Assister à la naissance des neurones

Dernière mise à jour 04/03/16 | Audio
Loading the player ...
Sarah Dirren se penche sur une nouvelle technologie qui permet de visualiser en direct la naissance des neurones.

Le but de cette technique, nommée "FlashTag", est de mieux comprendre l’origine de maladies neurologiques, telles que l’autisme et la schizophrénie.

Les explications de Denis Jabaudon, professeur au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine de l'Université de Genève (Unige) et médecin associé au Service de neurologie des Hôpitaux universitaires genevois (HUG).

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop...
Lire la suite
Technologie

Médecine digitale : la santé connectée

Le "quantified Self" ou "auto-quantification" consiste à récolter des données sur soi-même à l'aide de capteurs.
Lire la suite
Recherche anticancer

La théranostique à l'assaut du cancer

Stéphane Délétroz vous propose de découvrir une nouvelle manière de lutter contre le cancer.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_patients_virtuels_recherche

Patients virtuels pour recherche réelle

Une équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) utilise des patients virtuels pour faire de la recherche clinique. Des milliers de personnes porteuses du VIH pourraient en profiter.
Puls_Centre_simulation

Apprendre sans risque grâce à la simulation médicale

Haut lieu d’apprentissage, le Centre interprofessionnel de simulation à Genève offre aux étudiants et au personnel de la santé l’occasion de se former dans un contexte quasiment réel. Une méthode pédagogique fondée sur la coopération entre les différents corps de métiers.
Videos sur le meme sujet

Bienvenue dans le monde des pandoravirus

Silvio Dolzan vous emmène dans un monde bizarre, entre les virus et les cellules à noyau: celui des pandoravirus.