Enfant sportif, certes, mais attention aux lésions

Dernière mise à jour 13/02/12 | Article
Skieur et snowboardeur
L’activité physique et sportive chez les enfants et adolescents évolue. Certains sont extrêmement sportifs et côtoient des camarades très sédentaires, négligeant la plupart des activités physiques et leur préférant un mode de vie plus casanier.

Depuis l’an 2000, l’activité physique et sportive des jeunes est en pleine mutation. Paradoxalement, les  sportifs côtoient  les sédentaires, qui préfèrent nettement à l’activité physique les jeux sur ordinateur ou la communication par  l’intermédiaire des réseaux sociaux. En outre, on voit émerger des activités sportives de plus en plus extrêmes et à  risques. Des  enfants s’adonnent dès le plus jeune âge à des sports de compétition avec des exigences et des intensités croissantes. Et certains jeunes mélangent une  activité parfois extrême à une  sédentarité qui peut l’être tout autant.

Dans l’évaluation d’une lésion de surcharge sportive chez l’enfant ou l’adolescent, il est donc impératif de prendre en compte non seulement les caractéristiques individuelles de l’enfant, comme son sexe, son âge, son stade de croissance, sa psychologie, la présence ou non de pathologies préexistantes ou de troubles anatomiques, mais  il faut aussi s’interroger  sur les modalités de l’activité physique. Il est donc fondamental d’évaluer l’enfant d’un point de vue sensorimoteur grâce à des bilans physiothérapeutiques ou à des tests d’aptitude  réalisés par des médecins du sport.

Pathologies préexistantes

L’incidence des lésions dans la pratique sportive chez  l’enfant et l’adolescent semble aussi liée  à l’état  pathologique ou à la présence de maladies chroniques. Dans  ce sens, les adolescents semblent aussi plus enclins à être victimes de lésions traumatiques dans la pratique du sport s’ils présentent des pathologies tant psychiques que somatiques. La surcharge résulte tout naturellement d’un déséquilibre entre les sollicitations imposées par les éléments extérieurs s’opposant aux réactions et à l’aptitude à supporter la contrainte par l’individu. Celui-ci, que nous appellerons le  récepteur de la surcharge, va aussi opposer des réactions très variables aux sollicitations. On peut le qualifier en fonction de son âge, de son stade de croissance, de l’éventualité d’anomalies malformatives, d’un état pathologique lié  à des maladies chroniques et de son psychisme.

Dans la notion de surcharge articulaire liée au sport, l’agression des structures musculaires et articulaires résulte donc certainement en partie de l’inadéquation de l’activité, mais il est fort  probable aussi qu’une inaptitude à réaliser cette activité soit aussi  à l’origine du développement des lésions de surcharge. Il est par  ailleurs clair que la présence de troubles morphologiques, anatomiques ou malformatifs préexistants augmente les risques de développer ces phénomènes de surcharge et de subir leurs conséquences.

Adaptation de l’activité à l’enfant

Le  traitement global de cette surcharge nécessite une adaptation de l’adéquation de l’activité, en se posant les questions suivantes: le sport est-il bien indiqué à la morphologie de l’enfant ou à son  psychisme? L’intensité est-elle adaptée à son âge,  à sa résistance physique? La fréquence des entraînements, la présence de compétitions hebdomadaires ne génèrent-elles pas une dimension de fatigue qui nécessiterait une adaptation de l’entraînement? De  plus, n’y a-t-il  pas des exigences, en termes de performance, qui soient exagérées? Et l’enfant n’est-il pas victime  d’une  surstimulation pour atteindre la réussite ou pour reprendre l’activité après une période de traumatisme?

L’ado n’est pas un adulte

Quant à l’évaluation des capacités sensitivo-motrices, c’est un problème complexe et il est  vrai qu’on a longtemps pensé que l’adolescent bénéficiait finalement, à peu de chose près, de capacités neuromusculaires proches de celles de l’adulte à poids égal.  Un travail récent publié en avril 2011 montre que le développement sensoriel de l’adolescent est beaucoup plus variable qu’il n’y paraît. En effet, l’adolescent est plus sensible sur le plan visuel aux stimuli extérieurs, il va donc être facilement distrait par le public, par une lumière inadéquate, par  exemple dans une  salle de gymnastique.

La vitesse de réaction, nécessaire à corriger des troubles de position, de déséquilibre,  va continuer à progresser de l’adolescence à l’âge adulte, et ceci par maturation des voies  du cerveau et ainsi, par l’élaboration non seulement de phénomènes réflexes, mais  de phénomènes cognitifs liés  à  l’entraînement. La coordination de l’adolescent est  bien développée et de manière rapide, mais  est  souvent altérée par  la présence de réflexes posturaux «anciens» qui vont perturber le contrôle  volontaire des réponses motrices adéquates.

Il est donc inutile «de  forcer» un maladroit à devenir une star de la gymnastique aux agrès, si d’emblée il n’en a pas les capacités neuromotrices.

Référence

«Lésions de surcharge chez l’enfant », Pr Pierre-Yves Zambelli, Drs Aline Brégou, Frédéric Vauclair, Nicolas Lutz et Stéphane Tercier, Unité pédiatrique de chirurgie orthopédique et traumatologique Département médico-chirurgical de pédiatrie, CHUV, in Revue médicale suisse 2011; 7: 1549-52.

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le sportif opéré d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou doit s’armer de patience avant de pouvoir retourner à l’entraînement. Il devra également travailler dur pour récupérer son niveau de performance d’avant l’accident. Pour optimiser les chances de réussite, les médecins proposent six critères à remplir avant d’autoriser la reprise du sport pratiqué.

Une forme aquatique

En bord de mer ou de lac, l’été est propice aux sports aquatiques. Quel est l'impact sur la santé de la natation, du paddle, de l’aviron ou du ski nautique? Quels risques présentent-ils? Les réponses de Stéphane Borloz et Vincent Chollet, deux médecins du sport à la Clinique Bois-Cerf à Lausanne.
Courir, c’est bon pour la santé, mais il faut savoir bien doser

Courir, c’est bon pour la santé, mais il faut savoir bien doser

Alors que la saison des marathons démarre, les médecins rappellent les zones critiques liées à la pratique intensive de la course: articulations et hydratation.
Videos sur le meme sujet

Tendinites: tendinoses et autres tendinopathies

Le sport est bon pour la santé. Le problème, c'est que trop sollicités, notre squelette, nos muscles et nos tendons peuvent parfois nous faire souffrir.

Premiers secours: tous utiles

En Suisse, les secours professionnels sont efficaces. Malgré des interventions rapide, il reste toujours un laps de temps durant lequel tout un chacun peut agir, et jouer un rôle important pour la victime d'une maladie ou d'un accident.

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.
Maladies sur le meme sujet
morsures chiens

Morsure d'animal

Les morsures d'animaux peuvent être superficielles ou profondes. Elles peuvent se compliquer d'une infection, d'un tétanos ou de la rage et, s'il s'agit d'un serpent, d'une envenimation.

Entorse de la cheville

Une entorse est une lésion des ligaments de la cheville, le plus souvent suite à un mauvais mouvement du pied. A l'exception des entorses graves, la plupart guérissent sans complication.

Symptômes sur le meme sujet
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un
cheville tordue

Entorse

Je me suis tordu la cheville
Chien aboyant avec ces crocs bien en vue

Morsure animale

J'ai été mordu(e) par un animal