Publicité

Polype des cordes vocales: quand la voix se brise

Article
Rouge-gorge chantant LDD hotblack/morguefile
Instrument à vent et à cordes, la voix permet non seulement de communiquer le plus simplement du monde, mais aussi de chanter devant des milliers de fans (pour certains). A trop l’utiliser, cependant, il est possible de l’abîmer, voire de la perdre.

Une voix, c’est quoi?

Physiologiquement, «nous avons deux cordes vocales, composées d’un muscle recouvert d’une muqueuse, qui s’ouvrent lorsque l’on respire et se referment pour émettre un son,  pour parler ou chanter, dans un mouvement vibratoire», explique le Dr Frédéric Olivier, phoniatre et oto-rhino-laryngologiste à Aigle.

Le mécanisme de la voix est complexe et précis: «c’est de l’air mis en vibration par les cordes vocales contenues dans le larynx. Ce dernier agit comme un “transformateur d’énergie” qui change le souffle en son grâce aux cordes vocales qui vibrent en rentrant en contact l’une avec l’autre, explique Sévérine Isoard, logopédiste au CHUV. En parlant, nous gérons plus ou moins consciemment l’air contenu dans les poumons à l’aide du diaphragme, principal muscle respiratoire qui sépare le tronc en deux. Lorsque le diaphragme monte, l’air sort et quand il redescend l’air entre».

Pour les chanteurs, toute la difficulté réside dans la maîtrise à la fois du souffle et du son. Il faut tout d’abord gérer l’expiration, ce qu’on appelle communément la respiration par le ventre. «Ne pouvant pas commander directement le diaphragme, nous utilisons les muscles abdominaux pour accompagner la remontée de l’air et sa sortie sous forme de son. En relâchant les abdominaux, le diaphragme redescend. Pour chanter, lorsque nous avons besoin de produire des notes plus longues, nous nous servons de la résistance élastique de la cage thoracique, explique Séverine Isoard. Les sons graves ou aigus sont obtenus en changeant la tension des cordes, qui alors vibrent différemment. On parle par ailleurs de voix de poitrine et de voix de tête. Pour la voix de poitrine, les cordes vont s’accoler sur toute leur épaisseur, c’est la voix parlée en général. Pour la voix de tête, c’est la partie supérieure des cordes vocales qui se touche».

«A force de trop pousser sa voix, de continuer à chanter durant un état grippal par exemple, en malmenant son larynx sous l’effet de la fumée ou encore en manque d’hydratation, il est possible de voir apparaître un accident au niveau des vaisseaux de la muqueuse. S’ensuit alors une lésion, tel un polype: une excroissance de la muqueuse entourant les cordes vocales», précise le Dr Olivier.

Attention danger!

Ainsi, Adele, Bonny Taylor ou encore Johnny Hallyday ont tous été victimes de polypes aux cordes vocales. «Même chez des chanteurs bien entraînés, il est possible que la voix soit trop stimulée. A long terme, les cordes ne vont plus résister aux contraintes mécaniques. Une blessure ou un saignement d'un micro-vaisseau dans la muqueuse, apparaîtra alors», continue le spécialiste. S’il se dilate, cela crée une petite boule: le fameux polype. A moins d’une lésion mineure, le patient doit alors avoir recours à une intervention chirurgicale. Il s’agit de sectionner la lésion, au ras de la corde vocale au niveau de la muqueuse. Concrètement, le malade est allongé sur le dos sous anesthésie générale, la tête en extension vers l’arrière. L’intervention se déroule sous un microscope avec des instruments micro-chirurgicaux.

Hygiène vocale

Après l’opération, on préconise un repos complet de la voix durant cinq jours. Silence total donc. «Puis, pendant trois semaines, suivi par un logopédiste, le patient se remet à parler, chaque jour un peu plus. Pour un chanteur, il est recommandé de ne pas exercer son art durant un mois puis de reprendre des échauffements progressifs et des exercices permettant de monter en fréquence et en intensité graduellement. Ce n’est qu’au bout de trois mois qu’il pourra reprendre son activité», conclut le Dr Olivier.

Si l’accident de la voix est courant chez le chanteur, une bonne hygiène vocale permet d’en diminuer la fréquence. «On conseille de ne pas fumer et de dormir régulièrement, explique Séverine Isoard. Des reflux acides peuvent aussi irriter les cordes. Comme pour les athlètes de haut niveau, utiliser sa voix professionnellement exige de l’entraînement. Les gens qui se servent beaucoup de leur voix, comme les enseignants ou les avocats, l’utilisent la plupart du temps spontanément d’une façon adéquate, c'est-à-dire d’une manière qui porte sans forcer. Mais, personne n’est à l’abri d’une lésion qui peut, sans prévenir, briser la voix.»

Cancer et maladies des fumeurs

«Lors d’un cancer du larynx, selon le stade de la maladie, il faut parfois procéder à une ablation des cordes vocales du patient», explique le Dr. Frédéric Olivier. On pratique alors une laryngectomie, autrement dit une amputation du larynx. «Nous pouvons ensuite restaurer une voix, malheureusement de qualité bien moindre, à partir de l’œsophage en le faisant vibrer à l’aide d’une petite canule depuis la trachée», continue l’ORL. Généralement causé par la fumée, ce cancer ne touche cependant pas tous les fumeurs, même importants. A l’inverse, certains fumeurs modérés, consommant quelques cigarettes par jour, ont rapidement une atteinte des cordes vocales. «Si un fumeur se rend compte que sa voix se modifie et continue à se dégrader, il doit consulter sans attendre. Lorsque les lésions sont détectées suffisamment tôt, il est possible de proposer un traitement conservant les cordes vocales», conclut le spécialiste.

En collaboration avec