Sommeil et écrans: la lumière bleue à l’origine de nos nuits blanches

Dernière mise à jour 12/02/14 | Article
Sommeil et écrans: la lumière bleue à l’origine de nos nuits blanches
Le soir, après 21 heures, la lumière émise par les écrans des smartphones sape notre énergie. C’est tout particulièrement vrai lorsque nous faisons un usage professionnel de cet objet, désormais omniprésent dans notre environnement.

On ne présente plus les smartphones, ces petits appareils qui allient les capacités du téléphone mobile et de l'ordinateur de poche. Ils inondent le marché (notamment européen) depuis plusieurs années déjà. Souvent utiles, ils suivent leurs propriétaires du lever au coucher, à la maison comme au bureau. De ce fait ils brouillent chaque jour un peu plus la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Mais depuis peu on commence à prendre conscience que leur omniprésence peut s'avérer néfaste pour notre sommeil et saper nos réserves d'énergie.

Effets néfastes

Chez l'homme, l'alternance entre la veille et le sommeil obéit à un rythme circadien. La lumière joue un rôle de premier plan dans ce rythme: notre organisme l'associe à l'éveil, tandis que l'obscurité est liée au sommeil. Lorsque notre corps se trouve face à une source importante de lumière (et notamment de «lumière bleue»), notre horloge biologique se remet à zéro, ce qui perturbe la sécrétion de la mélatonine, une hormone participant à la régulation du sommeil.

Problème: les écrans de nos smartphones émettent une grande quantité de cette fameuse «lumière bleue». Voilà plusieurs années que ses effets néfastes font l'objet d'études. En 2012, l'Association médicale américaine s'était penchée sur la question. Ses conclusions: «La nuit, l'exposition à une lumière excessive, et notamment la consultation prolongée d'appareils électroniques, peut perturber le sommeil ou exacerber ses troubles».

C'est aussi ce qu'explique le spécialiste du sommeil Steven Lockley, de la Harvard Medical School (cité dans un article du Chicago Tribune): «La lumière bleue met le cerveau en éveil, réduit les niveaux de mélatonine et perturbe votre horloge biologique –tout cela à la fois. Votre cerveau est plus alerte, il se croit en plein jour, et pour cause: au cours de notre évolution, nous n'avons vu de lumière vive que pendant la journée».

Contrairement à la télévision, qui émet également de la lumière bleue, nous tenons les écrans de nos smartphones proches de notre visage. Ce qui, la nuit venue, décuple l'effet qu'ils peuvent avoir sur notre cerveau.

Nouvelles confirmations

Une double étude à paraître dans la revue Organizational Behavior and Human Decision Processes1 confirme ces informations. Selon le directeur d'équipe, Russel Johnson, chercheur et professeur de management à l'Université d'Etat du Michigan, «on pourrait presque dire que les smartphones ont été conçus pour perturber notre sommeil. Ils nous stimulent intellectuellement jusque tard dans la nuit. Il est donc particulièrement difficile de mettre le travail de côté, de se détendre et de s'endormir». C’est là une mauvaise habitude prise par de nombreux possesseurs de smartphones: le chercheur admet lui-même conserver le sien sur sa table de chevet pendant la nuit.

Loin de se contenter de confirmer ce fait, Russel Johnson s'est concentré sur un nouvel angle d'étude: les effets de l'utilisation professionnelle du smartphone sur notre sommeil et notre énergie.

Pour sa première étude, l'équipe a demandé à 82 cadres supérieurs de répondre à des questionnaires quotidiens pendant deux semaines. Pour la seconde, 161 employés travaillant dans différents secteurs professionnels ont été interrogés.

Dans les deux cas, les résultats ont montré que l'utilisation nocturne du smartphone à des fins professionnelles entamait le temps de sommeil des participants et sapait leurs réserves d'énergie pendant la journée de travail du lendemain. La seconde étude a par ailleurs comparé l'utilisation du smartphone à celle d'autres appareils électroniques. Elle a ainsi permis d’affiner les conclusions des précédents travaux menés sur ce thème: outre la télévision, les téléphones intelligents sont plus néfastes que les ordinateurs portables et les tablettes.

Russell Johnson reconnaît que les smartphones sont particulièrement utiles pour les professionnels. Une efficacité qui «peut être à double tranchant». L'utilisation nocturne des smartphones semble avoir des effets à la foi psychologiques et physiologiques sur le sommeil, influant sur la capacité de s'endormir facilement et sur la fonction récupératrice du sommeil.

Des solutions à l'étude

La solution? Eteindre son portable le soir, bien sûr. Plus facile à dire qu'à faire, surtout dans certains milieux professionnels. Mais en règle générale, plus on dort, mieux c'est. Pour les férus de nouvelles technologies, l'espoir est encore permis: selon l'article du Chicago Tribune, des constructeurs de smartphones seraient en train d'élaborer des fonctionnalités permettant de limiter ou de stopper les émissions de lumière bleue pendant la nuit.

Une personne sur trois se plaint aujourd'hui de troubles du sommeil, et si la popularité des smartphones progresse, cette proportion pourrait bientôt augmenter. Si vous en faite partie, vous savez que qui vous reste à faire: laissez votre téléphone intelligent à la porte de votre chambre à coucher.

 

 1. Un résumé (en anglais) de cette étude fait par l’Université du Michigan est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.