Publicité

Les statines, l’arme royale contre le cholestérol

Questions/Réponses
Noisette de beurre © istockphoto.com/ajafoto
Si vous avez un haut risque de maladie cardiovasculaire, vous devez faire baisser votre taux de mauvais cholestérol (celui qu’on appelle LDL). Un changement d’hygiène de vie vous y aidera mais ce ne sera peut-être pas suffisant. Dans ce cas, votre cardiologue vous prescrira sans doute une statine, un médicament dont la cible précise est le cholestérol.

Filtres

Catégories
Sexe
Parties du corps

Les statines, qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’une classe de médicaments largement prescrits depuis vingt ans. On en connaît plusieurs variétés mais elles ont toutes le même mode d’action et le même effet: faire diminuer le mauvais cholestérol. Par conséquent, chez des personnes ayant un haut risque cardiovasculaire, un traitement de statines fait baisser le risque d’accident cardiovasculaire, la mortalité et le nombre d’hospitalisations.

Qui sont ces personnes à haut risque?

Ce sont des personnes ayant eu un infarctus ou une attaque cérébrale, à plus forte raison si leur taux de cholestérol est élevé et que l’on a mis en évidence une athérosclérose (des dépôts de graisse qui bouchent les vaisseaux). Il n’y a pas de doute qu’on doit prescrire immédiatement une statine dans ces cas-là.

Mais avant l’accident cardiaque, faut-il un traitement?

En prévention primaire (c.-à-d. avant un accident ou la déclaration d’une maladie), la situation est différente. Si vous vous rendez chez votre médecin et qu’un contrôle montre que votre taux de cholestérol est trop élevé, il commencera par faire avec vous le tour des facteurs de risque que vous pouvez modifier. Fumez-vous Etes-vous sédentaire? En surpoids? Avez-vous du diabète? Il vous incitera à prendre des mesures sur ces points. On peut en effet baisser son cholestérol sans médicaments. L’arrêt du tabac a, par exemple, un effet très bénéfique sur le taux de cholestérol. Bouger plus, prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur donne aussi une amélioration rapide, en quelques mois.

Après six mois, votre cholestérol aura peut-être baissé et vous aurez alors réduit votre risque. A ce stade cependant, si le cholestérol n’a pas baissé et en fonction d’autres facteurs (tension trop haute, diabète, plaques d’athérosclérose), on envisagera un traitement de statines.

Quels effets secondaires ont les statines?

Chez 10 à 15% des patients, la prise de statines provoque des douleurs musculaires. Mais une adaptation de la dose ou un changement de variété de statine peut juguler ces effets secondaires. De plus, une majorité de patients tolère ce désagrément. On estime donc qu’une personne sur vingt finit par arrêter un traitement du fait de ces effets secondaires.

Pour ces personnes, on se tournera alors vers l’utilisation d’autres médicaments ayant un effet sur le cholestérol, mais sur lequel les médecins possèdent moins de recul thérapeutique que sur les statines, largement utilisées depuis vingt ans.

Mon cholestérol est élevé, ai-je besoin nécessairement d’une statine?

Non. Certaines personnes ont un cholestérol élevé mais ne possèdent pas d’autres facteurs de risque. Si elles ne fument pas, ne sont pas en surpoids, ne sont pas sédentaires ne présentent pas de diabète et que l’on a pu montrer qu’il n’y a pas de plaques d’athérosclérose dans leurs artères, il n’y a pas de raison d’envisager un traitement médicamenteux.

Comment cela se traduit-il en termes de valeurs de cholestérol LDL?

Après un dosage sanguin, on peut déterminer le taux de mauvais cholestérol d’un individu. On l’exprime en grammes par litre ou en millimoles par litre de sang.

Pour quelqu’un qui déjà eu un accident cardiaque, on cherche, avec un traitement de statines notamment, à obtenir un taux de mauvais cholestérol compris entre 2 et 3 millimoles par litre. Plus le risque est important, plus on doit être près de 2. En prévention primaire (avant un accident), chez une personne à risque, on ciblera plutôt une valeur inférieure à 4.

A contrario, une personne qui ne possède pas de facteurs de risque (active, non fumeuse, sans diabète et sans membre de la famille ayant eu un accident cardiovasculaire), un taux de 4 ou 4,5 millimoles par litre de mauvais cholestérol est tout à fait acceptable.

Sur le même sujet

Main recevant des médicaments
Article
Une vaste étude publiée dans «The Lancet» démontre que la prise systématique de statines (quel que soit les taux de cholestérols) aurait un effet bénéfique...
05/06/2012 Lire la suite...
Donnez-moi votre main, je vous direz votre cholestérol
Article
Votre avenir est-il écrit dans votre paume? Depuis quelques siècles, les avis sont partagés et la démonstration tarde à être apportée. Aujourd’hui la science...
30/08/2012 Lire la suite...
Chips
Le saviez-vous
Pense à ton cholestérol avant de manger ces chips! Si tu continues comme cela, tu vas avoir une crise cardiaque! En fait, le cholestérol, c’est quoi? ...
04/04/2012 Lire la suite...
Oeufs
Article
Des experts américains viennent de recommander le dépistage systématique du cholestérol sanguin avant l’âge de 11 ans. Est-ce bien raisonnable? ...
18/01/2012 Lire la suite...
Les statines n’aggravent pas les cancers
Article
Une étude danoise conclut que le traitement anti-cholestérol est associé avec une diminution de la mortalité liée au cancer. Une conclusion réjouissante pour...
07/12/2012 Lire la suite...
Les statines sont utiles pour réduire les récidives d’AVC
Article
Initialement élaborées pour permettre de contrôler un taux de cholestérol sanguin trop élevé, les statines ont aussi montré qu’elles diminuent le nombre...
13/02/2014 Lire la suite...