Enfants sous les tropiques: préserver leur santé

Dernière mise à jour 30/03/16 | Article
Enfants sous les tropiques: préserver leur santé
Alors que de nouvelles maladies tropicales voient le jour, les familles avec enfants partent de plus en plus en vacances vers des destinations exotiques. Quels en sont les risques potentiels et quelles mesures de prévention faut-il suivre afin de protéger les plus jeunes?

Des études effectuées à un niveau international montrent que, comparés aux adultes, les enfants font l’objet de plus de consultations médicales pendant et après les voyages, allant même parfois jusqu'à l’hospitalisation. Or, de nos jours, de nombreuses familles voyagent vers des destinations tropicales avec des enfants de tout âge. Les parents s’y aventurent la plupart du temps pour des raisons touristiques, pour visiter leur famille, voire même parfois pour s’y expatrier, et emmènent avec eux leurs enfants, les plus jeunes comme les plus âgés.

La prévention est essentielle

En Suisse, les statistiques montrent que près d’un cinquième des enfants vus en consultation avant de partir en voyage ont moins de 16 ans. Il a également été rapporté que les enfants suisses tombent malades plus fréquemment que les adultes, et présentent principalement des diarrhées, des douleurs abdominales et de la fièvre.

Il est impératif que les parents préservent la santé de leurs enfants lors des voyages, qu’il s’agisse de bébés allaités ou d’enfants plus âgés. Pour cela, il convient par exemple de bien préparer sa valise: mis à part la crème solaire, très importante si on compte s’exposer au soleil, il est conseillé de prendre avec soi une trousse de pharmacie et de faire les vaccins recommandés avant de partir à l’aventure.

Sous les tropiques

Au cours d’un voyage sous les tropiques, les enfants peuvent tomber malades pour des raisons variables. Cependant, les maux les plus rapportés sont la diarrhée et les gastroentérites, les piqûres d’insectes ou morsures d’autres animaux, les maladies dites fébriles, comme la malaria ou la fièvre dengue, et les problèmes respiratoires tel que l’asthme ou la pneumonie. Parmi toutes ces maladies, seules 2% sont vaccinables, dont l’hépatite A ou la fièvre typhoïde. D’autres maladies de l’enfant comme la rougeole ou la coqueluche sont très présentes dans certains pays, c’est pourquoi une consultation «prévoyage» est vivement recommandée. Le médecin pourra ainsi informer les parents sur les différentes mesures de prévention et de précaution à prendre avant, pendant et même après le voyage.

Si vous comptez partir dans des régions tropicales avec vos enfants, ces quelques conseils pourront vous être très utiles.

La foire aux vaccins

Avant tout voyage tropical, la carte de vaccination de tous les enfants voyageurs (et des adultes!) doit être mise à jour pour les vaccins de base et ceux recommandés pour la destination choisie. Plus particulièrement, il est important de contrôler les vaccins contre des maladies telles que la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les maladies à Haemophilus influenzae b, les pneumocoques ainsi que la rougeole.

Cette routine médicale a par exemple permis d’éliminer presque complètement la poliomyélite. Mais le vaccin reste obligatoire en cas de séjour de quatre semaines dans des pays tels que le Pakistan ou l’Afghanistan, où cette endémie est encore bien présente. De même, la vaccination contre la fièvre jaune, maladie rare mais mortelle, est indiquée pour les enfants dès leur neuvième mois et qui se rendent en Amérique Latine ou en Afrique. Pour la fièvre typhoïde, maladie présente sur les continents tropicaux, en particulier en Asie, il est conseillé de faire le vaccin à partir de l’âge de 2 ans, en cas de risque, même si la maladie peut être traitée à l’aide d’antibiotiques dès le diagnostic posé.

D’autres vaccins sont aussi à considérer, comme le vaccin contre la rage, qui est hautement recommandé pour des séjours de plus d’un mois et à tout âge, ainsi que le vaccin anti-méningoccocique et le vaccin contre l’encéphalite japonaise.

Enfin, il est important de savoir que les enfants immunodéprimés peuvent recevoir un vaccin inactivé, comme le vaccin contre l’hépatite A, qui leur confère une bonne sécurité et reste efficace pendant des dizaines d’années.

Gare à la malaria

En Suisse, on compte 15 à 20% de cas d’enfants infectés par la malaria (ou paludisme), avec un risque maximal pour les enfants rendant visite à leur famille en Afrique. Première cause d’hospitalisation en soins intensifs après un séjour tropical, la malaria peut être prévenue par des médicaments dits antipaludéens, mais aussi par des gestes simples et quotidiens tout au long du séjour. En effet, la maladie étant transmise par un moustique, le port de manches et pantalons longs ainsi que l’utilisation d’une moustiquaire et d’un spray répulsif (sauf pour les nourrissons de moins de deux mois), permettent de protéger la peau des piqûres. Toutefois, en cas de fièvre pendant ou après le voyage, il est hautement recommandé de consulter un médecin dans les 12 heures.

Diarrhée et déshydratation

La diarrhée sous les tropiques, en particulier chez les nourrissons, est également l’une des causes principales de consultation médicale. Dans ces cas, il est important que les parents préviennent toute forme de déshydratation en faisant boire l’enfant souvent et en prévoyant une solution de réhydratation. Afin d’éviter toute infection bactérienne ou parasitaire, il est conseillé d’utiliser de l’eau minérale en bouteille ou de faire bouillir le lait avant de le donner à l’enfant.

Si la forme de diarrhée est sévère, le médecin pourra prescrire des antibiotiques tels que l’azithromycine. Ce traitement convient aux enfants de tout âge, mais ne devrait pas dépasser trois jours, et doit être discuté avec un médecin en consultation prévoyage en raison de possibles contre-indications.

Les maladies d’altitude

Enfin, si le voyage concerne des régions en montagne, les parents doivent observer les éventuels signes de maladies dues à l’altitude, comme les nausées, même si elles sont difficiles à reconnaître chez les plus petits. Lors de randonnées en montagne, il est conseillé d’être très prudent quant à la santé des enfants, en particulier des nourrissons, au-delà de 3000 m et d’avoir dans son sac à dos une boite d’acétozalomide en réserve, traitement qui doit être préalablement discuté avec le médecin.

_________

Référence

Adapté de «Enfant voyageur en zone tropicale: risques et préventions», Dr Gabriel Alcoba, Pr François Chappuis, Service de Médecine tropicale et humanitaire, Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences. In Revue Médicale Suisse, 2015:11 :1023-1027. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

De retour de voyage, une fièvre n’est pas anodine

Les tracas de santé au retour de destinations exotiques sont à prendre au sérieux et une fièvre doit vous faire consulter.
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un accident survenant pendant ces périodes de repos. Dans une telle situation, l’employé peut-il récupérer les jours de congé compromis? Et à l’inverse, peut-on prendre des vacances si l’on est en arrêt pour incapacité de travail?
malade_vacances

Malade en vacances: que faire?

Fièvre, morsures, diarrhée, «rash» cutané… en plus de gâcher vos vacances, ces désagréments peuvent parfois indiquer l’existence d’un problème de santé potentiellement grave nécessitant une consultation médicale d’urgence. Comment réagir et surtout, quand s’inquiéter? Les réponses avec le livre "J’ai envie de comprendre… Ma santé en voyage", de Pascaline Minet, en collaboration avec les docteurs Blaise Genton et Laurence Rochat du Centre de vaccination et médecine des voyages de la Policlinique médicale universitaire à Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.

Santé en vacances: partir tranquille

Le plaisir de partir loin de chez soi est parfois entaché de tracas de santé. Un séjour prévu agréable peut s'avérer être un cauchemar. L'antidote fait le point sur les problèmes que l'on peut rencontrer et les manières de les éviter.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.