Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Dernière mise à jour 18/10/12 | Article
Est-ce obligatoire de se faire vacciner?
Réponse du Professeur Claire-Anne Siegrist, pédiatre et Directrice du Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Présidente de la commission fédérale de vaccination.

En pratique, il n’y a pas de vaccin obligatoire en Suisse. Si certains le sont officiellement, c’est uniquement pour des raisons historiques. A Genève par exemple, le vaccin contre la diphtérie a été inscrit dans la constitution dans les années 50 suite à une vaste épidémie. Cette obligation donne les bases légales nécessaires au médecin cantonal de faire le suivi des enfants vaccinés.

Mais le seul risque encouru par les personnes ne souhaitant pas se soumettre à une vaccination, y compris celle de la diphtérie, est une lettre envoyée par le Service du médecin cantonal indiquant aux parents la responsabilité qu’ils prennent en choisissant de ne pas faire vacciner leur progéniture.

La notion de vaccination obligatoire est donc historique et dépassée. Les seules situations où l’on pourrait envisager l’obligation de vaccination pour tous seraient en cas d’énormes dangers avérés pour la santé publique. Par exemple, même au moment où tout le monde craignait une pandémie de grippe A sévère, qui ne s’est pas confirmée, aucun pays au monde n’a envisagé l’obligation de vaccination.

Il existe en revanche des recommandations officielles de vaccination. Et si l’on a tendance à croire que celles-ci ne touchent que les jeunes enfants, elles sont bel et bien valables pour tous. Il est vrai que les plus jeunes sont davantage à risque du fait que leur système immunitaire n’est pas encore développé. Mais chez les adolescents, on s’inquiétera de la varicelle si elle n’a pas encore été attrapée, de l’hépatite B ou du cancer du col de l’utérus. Enfin, chez les adultes, il y a des recommandations officielles et il est recommandé de mettre son « immunité » à jour contre le tétanos, la diphthérie ou la coqueluche.  Ces recommandations officielles découlent du bénéfice attendu pour la santé individuelle et publique, par rapport à une vaccination donnée.

Pour savoir si vous êtes à jour dans vos vaccinations, vous pouvez montrer votre carnet de vaccination à votre généraliste ou à un pharmacien, ou alors vous rendre sur www.mesvaccins.ch. Un assistant en ligne gratuit vous aidera à reconstituer votre histoire vaccinale, vous indiquera si vous êtes à jour, et sinon vous encouragera à contacter votre médecin, ou à vous rendre dans un centre de vaccination. A noter qu’en Suisse tous les vaccins sont remboursés par l’assurance maladie de base, à l’exception des vaccins des voyageurs.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
infections_urinaires_vaccin_resistances

Vaccin prometteur contre les infections urinaires

Développé par une start-up suisse et testé aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), il pourrait limiter les résistances aux antibiotiques.
coqueluche_bebe_danger

La coqueluche met bébé en danger

La vaccination a endigué les épidémies de coqueluche. Mais des progrès restent à faire…en particulier du côté des adultes.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Une technique pour valider la sécurité et l’efficacité d’un vaccin contre Ebola

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par la professeure Claire-Anne Siegrist a mis au point ce qu’on appelle désormais "la formule de Genève".

Pour la conservation des vaccins à température ambiante

Pour rester efficaces, les vaccins antiviraux doivent être conservés au froid.

Un nouveau vaccin contre l'hépatite C

Pour la première fois en Suisse une personne a été vaccinée contre cette forme très sévère d’hépatite, cela c’est passé le 21 juillet 2015 à l’Hôpital Cantonal de Saint-Gall.