Publicité

Qu'est-ce que c'est?

Des médecins ont rédigé pour vous des réponses aux questions que vous vous posez à propos des maladies les plus fréquentes.

Attention: ces informations ne remplacent pas un contact avec le médecin

       
 
Infection urinaire

Infection urinaire

WC CC BY Alaskan Dude
La cystite est une inflammation de la vessie qui provoque des brûlures en urinant. Les mictions peuvent être plus fréquentes et l'urine contient parfois du sang.

Brève description

Une cystite est une inflammation de la vessie, due le plus souvent à une infection par des bactéries. C'est une affection fréquente chez la femme, plus rare chez l’homme.

Symptômes

Les symptômes d’une infection urinaire sont :

  • des brûlures en urinant (douleurs plus ou moins intenses au moment, à la fin ou après le passage de l'urine)
  • l’émission fréquente de petites quantités d'urine
  • des besoins pressants d’uriner, même pour quelques gouttes
  • des tiraillements parfois douloureux dans le bas-ventre
  • parfois, la présence de sang dans l’urine
  • une odeur forte de l’urine qui peut être trouble.

Causes

Le gros intestin contient de nombreuses bactéries, ce qui est tout à fait normal et utile. Celles-ci, présentes dans les selles, peuvent contaminer l’urètre, très proche de l’anus, et remonter jusqu’à la vessie. Cette contamination peut être favorisée par l’activité sexuelle, pour des raisons mécaniques, mais il ne s’agit pas de la transmission d’une infection d’une personne à l’autre. La contamination de l’urètre peut aussi être favorisée par certains gestes lors de la toilette intime ou après être allé à selle, si l’on se nettoie d’arrière en avant par exemple.

Facteurs de risque

Comme pour toute infection, l’état des défenses naturelles, locales (dans la vessie) et générales (anticorps) joue un rôle dans le déclenchement d’une cystite. Par exemple, le risque d’avoir une infection est plus grand lorsqu’on est fatigué ou stressé, car nos défenses sont alors moins efficaces.

D’autre part, les bactéries se développent beaucoup plus facilement dans la vessie si elles y restent longtemps, c’est-à-dire lorsque l’on boit peu et que par conséquent on urine peu.

Traitement

Le premier traitement est de boire beaucoup (eau, tisane, etc.) afin de laver la vessie et d’éliminer ainsi les bactéries présentes.

Un médicament simple contre la douleur, tel que le paracétamol (Dafalgan, Panadol, etc.) permet de l’atténuer si nécessaire.

Un traitement antibiotique, prescrit par le médecin, est souvent nécessaire. En général, un traitement court (3 à 5 jours) est suffisant chez la femme. Certains antibiotiques s’administrent même en dose unique.

En cas de grossesse, une infection urinaire nécessite une consultation car les risques de complications sont plus importants. Le traitement est en général plus long et un contrôle de l’urine après le traitement est indispensable.

Chez l’homme, le traitement de l’infection urinaire sera également plus long.

Evolution et complications possibles

L’évolution se fait très généralement vers la guérison sans complications en quelques jours.

La complication la plus fréquente d’une cystite est une extension de l’infection vers un rein (pyélite ou pyélonéphrite) qui se manifeste alors par de la fièvre et des douleurs dans le dos et le flanc. La pyélite ou la pyélonéphrite se traitent également par des antibiotiques, mais pendant une période plus longue que la cystite.

Chez l’homme, une autre complication est l’extension de l’infection vers la prostate (prostatite). Cette infection est plus difficile à soigner, le traitement antibiotique dure en général plusieurs semaines.

Prévention

La meilleure prévention est une hydratation suffisante (boire au moins deux litres de liquide par jour).

Des mesures d’hygiène simples permettent également de diminuer beaucoup la fréquence des cystites : se nettoyer d’avant en arrière lors de la toilette intime ou après être allé à selle, uriner après les rapports sexuels.

Certaines tisanes ou jus de fruits, en particulier ceux contenant de la canneberge (cranberry), peuvent diminuer la fréquence des infections urinaires.

Quand contacter le médecin ?

1.   Il s’agit de la première fois que vous ressentez ces symptômes
 Dans ce cas, vous devez consulter un (votre) médecin qui vous examinera, fera un examen d’urine et prescrira le traitement nécessaire. En attendant de pouvoir le joindre (si c’est la nuit, par exemple), vous pouvez commencer de boire beaucoup et si nécessaire prendre du paracétamol (Dafalgan, Panadol, etc.) en cas de douleurs.

2.   Vous avez l’habitude de ce problème et reconnaissez immédiatement les symptômes
 Dans ce cas, et pour autant que vous ne présentiez pas de signe de complications (fièvre supérieure à 38 °C et présence de douleurs dans le dos ou le flanc), vous pourrez prendre directement le traitement habituel que votre médecin aura généralement pris soin de vous laisser en réserve.

3.   Il s’agit d’une récidive très proche du précédent épisode (dans le mois qui suit)
 Dans ce cas, une consultation est nécessaire, en particulier pour vérifier quelle bactérie a infecté votre vessie et si elle est résistante au traitement habituel. Si les symptômes débutent le soir ou la nuit, cette consultation peut attendre le matin. Entre temps, vous pouvez commencer de boire beaucoup et si nécessaire prendre du paracétamol (Dafalgan, Panadol, etc.) en cas de douleurs.

4.   Vous êtes enceinte
 Dans ce cas, une infection urinaire nécessite une consultation car les risques de complications sont plus importants. Un contrôle de l’urine après le traitement est indispensable.

5.   Vous êtes un homme (situation plus rare pour une cystite)
 Une consultation est toujours nécessaire, principalement à cause de l’extension possible de l’infection vers la prostate. Si les symptômes débutent le soir ou la nuit, cette consultation peut attendre le matin. Entre temps, vous pouvez commencer de boire beaucoup et si nécessaire prendre du paracétamol (Dafalgan, Panadol, etc.) en cas de douleurs.

Attention : l’apparition de fièvre (supérieure à 38 °C) et la présence de douleurs dans le dos ou le flanc sont des indices d’une complication potentiellement dangereuse (pyélite ou pyélonéphrite). Dans ce cas, il faut prendre immédiatement contact avec son médecin ou appeler un service de garde d’urgence la nuit ou le week-end.

Voir aussi : J'ai des brûlures en urinant

Informations utiles au médecin

Pour le médecin, il est important de savoir si vous avez déjà eu des infections urinaires, de quand date le dernier épisode, si vous avez de la fièvre ou des douleurs dans le dos et le flanc, et si vous êtes enceinte. Et bien sûr, comme avant tout traitement, si vous êtes allergique à des médicaments.

Examens

Un examen d’urine simple (bandelette réactive trempée dans l’urine) suffit le plus souvent. Il n’est généralement pas nécessaire si les symptômes sont connus et que le médecin a prescrit un traitement de réserve pour cette situation. En cas d’infections répétées, ou d’infection chez la femme enceinte ou l’homme, un échantillon d’urine sera envoyé dans un laboratoire pour culture afin de savoir quelle bactérie en est responsable.

En présence de complications, une culture est absolument nécessaire pour identifier la bactérie en cause et sa sensibilité au traitement. D’autres examens tels qu’une prise de sang et une imagerie des voies urinaires (échographie ou scanner) pourront aussi être effectués.

Références

  • Diagnostic et traitement de l’Infection Urinaire chez l’adulte : recommandations pour la pratique clinique. Département de Médecine, CHUV, 2006.

FILTRES

Sexe