Connaissez-vous votre sommeil?

Dernière mise à jour 04/06/14 | Vrai/Faux
Connaissez-vous votre sommeil?
Toutes les études le disent: dormir n’est pas du temps perdu, loin de là. Le sommeil nous permet, entre autres bienfaits, de recharger nos batteries et consolider notre mémoire. Alors quand il fait défaut, les problèmes peuvent être nombreux. Vrai-faux pour apprendre à mieux connaître le sommeil.

Seuls les mammifères dorment

Faux. Le sommeil est commun à tous les animaux! On sait même que les premiers organismes unicellulaires qui ont peuplé notre Terre profitaient aussi de certaines périodes de repos. Une étude a également montré que des rats privés de ce précieux temps de repos mouraient au bout de deux ou trois semaines.

Notre corps est au repos total lorsque nous dormons

Faux. Notre corps profite des heures de sommeil autant que des heures de veille. Les enfants et adolescents, par exemple, ont besoin de l’hormone de croissance pour bien grandir. Or, cette substance est principalement secrétée durant les périodes de sommeil profond. Les adultes en ont d’ailleurs également besoin pour développer les muscles, les os et les cartilages, mais aussi pour mieux résister à l’effort et au froid.

Lorsque nous sommes malades (infections ou inflammations), le sommeil renforce également nos défenses naturelles et assure le bon fonctionnement de notre système immunitaire. Le cerveau en profite aussi pour consolider nos souvenirs et faire le tri des informations accumulées durant la journée. La mémoire se voit ainsi renforcée, tout comme l’apprentissage : la nuit, le cerveau « répète » en quelque sorte ce qui a été appris pendant la journée.

Le sommeil en chiffres

  • Environ un cinquième des Suisses prend occasionnellement des somnifères.
  • 5 à 7 % de la population suisse consomme des somnifères une fois par semaine, un chiffre au-dessus de la moyenne des pays industrialisés.
  • 1 h 30 à 2h: la durée moyenne d’un cycle de sommeil.
  • On compte entre quatre et six cycles de sommeil par nuit, selon les personnes.
  • En Suisse, plus de 4 hommes sur 100 et 2 femmes sur 100 sont concernés par les apnées du sommeil.
  • La fatigue au volant est à l’origine de 10 à 20 % des accidents de la route.
  • 2 à 3 semaines: c’est le temps de survie d’un rat privé de sommeil.

Le manque de sommeil favorise l’obésité

Vrai. Pendant notre sommeil, notre corps sécrète une hormone qui refrène l’appétit (la leptine), et dont nous venons à manquer lorsque nos heures de veille s’allongent. De plus, la leptine favorise la production de ghréline, qui stimule l’appétit, et d’orexine, une autre hormone qui, elle, nous pousse à manger non pas par besoin mais pour le plaisir.

Il nous est indispensable de dormir huit heures par nuit

Faux. De longues nuits ne sont pas forcément synonyme de bonnes nuits. Ce qui compte, c’est d’avoir un sommeil continu et réparateur. En outre, il n’y a pas de durée idéale de sommeil : certaines personnes sont de « petits dormeurs », tandis que d’autres ne peuvent se passer de longues nuits de sommeil. Les besoins de sommeil dépendent donc de chaque individu et varient également avec l’âge. Les nouveau-nés dorment par exemple en moyenne de douze à dix-huit heures par 24 heures, tandis que chez les adultes ce temps peut varier de sept à neuf heures par nuit.

Les somnifères ne sont pas une solution sur le long terme contre les problèmes de sommeil

Vrai. Ces médicaments peuvent être utiles pour retrouver le sommeil, mais ils ne doivent pas être utilisés sur le long terme. En effet, ils peuvent causer une dépendance et leurs effets secondaires sont nombreux. Ils doivent donc être pris uniquement s’ils sont prescrits par un médecin et sur un laps de temps limité. En Suisse, une personne sur cinq prend occasionnellement des somnifères, et 5 à 7% de la population en consomme une fois par semaine. Un chiffre au-dessus de la moyenne des pays industrialisés.

Il est possible de souffrir d’apnées du sommeil sans même s’en apercevoir

Vrai. Les apnées du sommeil sont un trouble pervers : la personne atteinte a l’impression de bien dormir, mais en fait, il n’en est rien. A maintes reprises, elle cesse complètement de respirer pendant de longues secondes, ce qui l’oblige à se réveiller pour reprendre de l’air. De nombreux réveils se produisent donc durant la nuit, seulement, le dormeur ne s’en souvient pas ! Fatiguées et somnolentes pendant la journée, les personnes souffrant de ce trouble ne comprennent souvent pas ce qui provoque ces symptômes. Les deux facteurs révélateurs qui devraient les pousser à plus d’investigations sont justement la somnolence diurne et les ronflements pendant la nuit.

Insomniaque un jour, insomniaque toujours

Faux. L’un des problèmes de l’insomnie est que, lorsqu’elle s’installe sur la durée et devient chronique, le mal s’auto-entretient. L’insomniaque redoute le moment où il faudra aller se coucher, pense à ses problèmes pendant la nuit, tout en s’inquiétant à l’idée qu’il sera fatigué le lendemain. Du coup, impossible de trouver le sommeil, ce qui accentue l’anxiété qui, elle-même, alimente l’insomnie. Un véritable cercle vicieux. Mais il existe toutefois des solutions. La thérapie cognitivo-comportementale pourra, par exemple, aider l’insomniaque à modifier son hygiène du sommeil, abandonner ses mauvaises habitudes et surmonter les inquiétudes et le stress qui entretiennent l’insomnie. D’autres méthodes de lâcher prise, tels que le yoga, la relaxation, l’auto-hypnose ou la sophrologie, pourront aider certains à surmonter une insomnie devenue chronique. 

11 conseils pour des nuits paisibles

Certaines règles simples peuvent vous aider à vous abandonner paisiblement dans les bras de Morphée.

  1. Respectez votre horloge. Essayez de vous coucher et vous lever toujours à la même heure. Respectez donc un certain horaire et soyez à l’écoute de votre corps et de votre propre fatigue.
  2. Le lit, c’est pour dormir. La chambre à coucher, et surtout le lit, doivent être réservés au sommeil et aux activités sexuelles. Evitez donc d’y lire ou regarder la télévision.
  3. Ne vous forcez pas. Si vous ne parvenez pas à retrouver le sommeil, ne vous acharnez pas. Mieux vaut se lever et s’adonner à des activités reposantes, comme la lecture, en attendant le retour de l’envie de dormir.
  4. Attention aux siestes. Si vos nuits sont marquées par des difficultés à dormir, évitez de fragmenter votre sommeil en faisant des siestes pendant la journée.
  5. Pas de sport avant de dormir. Ses effets sur le corps (augmentation de la température, excitation physique et psychologique) ne sont pas compatibles avec une bonne nuit de repos. D’ailleurs, une activité intellectuelle trop intense avant de se coucher aurait les mêmes conséquences.
  6. Soignez votre alimentation. Mangez à heures fixes et ne faites pas de repas trop lourds le soir (ni trop légers, au risque d’être réveillé par la faim !). Evitez les substances excitantes, telles que café, boissons à base de cola, cigarettes ou alcool.
  7. Créez une ambiance favorable. Un lieu trop bruyant, une chambre trop chaude ou trop froide, un lit pas assez confortable sont autant d’éléments qui peuvent perturber vos nuits.
  8. Relaxez-vous. Avant d’aller au lit, il est important de chercher à se relaxer et à chasser de son esprit les idées noires et les problèmes de la vie quotidienne. Faute de quoi votre anxiété et votre tension nerveuse augmenteront et vous empêcheront de bien dormir.
  9. La durée importe peu. De longues nuits ne sont pas forcément synonyme de bonnes nuits. Ce qui compte, c’est d’avoir un sommeil continu et réparateur.
  10. Evitez l’automédication. Les somnifères ne doivent être pris que si votre médecin vous en prescrit et seulement pendant un laps de temps limité.
  11. Evitez d’utiliser votre smartphone ou votre tablette le soir. Leur lumière artificielle aurait des effets physiologiques affectant notre rythme circadien et nuisant à la qualité du sommeil.

   

Pour en savoir plus

J'ai envie de comprendre... le sommeil

Elisabeth Gordon, Raphaël Heinzer,  José Haba-Rubio

A LIRE AUSSI

Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Apnée du sommeil
Aspirateur

Les secrets révélés de l'apnée du sommeil

Des millions de personnes s’étouffent chaque nuit. La coupable? L’évolution.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
manieres_dormir

Loin d’être stables, les manières de dormir ont évolué au cours du temps

Le sommeil est une fonction biologique qui s’est transformée au cours du temps et qui continue à évoluer. Il fut ainsi un temps où se réveiller au milieu de la nuit n’avait rien d’anormal. Les explications du Dr José Haba-Rubio, neurologue au Centre d’investigation et de recherche du sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et co-auteur de «Je rêve de dormir» aux éditions Favre.
sommeil_fatalite

Même s’ils sont de plus en plus fréquents, les troubles du sommeil ne sont pas une fatalité

De plus en plus observé et contrôlé, le sommeil reste une fonction biologique mystérieuse. Pourquoi certains ont de la peine à s’endormir? Et comment aborder les problèmes d’insomnie? Les réponses du Dr Raphaël Heinzer, co-auteur du livre «Je rêve de dormir» aux éditions Favre et fondateur du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) qui fêtera ses dix ans le 13 décembre prochain.
Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre mémoire en dormant

Stimuler notre cerveau durant la nuit avec des sons, au rythme de ses oscillations naturelles, pourrait améliorer notre faculté de mémorisation. C'est ce que suggère une étude allemande originale parue dans une revue médicale réputée. Nous pourrions un jour en tirer parti pour améliorer notre mémoire.
Videos sur le meme sujet

Troubles du sommeil: la fin du cauchemar!

Lorsque nos nuits se passent mal, ce sont nos journées qui trinquent. On est fatigué, irritable, somnolent, dangereux parfois. Cette émission s'intéresse aux troubles du sommeil avec l'avis d'un expert médecin et directeur du centre lausannois du sommeil.

Insomnie: quand les nuits deviennent blanches

Après 40 ans, environ une personne sur quatre dort mal, voire très mal. Et les conséquences d'un mauvais sommeil peuvent être très nombreuses.

Le sommeil et ses troubles

Environ une personne sur trois se plaint de troubles du sommeil. Explications et témoignages en vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.