Muscle ton cœur!

Dernière mise à jour 08/01/14 | Article
Muscle ton cœur!
La prévention cardiovasculaire, c’est l’affaire de tous. Que l’on ait ou non évalué ses propres facteurs de risque, il est bon d’adopter la bonne attitude afin de ne pas maltraiter son cœur et tout son système vasculaire.

«Hormis l’hérédité contre laquelle on ne peut pas lutter, tous les facteurs de risque cardiovasculaire peuvent être travaillés grâce à une prévention raisonnable et raisonnée, explique le Dr Grégoire Girod. Toutes les études sur le sujet aboutissent au même constat: la prévention est non seulement efficace pour améliorer la qualité de vie mais elle rallonge également l’espérance de vie de manière significative.

Ainsi, on constate que la combinaison de l’activité physique et de l’arrêt de la cigarette entraîne déjà un gain de trois années d’espérance de vie. «Faire du sport demeure le meilleur moyen de limiter les risques, ajoute le Dr Girod. Cela permet de mettre une pression positive dans tout le système sanguin et de favoriser la vascularisation tout en ayant un impact sur la prise de poids excessive qui, elle-même, favorise l’hypertension et le diabète.»

Nul besoin d’être médecin pour constater que ces facteurs de risque sont donc étroitement liés. D’où l’importance de ne pas se contenter d’avoir une activité physique régulière. Il faut également contrôler son alimentation, éviter l’excès de sel (norme: 3 g/jour), limiter ou arrêter le tabac et savoir dire stop pour ne pas subir un stress trop négatif. «Les études démontrent très clairement que c’est le tabagisme qui a les effets les plus nocifs sur notre santé, avertit le Dr Girod. D’où les résultats significatifs obtenus quand on arrête la cigarette et qu’on se met au sport.»

L’illusion du contre-exemple

Tout le monde a dans sa famille ou dans ses connaissances un vrai gaillard de 90 ans, qui n’a jamais arrêté de fumer, qui a un bon coup de fourchette, un tour de taille respectable et dont l’amour du sport se limite à transpirer dans son canapé, une bière à la main, devant un match de foot du FC Sion… L’exemple même de celui qui a fumé toute sa vie et qui n’a jamais eu de souci. A l’image de Winston Churchill, dont le fameux «No sport!» est resté tout autant célèbre que ses cigares, son verre de whisky et sa disparition à 90 ans… Qui sait pourtant que ce même Churchill a fait un premier AVC (Accident Vasculaire Cérébral) à 78 ans avant de succomber au deuxième. Il existera toujours des contre-exemples aux règles générales et aux constats de masse. Mais ces cas demeurent, par définition, des exceptions. Il serait bien imprudent et illusoire d’en faire une référence de santé.

Bien évidemment, cette prévention sera d’autant plus judicieuse si elle est adaptée aux résultats des différentes analyses et dépistages effectués en amont. Notamment dans le cas du diabète, il est admis que 20% des diabétiques ne savent même pas qu’ils sont atteints, faute de dépistage.

Cette prévention est encore plus cruciale suite à un accident cardiovasculaire, notamment après un infarctus. «Il ne faut pas rater cette deuxième chance qui vous est offerte, prévient le Dr Girod. Il est démontré que 1 patient sur 7 victime d’un infarctus fait une récidive dans la première année et que l’on peut diminuer de 30% le taux de mortalité en suivant un programme de prévention et de réadaptation.»

Que ce soit le programme de réadaptation ambulatoire de dix semaines à Sion par exemple, ou la réadaptation stationnaire de trois à quatre semaines à Montana, leur impact sur les risques de récidive ne se conteste pas. Tout comme la mise en place des groupes de maintenance qui entretiennent le bénéfice à long terme de cette réadaptation.

Comme le dit le Dr Girod, «un infarctus arrive rarement par hasard». Sachons mettre toutes les chances de notre côté pour limiter ces risques en adoptant la bonne attitude préventive pour ménager et muscler notre infatigable ami: le cœur.

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices pour leur santé. Mais avant de reprendre l’entraînement, un passage chez son médecin est recommandé.
Videos sur le meme sujet

Pour une belle vieillesse, bougez et restez curieux

Le nombre de personnes âgées augmente. En 2040, un valaisan sur huit, par exemple, aura plus de 80 ans. Comment relever ce défi au niveau de la prise en charge, des infrastructures et du quotidien ? L'antidote fait le point.

Slow up: envie de bouger

Bouger est bon pour la santé et améliore la qualité de vie. Pourtant, le mouvement n'est pas toujours évident à inclure dans nos emplois du temps chargés.

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.