La marche, un précieux indicateur de santé

Dernière mise à jour 17/01/18 | Article
marche_indicateur_sante
Marcher mobilise un grand nombre de structures du corps humain. Chez les personnes âgées, les troubles de la marche sont souvent le reflet d’un état de santé général.

La marche sur deux jambes, c’est le propre de l’être humain. En moyenne, nous faisons chaque jour plus de 10’000 pas, de manière quasiment automatique. Nous sommes en effet capables de réaliser toutes sortes de tâches cognitives en marchant, comme chercher son chemin, être attentif à la circulation, lire un SMS ou tout simplement penser.

Pourtant, le vieillissement ou certaines pathologies sont susceptibles d’induire une perte de cette automatisation. Des troubles à ne pas négliger, car ils peuvent avoir de grandes répercussions sur la vie quotidienne. La marche est en effet un important indicateur de bonne santé: «Plusieurs études montrent que plus une personne âgée marche lentement, moins elle a de chances de vivre longtemps, indique le Dr Stéphane Armand, responsable du laboratoire de cinésiologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). L’allure de la marche semble être un paramètre pertinent pour prédire la longévité d’une personne».

Un cercle vicieux

La marche est une activité très complète, qui mobilise de nombreux muscles et articulations et nécessite l’intégration d’informations visuelles, proprioceptives et vestibulaires. Or, un principe universel s’applique au fonctionnement du corps humain : si une structure n’est pas régulièrement mobilisée, elle se détériore. Ainsi, une personne qui marche peu risque de voir sa condition physique décliner petit à petit. «C’est encore une fois la preuve que l’activité physique est essentielle pour se maintenir en bonne santé, constate le Dr Armand. Un trouble de la marche est souvent multifactoriel. Plus une personne a des problèmes pour se déplacer, moins elle aura tendance à marcher, ce qui mènera à un déconditionnement». Afin d’éviter ce cercle vicieux, il est important de réagir vite si on constate des difficultés pendant ses déplacements.

«Radiographier» la marche

Pour évaluer ce type de trouble, des outils technologiques permettent aujourd’hui de fournir au personnel médical de précieuses indications. Aux HUG par exemple, le laboratoire de cinésiologie, entièrement dédié à l’étude de la marche, permet d’analyser en détail les mouvements d’un patient. Une sorte de «radiographie» de la marche peut ainsi être réalisée grâce à des outils à la pointe de la technologie. Des petits marqueurs sont placés sur la peau du patient à différents endroits du corps pour reconstruire le mouvement en trois dimensions. Il s’agit d’une technique de motion capture, similaire à celle utilisée pour réaliser des effets spéciaux au cinéma. «Nous sommes ainsi capables d’analyser avec une grande précision le mouvement lors de la marche et de détecter de petites anomalies, explique le Dr Armand. Ce sont des informations utiles pour identifier et comprendre les troubles de la marche d’un patient et choisir un traitement adapté: par exemple des séances de physiothérapie, l’utilisation d’une orthèse ou encore une intervention chirurgicale». Dans le cadre d’études sur la marche et les troubles cognitifs des personnes âgées, il a d’ailleurs été mis en évidence qu’une évaluation de la marche en double tâche (lire encadré) permettait d’identifier précocement l’apparition de troubles cognitifs au sein de cette population. Des indicateurs qui pourraient permettre d’introduire un traitement de façon plus précoce.

Testez votre marche

La vitesse de déplacement moyenne d’un être humain se situe entre 4 et 5 km/h. Chez les personnes âgées, cette moyenne descend généralement à environ 3 km/h.

Vous avez l’impression que votre mobilité décline ou que l’un de vos proches peine à se déplacer? De petits exercices simples permettent d’évaluer la qualité de la marche. 

Le test du Time Up and GO

Chronométrez-vous en effectuant les actions suivantes: levez-vous d’une chaise, marchez trois mètres en ligne droite, tournez de 180 degrés et revenez vous asseoir sur la chaise. Si vous avez besoin de plus de quatorze secondes pour effectuer ce mouvement, le risque de chute pendant vos déplacements est accru. Il est recommandé de consulter. 

Le test de la double tâche

Ce test consiste à évaluer la qualité de la marche d’une personne alors qu’elle effectue en même temps une tâche cognitive. L’exercice est simple: il suffit d’engager la conversation avec la personne dès que celle-ci se déplace et d’observer sa réaction. Si en participant à la discussion, la personne a tendance à s’arrêter, son risque de chute est augmenté. Une consultation est également recommandée.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 28 - Décembre 2017

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Bouger dès le berceau

Bouger dès le berceau

L’activité physique est en baisse constante et inquiétante depuis plusieurs décennies chez les enfants. La Suisse a l'ambition de revaloriser l’activité physique et de la promouvoir dès le plus jeune âge.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
 instinct_traine_canape

C’est par instinct qu’on traîne dans son canapé

Une étude de l’Université de Genève montre que la sédentarité serait un héritage de l’évolution. Un instinct primaire problématique dans notre société trop inactive.
Videos sur le meme sujet

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des exercices physiques réguliers et adaptés, permettant de regagner du muscle, même après 80 ans.

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.

L’Amérique à vélo: l’incroyable défi d’une ex-sédentaire

Le sport, ça vous gagne. Tout le monde le sait! La sédentarité demeure toutefois un problème en Suisse: 25% de la population ne fait pas assez d’activité physique et les conséquences sur la santé sont multiples.