La narcolepsie, un vrai cauchemar

Dernière mise à jour 25/07/18 | Article
narcolepsie_vrai_cauchemar
Les narcoleptiques peuvent s’endormir à chaque instant de la journée, même après une sieste. Parfois, les muscles «tombent de sommeil», cessant subitement de fonctionner. Les nuits, sans cesse interrompues par de fréquents réveils, ne permettent pas de récupérer.

Dans la famille des hypersomnies, ces troubles du sommeil qui donnent une envie fréquente de dormir, il existe une forme plus invalidante que les autres. C’est la narcolepsie, qui se caractérise par d’irrépressibles envies de dormir pendant la journée. Après une sieste de cinq ou dix minutes, on se sent mieux et l’on peut reprendre son activité… jusqu’au prochain accès de sommeil. En revanche, la nuit, on est sujet à de fréquents réveils qui raccourcissent et troublent notre sommeil. Ce qui fait que, le lendemain, on a du mal à résister à ce besoin de fermer l’œil qui nous prend aux moments les plus inopportuns.

La narcolepsie commence généralement à se manifester à la fin de l’adolescence ou aux alentours de 35 ans. Elle est toutefois peu fréquente puisqu’elle touche entre 15 et 40 personnes sur 100’000, selon les régions.

Cette maladie prend ses racines dans le cerveau. On y observe la disparition de certains neurones de l’hypothalamus qui sont normalement chargés de fabriquer de l’hypocrétine. Ce neurotransmetteur, comme on appelle ces messagers chimiques qui assurent la communication entre les neurones, est impliqué dans la régulation de l’éveil et de l’appétit. Lorsqu’il fait défaut, on a donc du mal à rester réveillé(e). Au début de la maladie, on a aussi tendance à prendre un peu de poids.

Comportements étranges

Lorsqu’on souffre de narcolepsie, on peut connaître une brusque perte du tonus musculaire. Ce phénomène, appelé cataplexie, est désagréable lorsqu’il s’agit du visage, mais peut devenir périlleux quand ce sont les jambes qui lâchent.

La narcolepsie peut aussi s’accompagner d’hallucinations, surtout au moment où l’on s’endort. Il arrive alors que l’on entende des bruits bizarres ou que l’on ait l’impression de sentir la présence de quelqu’un ou de quelque chose d’effrayant. Le matin au réveil, on peut aussi se sentir paralysé pendant plusieurs minutes. Dans ce cas, mieux vaut rester tranquille car, plus on essaye de bouger, plus cet engourdissement dure longtemps.

Les gènes et l’environnement pointés du doigt

La narcolepsie peut être due à des prédispositions génétiques, puisqu’on a beaucoup plus de risques d’en souffrir lorsqu’un membre de sa famille est atteint. En outre, 95% des personnes présentant une narcolepsie ont un type HLA (un composant du système immunitaire) particulier. Mais les gènes ne sont pas les seuls en cause. Des facteurs liés à l’environnement peuvent aussi déclencher le trouble: un traumatisme crânien, des modifications rapides du rythme veille-sommeil, une grossesse ou un stress psychologique par exemple.

Pour traiter ce dysfonctionnement, on utilise des médicaments stimulants, comme le modafinil ou le méthylphénidate (plus connu sous son nom de marque, Ritaline®). Il est aussi conseillé de faire des siestes régulières, programmées à heures fixes. Lorsque la narcolepsie s’accompagne de cataplexie, on peut ajouter au traitement certains antidépresseurs (tricycliques ou ISRS) qui ont tendance à supprimer le sommeil paradoxal, lequel paralyse les muscles. Ou encore du GHB, cette «drogue du violeur» qui est ici consommée dans une intention thérapeutique puisqu’elle favorise le sommeil et limite le risque de cataplexie le lendemain. De quoi espérer garder les yeux ouverts !

________

Adapté de :

J’ai envie de comprendre… Le sommeil, de Elisabeth Gordon, en collaboration avec Raphaël Heinzer & José Haba-Rubio, Editions Planète Santé, 2016.

A LIRE AUSSI

Sommeil
soigner_jambes_sans_repos

Mieux soigner le syndrome des jambes sans repos

Beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit, ce syndrome handicapant reste une affection sous-estimée, mal...
Lire la suite
Somnambulisme
Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Ce que vous devez savoir sur le somnambulisme

Dormir debout, c’est possible pour les somnambules. Zoom sur un trouble pas si rare, et même fréquent...
Lire la suite
Apnée du sommeil
test_detecte_apnee

Un test très simple détecte l’apnée du sommeil

Il existe désormais un test rapide et très fiable pour détecter les personnes qui risquent de souffrir...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bien_dormir_ete

Bien dormir en été

Les fortes chaleurs ont un impact sur notre forme et nos activités durant la journée, mais perturbent aussi nos nuits.
fatigue_chronique_vraie_maladie

La fatigue chronique, une vraie maladie?

Beaucoup de symptômes, pas de médicaments, une définition vague… le syndrome de fatigue chronique n’en reste pas moins un problème handicapant, moins rare qu’on ne le pense.
manque_sommeil_risque

Manque de sommeil: un risque pour la santé

Les nuits perturbées ne font pas que nous priver des nombreux effets bienfaiteurs du sommeil, elles ont aussi d’autres conséquences indésirables. Somnolence, dépression et obésité sont quelques-uns des maux qui guettent les mauvais dormeurs.
Videos sur le meme sujet

Le bercement est bon pour le sommeil et la mémoire

Endormissement plus rapide, sommeil profond plus long, moins de micro réveils et renforcement de la mémoire: le bercement a de multiples vertus.

Le mauvais sommeil peut être génétique

Les problèmes de sommeil peuvent avoir une origine génétique.

La sieste et ses vertus

Faire la sieste n'est pas une habitude forcément bien vue sous nos latitudes.
Maladies sur le meme sujet
Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.