La fatigue chronique se soigne en l'acceptant

Dernière mise à jour 07/08/13 | Article
La fatigue chronique se soigne en l'acceptant
Une personne sur six cents serait touchée par la fatigue chronique, une maladie difficile à mettre en évidence qui cause une souffrance bien réelle. On la traite bien par l'activité et la psychothérapie

Les batteries à plat, vous n'avez plus l'énergie de rien. Vos projets et vos actions avortent, tant la fatigue que vous éprouvez est intense. Vous êtes peut-être atteint de fatigue chronique. Quatre questions fondamentales sur cette maladie difficile à diagnostiquer, posées au Dr Bernard Favrat, médecin-adjoint à la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.

Que ressent-on quand l'on souffre de fatigue chronique?

C'est une terrible fatigue. «Une personne atteinte est si fatiguée qu'elle n'arrive pas du tout à effectuer ses activités de la journée, explique le Dr Favrat. De tels cas sont heureusement rares: on estime qu'ils concernent une personne sur cent qui consulte un médecin pour un problème de fatigue.» Le véritable  syndrome de fatigue est donc  peu fréquent, alors que les personnes se plaignant de fatigue sont très nombreuses (environ 15 % des consultations en médecine générale). 

Surtout, cet état est différent de celui que causerait une dépression. «Dans la fatigue chronique, la personne n'a pas perdu le désir de faire des choses, poursuit le spécialiste. Elle prend aussi plaisir à ce qu'elle parvient à accomplir. Malheureusement, le corps ne suit pas.»

Il n'est cependant pas exclu que le découragement face à la maladie finisse par causer une dépression, mais celle-ci en serait la conséquence et non la cause.

Comment déterminer que l'on est atteint de fatigue chronique?

Depuis quand dure la fatigue? Et le repos a-t-il eu un effet? Ces deux points sont essentiels. On parle en effet de syndrome de fatigue chronique si la fatigue dure depuis plus de six mois, non améliorée par le sommeil ou le repos. Cet état est associé à d’autres plaintes comme des douleurs aux articulations, des maux de tête et des troubles de la concentration.

Il y a de nombreuses autres affections à écarter avant de pouvoir parler de fatigue chronique, explique le Dr Favrat, comme par exemple un trouble du sommeil ou des apnées nocturnes qu’un enregistrement du sommeil mettra, le cas échéant, en évidence. Une dépression ou une angoisse existait-elle avant l'apparition de la fatigue? Il faut l'exclure. Le médecin doit aussi chercher si le patient prend un médicament qu'il supporte mal et qui le fatigue, ou si une consommation de drogue ou d'alcool est à incriminer. Finalement, il faut encore s’assurer que la fatigue n’a pas de cause endocrinienne comme une hypothyroïdie.

Qui a plus de chances de développer une fatigue chronique?

La maladie touche plus de femmes que d'hommes. Elle semble aussi privilégier des personnes perfectionnistes.

De manière générale, on imagine que le syndrome de fatigue chronique apparaît comme une réponse inadéquate à un stress très important. «L'individu n'a alors pas tous les atouts en mains pour y répondre», décrit le Bernard Favrat.

Cette fragilité s'expliquerait par plusieurs éléments: sur le plan psychologique, on a montré que les personnes qui ont été maltraitées dans l'enfance ont plus de risque de développer une fatigue chronique. On sait par ailleurs, que ces mauvais traitements peuvent perturber l'expression de certains gènes, «gravant» en quelque sorte le traumatisme dans le code génétique et influençant ainsi défavorablement  la réponse à un stress intense.

On soupçonne également que le stress que certaines maladies font peser sur l'organisme rend celui-ci plus vulnérable à la fatigue. Mononucléose, maladie de Lyme, brucellose ou fièvre Q ont pu être citées.

Heureusement, ni une sensibilité psychologique, ni une maladie préexistante ne condamnent à la fatigue chronique. Ce ne sont que des facteurs qui peuvent favoriser son apparition.

La fatigue chronique, ça se soigne?

Les médecins emploient deux voies complémentaires pour traiter la fatigue chronique avec succès. Du côté physique, il s'agit de faire bouger la personne à nouveau, le plus progressivement possible afin d'éviter un échec immédiat. «Dans ces programmes, nous commençons littéralement par faire le tour du pâté de maisons», raconte le Dr Favrat. Pas à pas, des efforts plus importants seront proposés, toujours graduellement.

Mais c'est dans la tête que se gagne la bataille. «Etre atteint de fatigue chronique, c'est être tout le temps en échec, détaille le médecin. Les personnes sont alors assaillies de pensées négatives qui entretiennent le phénomène. Nous leur proposons donc des thérapies cognitivo-comportementales, centrées sur l'action et la gestion de ces sentiments négatifs. Elles leur permettent de faire façon de la maladie et de retrouver l'activité.»

Ces stratégies fonctionnent bien: dans certaines études, jusqu'à 60% des patients peuvent connaître une nette amélioration de leur état, jusqu'à même retrouver un fonctionnement normal. Par ailleurs, dans les cas où la fatigue chronique a provoqué une dépression, il faut évidemment traiter celle-ci.

L'attitude face à la maladie est enfin cardinale. «Les patients qui évoluent le mieux sont ceux qui abandonnent l'idée de trouver une cause à leur maladie. A la place, ils doivent se résoudre à gérer leurs symptômes; il n'y a pas de pilule miracle qui va les guérir. Il s'agit vraiment de changer de perspective, et c'est un parcours de longue haleine.»

Et la fibromyalgie?

Fibromyalgie et fatigue chronique sont deux maladies que l'on décrit par leurs manifestations. Celles-ci comportent de nombreuses similitudes, en particulier la présence de douleurs articulaires et les troubles de la concentration. Tant et si bien que 70% des personnes atteintes de fibromyalgie connaissent aussi une fatigue chronique.

Pour autant, ce n'est pas le même symptôme qui domine. Dans un cas de fibromyalgie, ce sont les douleurs qui amèneront le malade à consulter quand, dans la fatigue chronique, ce sera la fatigue elle-même.

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.