention, la Suisse se fait régulièrement sanctionner d’un «peut mieux faire» par les organisations internationales. Les raisons? Elles sont multiples… et en bonne partie économiques. Explications.
Videos sur le meme sujet

La génomique environnementale

Stimulée par l’accélération des technologies du séquençage de l’ADN, la génomie environnementale ouvre des perspectives vertigineuses aux sciences du vivant.

Lausanne, capitale de l'immunothérapie

L'immunothérapie est une arme supplémentaire, à côté de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie, dans la lutte contre le cancer.

10 minutes pour décrocher de la coke

L’addiction à la cocaïne se soigne.