Syndrome de l'intestin irritable

Dernière mise à jour 27/09/11 | Maladie
Tuyaux

AUTEURS

ADAPTATION / VALIDATION

Les symptômes de l'intestin irritable sont des diarrhées, une constipation ou un inconfort abdominal. C'est une maladie gênante mais rarement grave.

Brève description

Le syndrome de l’intestin irritable regroupe un ensemble de symptômes abdominaux chroniques, en particulier une gêne ou des douleurs et une sensation d’avoir le ventre gonflé.

Ce syndrome est plus fréquent chez les femmes et apparaît principalement entre 20 et 40 ans.

Il ne s’agit pas d’une maladie grave, mais elle est gênante au quotidien.

Symptômes

Les symptômes habituels sont des douleurs, une gêne ou un inconfort abdominal, des ballonnements et une sensation d’avoir le «ventre gonflé». Ce syndrome est souvent accompagné de troubles du transit intestinal sous forme de constipation, parfois de diarrhées ou encore d’une alternance de diarrhées et de constipation. L'intensité et la fréquence des symptômes varient selon les personnes.

Causes

On ne connait pas vraiment la cause du syndrome de l'intestin irritable, mais on a relevé l'existence de facteurs favorisants tels que :

  • l’ingestion de certains aliments tels que les légumes, les fruits, le jus de fruits, les boissons gazeuses ou contenant des sucres (édulcorants) artificiels, aussi appelées boissons « light », les bonbons sans sucre (sorbitol), les crudités, les féculents et les pâtes
  • un mode de vie associant stress, sédentarité (absence d’exercice physique régulier) et tabagisme
  • le genre : les femmes jeunes (20-40 ans) ont un risque plus élevé

Traitement

Le premier traitement consiste à fournir des explications, à mettre en confiance et à rassurer les personnes qui en souffrent, ce qui est essentiel. A ce stade, la prescription de médicaments n’est pas nécessaire !

Par conséquent, la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable comporte trois aspects :

1) la modification de l'hygiène de vie (conseils sur le plan diététique, éviction (suppression) des aliments identifiés comme non tolérés, élimination des aliments parfois difficiles à digérer (légumes, fruits, jus de fruits, boissons gazeuses ou contenant des sucres (édulcorants) artificiels, aussi appelées boissons « light », bonbons sans sucre (sorbitol), crudités, féculents, pâtes).

1. l’activité physique régulière (deux fois 30 minutes par semaine au minimum), qui peut améliorer la digestion et réduire le stress.

2) une prise en charge psychologique, parfois nécessaire, notamment lorsqu'une source particulière de stress est identifiée

3) lorsque ces deux mesures sont insuffisantes, des médicaments peuvent être prescrits. Ils permettent de soulager les symptômes (antidouleurs, antispasmodiques) ou de traiter un problème psychique concomitant. Parfois, en l’absence de diagnostic de dépression, un antidépresseur peut tout de même être prescrit parce qu’il permet souvent de soulager les symptômes digestifs.

Evolution et complications possibles

L’évolution est en général favorable avec la modification du mode de vie et une meilleure compréhension de la maladie et, si nécessaire, un suivi psychologique et la prescription de médicaments.

Il n’y a pas de complications du syndrome de l’intestin irritable. Cependant, en l’absence d’une prise en charge adéquate (comprenant notamment réassurance, modifications de l’hygiène de vie et parfois médicaments), les malades consultent généralement de nombreux médecins et, au bout du compte, subissent plus souvent une intervention chirurgicale que les personnes qui ne souffrent pas de cette maladie.

Prévention

Une bonne hygiène alimentaire et de vie, ainsi que la pratique d’une activité physique régulière permettent d’éviter ou d’améliorer les symptômes du syndrome de l’intestin irritable.

Quand contacter le médecin ?

Informations utiles au médecin

Le médecin s’intéressera en particulier au type de symptômes et à leur chronologie. Il cherchera également à mieux cerner le contexte de vie de la personne, en particulier la présence de facteurs qui ont provoqué l’apparition ou la modification des symptômes (repas et type d'aliments consommés, voyage, opération, divorce, licenciement).

Examens

Le médecin décidera des examens à effectuer en fonction des symptômes (par exemple, prise de sang pour exclure une infection, échographie ou scanner).

A LIRE AUSSI

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement...
Lire la suite

Borréliose

La borréliose est transmise par les tiques. Elle commence par une rougeur de la peau, qui s'étend et s'éclaircit en son centre. Non traitée, elle peut...
Lire la suite

Zona

Le zona est une maladie virale qui peut atteindre toute personne ayant eu la varicelle dans le passé. Il s’agit d’une réactivation du virus de la varicelle...
Lire la suite

Qu'est-ce que c'est ?

Des médecins ont rédigé pour vous des réponses aux questions que vous vous posez à propos des maladies les plus fréquentes.

Attention: ces informations ne remplacent pas une consultation chez le médecin.

Numéros d'urgence

Ambulance

144

 

Centre anti-poison

145

 

Service de secours-Ambulance

112

Service de secours-Ambulance
(SAMU)

15

Service de secours-Ambulance

911