Workaholic: voulez-vous savoir si vous en êtes un/une?

Dernière mise à jour 09/05/12 | Article
Un chien avec un ordinateur
Répondez vite à ce test: il vous dira (gratuitement) la vérité.

Le workaholic est bien plus qu’un simple «bourreau de travail». Il ne se contente pas d’abattre une quantité phénoménale de travail : il se tue à petit feu – ou presque – à son établi. Il le fait pour nourrir sa propre addiction. Il n’est pas mu par une foi idéologique (ex: les exploits du mineur soviétique  Alekseï Grigorievitch Stakhanov; 1905-1977).

Ce phénomène contemporain prend une dimension chaque jour plus importante avec la disparition (du fait de la Toile notamment) des frontières qui séparaient le monde de la sphère professionnelle de celui de la vie privée. De ce point de vue les ordinateurs portable et les multiples instruments de la téléphonie mobile sont de grands pourvoyeurs d’assuétude au labeur. Et ceci est vrai à l’échelon planétaire personne ne semblant soucieux de prendre la mesure de ce qui, pour le coup, constitue bien un vrai problème de santé publique.

La nouveauté dans ce domaine est simple et nous vient du Nord. Des chercheurs norvégiens et britanniques viennent d’annoncer avoir mis  au point un nouvel outil d’évaluation de la dépendance au travail. Baptisé  «The Bergen Work Addiction Scale» ce test est publié dans le dernier numéro du Scandinavian Journal of Psychology. Ce travail original a été dirigé par  Cecilie Schou Andreassen, jeune psychologue clinicienne de la faculté de psychologie de l'Université de Bergen.

 Ce test a été élaboré et validé auprès de 12.135 salariés norvégiens travaillant dans plusieurs secteurs de vingt-cinq entreprises différentes.

L’échelle retient au final sept critères essentiels caractéristiques de l’addiction. Soit: le caractère constant de la préoccupation constante, la modification de l’humeur (agitation ou irritabilité en cas d'impossibilité), le besoin impératif d'augmenter l'intensité ou la fréquence, le désintérêt (pour d’autres activités), l’apparition de conflits, la poursuite du comportement d’addiction en dépit des problèmes croissants qu’il provoque et la survenue récurrentes de rechutes.

Ici ces sept  critères sont pondérés en fonction de leur importance ou de leur fréquence: 1  (jamais); 2 (rarement); 3 (parfois); 4 (souvent); 5 (toujours).

En pratique les résultats des tests obtenus et analysés par les chercheurs démontrent que l'échelle permet d’établir de manière fiable une distinction entre les workaholics (entité qui ne correspond pas exactement à celle de bourreaux de travail) et tous les autres.

Testez-vous:

A. Vous réfléchissez souvent à la manière dont vous pourriez libérer plus de temps pour travailler,

B. Vous passez beaucoup plus de temps à travailler que vous l’aviez initialement prévu,

C. Vous travaillez, au fond, dans le but de réduire un sentiment de culpabilité, d'anxiété, d'impuissance ou de dépression,

D. Plusieurs personnes vous ont déjà conseillé (ou vous conseille) de réduire votre temps de travail mais vous ne les écoutez pas,

E. Vous devenez très vite stressé si vous êtes soudain dans l’impossibilité de travailler,

F. Vous faites passer votre travail loin devant vos activités préférées, vos loisirs, ou des activités physiques,

G. Vous travaillez tellement que cela a désormais des influences négatives sur votre santé.

Interprétation:

Si vous avez répondu «souvent» ou «toujours» dans au moins 4 de ces 7 items il faut vous rendre à la raison: vous êtes bien devenu un workaholic. Ce qui ne veut pas dire, bien au contraire, que vous ne souffrez pas d’autres formes d’assuétudes, à l’alcool et/ou au tabac; voire à d’autres  substances psychostimulantes moins autorisées par la loi française.

Reste alors à trouver, au plus vite et au mieux, les chemins de l’aide médicale et psychologique. En théorie la médecine du travail devrait jouer ici un rôle majeur. Mais elle se heure souvent en pratique au fait que le «workaholic pollyaddict» est dans un processus massif de déni. Au fait aussi que cette addiction est le plus souvent perçu est vécue à mi chemin du travail et du privé comme l’expression du libre arbitre de celui qui souffre. Peut-être est-ce là une résurgence contemporaine de la servitude volontaire traitée en son temps sous la forme d’un célèbre Discours par le jeune (il avait dix-huit ans) Etienne de La Boétie (1530-1563)

En toute hypothèse l’approche et les préoccupations norvégiennes viennent compléter une autre récente étude, évoquée sur Planetesante décryptant les liens entre le fait de travailler trop et le risque de souffrir de dépression.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

L'attaque cérébrale liée à un horaire de travail trop lourd

L'accident vasculaire cérébral (AVC), communément appelé attaque cérébrale, frappe plus fréquemment les personnes qui font de trop longues heures de travail. L'avertissement vient d'être lancé par un groupe de médecins européens.

Travailler trop = déprimer grave. Et vice versa?

Une durée de travail quotidien de onze heures est statistiquement associée à un risque plus élevé de syndrome dépressif. Mais encore?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces substances semble toujours sortir du lot. Dopamine: soit la molécule qui se cache derrière tous nos comportements inavouables, tous nos désirs les plus secrets. L’amour? Dopamine. Le désir sexuel? Dopamine. L’adultère? Dopamine. L’attention? Dopamine. Le féminisme? Dopamine. L’addiction? Dopamine.
Videos sur le meme sujet

Workaholism: obsédé du travail

Le travail est bénéfique pour la santé. Il structure nos journées, nous procure un sentiment d’identité. Il peut même devenir une passion... ou une maladie.