Le QUAI 9: un lieu de sécurité et de soins

Dernière mise à jour 12/01/12 | Article
Bâtiment du Quai 9
Mis en place en 2001 à Genève, le Quai 9 est une structure d’accueil pour les consommateurs de drogues âgés de plus de 18 ans. Il met à leur disposition une salle de consommation et du matériel propre. Longtemps critiqué, notamment par les partis conservateurs, qu’en est-il réellement de cet espace à l’allure progressiste?

Un des quatre piliers

Depuis 1980, la politique suisse en matière de drogues a instauré quatre piliers: la prévention, le traitement, la réduction des risques et la répression. Le Quai 9 entre dans le programme de «réduction des risques». Malgré les divergences d’opinion à ce propos, force est de constater que cette politique fait ses preuves. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: le nombre de nouveau cas de VIH chez les usagers de la drogue est passé de 97 à 18 entre 2001 et 2011. En 10 ans, ce chiffre a diminué de 80%.

Visite du Quai 9

L’entrée est réservée pour l’échange de matériel de consommation: chaque seringue ramenée est échangée contre une seringue propre. Les usagers peuvent en acheter 3 nouvelles. Ceci permet de récolter le matériel souillé, de diminuer les usages multiples et d'éviter les abandons dans les lieux publiques. Chaque consommateur est identifié par un pseudonyme et montre la substance qu’il va consommer. S’il est encore sous l’effet de la dose précédente, il devra patienter avant d’en reprendre une.

Pour entrer dans la salle de consommation, chacun attend son tour; même lorsque les symptômes de manque apparaissent. La salle est équipée de 2 places de sniff, 6 places pour fumer et 6 places d’injection. Une surveillance est assurée à tout moment et le personnel est formé pour réanimer en cas de besoin.

Une porte ouverte pour un accès aux soins

La Dre Anne François exerce au Quai 9 depuis 10 ans. Elle y tient une consultation gratuite, anonyme et sans rendez-vous. Accessible, elle est très appréciée et respectée par les usagers. Les motifs de consultation sont variés : Soins de plaies (infection des sites d’injection), peur d’avoir contracté le VIH ou l’hépatite, besoin d’un nom de médecin pour un suivi ou problème d’assurances (notamment pour les migrants et requérants d’asile). Anne, comme on l’appelle ici, ne prescrit aucune substance, et les usagers le savent très bien. S’ils viennent la voir, c’est avant tout pour être écoutés, soignés et conseillés. Et le plaisir est partagé: «C’est le moment où je peux prendre le temps que je veux avec mes patients. S’ils ont uniquement besoin d’un soin précis, comme celui d’une plaie, cela prendra une dizaine de minutes. S’ils ont besoin de parler pendant une heure, je le fais aussi. J’adapte en fonction des patients.» C’est l’opportunité de rappeler les règles de prévention et de réduction des risques.

«Un cercle vicieux»

Expression bien connue, qu’implique-t-elle réellement?

La drogue peut concerner tout le monde. Elle fut d’abord présente dans les couches sociales élevées en raison de son coût. Puis, elle s’est répandue partout. La drogue peut entrer en jeu sur un terrain glissant comme par exemple la perte d’un travail, d’un logement, l’échec d’un couple, une immigration, le chômage ou un deuil. Mais cela n’est pas toujours le cas : bien qu’une situation fragile soit une porte ouverte, il s’agit d’une véritable maladie qui peut surgir sans prévenir. Un contexte d’anxiété peut suffire.

Si le pic de plaisir est d’abord recherché, les effets négatifs apparaissent au galop. Le plaisir se fait rare, laissant place à d’interminables descentes. L’envie de s’en sortir est très fréquente mais elle est extrêmement difficile à mettre en place. La plupart du temps, les consommateurs sont entourés d’autres usagers de la drogue, un milieu difficile à quitter quand le reste du réseau social a disparu.

Se sortir d’une addiction en solitaire est très difficile. Il est souvent nécessaire d’être soutenu par des professionnels, dans une structure adaptée. L’accès au Quai 9 est primordial pour consommer à moindres risques et bénéficier de soutien au moment où la motivation apparaît. Il permet un relais vers le système de santé.

Le Quai 9, désormais intégré dans la formation des médecins

Durant les 4e et 5e années des études de médecine à Genève, l’enseignement comprend une trentaine d’heures de médecine de l'addiction, sous forme de séminaires et de stages sur le terrain. Durant l’année 2008-2009, 24 étudiants ont passé une demi-journée de consultation au Quai 9. Parmi eux, 53% admettent une appréhension avant le stage. 23% ont trouvé éprouvant le passage en salle de consommation, 100% ont vu une modification de leur perception de la toxicomanie et 92% pensent que cette expérience aura un impact durable sur leur pratique médicale. Sarah explique qu’avant son stage, la visite l’intéressait beaucoup et qu’elle n’appréhendait pas la rencontre. «Mais une fois dans les locaux, les 30 premières minutes ont été difficiles: voir les usagers sous l’effet des substances, agressifs ou au bord du malaise, sans savoir quoi faire ni répondre, était terrible. Je me suis sentie démunie. C’est certain que ces quelques heures vont influencer ma pratique médicale; je ne me sens pas plus armée, mais je sais sur quoi je vais devoir travailler.» Tous les étudiants ne ressortent pas du Quai 9 avec une telle impression et beaucoup sont surpris de la qualité du rapport humain avec les usagers. L’une d’entre eux pense que «tous les étudiants devraient passer par là car c'est une expérience qui sensibilise beaucoup plus qu'un cours.»

L’idée d’intégrer ce stage au cursus universitaire vient du fait que beaucoup de médecins se sentent mal à l’aise lors des consultations avec des patients toxicomanes. Leurs pathologies peuvent paraître auto-infligées, ce qui induit presque automatiquement un jugement, que le patient perçoit. La prise en charge est dès lors mise en danger. Lutter contre les représentations sociales et médicales des médecins est un travail de longue haleine. Soit. Visons donc le berceau.

Références
  • «The swiss four pillars policy: an evolution from local experimentation to federal law», The Beckley foundation drug policy programme, May 2009, Jean-Félix Savary, Chris Hallam and Dave Bewley-Taylor
  • «Evaluation de l’espace d’accueil et d’injection Quai 9 à Genève», département de médecine et santé communautaire, CHUV, 2003
  • Tableaux trimestriels VIH/SIDA selon l’OFSP: www.bag.admin.ch/hiv_aids/05464/05490/05749/05750/05755/index.html?lang=fr
  • «Immersion des étudiants en médecine dans une salle de consommation: effets sur leurs représentations des usagers de la drogue», HUG et Première Ligne, 2009
  • Site Internet «Première Ligne»: www.premiereligne.ch
  • Site Internet «Groupe SIDA Genève»: www.groupesida.ch

A LIRE AUSSI

Santé sexuelle

Synchroniser le désir dans le couple

Faire coïncider les envies, cela ne va pas de soi. Il faut y travailler dans un esprit ouvert.
Lire la suite
Sexualité et couple
Sexualité et liberté: le nouveau modèle anglais

Sexualité et liberté: le nouveau modèle anglais

Une radiographie de la vie sexuelle de la population britannique vient d’être publiée. Les principales...
Lire la suite
Sexualité et couple
Toujours plus de couples se rencontrent sur internet

Toujours plus de couples se rencontrent sur internet

Réseaux sociaux, sites de rencontres, blogs : de plus en plus de personnes trouvent l’amour sur internet....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

De retour de voyage, une fièvre n’est pas anodine

Les tracas de santé au retour de destinations exotiques sont à prendre au sérieux et une fièvre doit vous faire consulter.
Maladies tropicales: migrants, une population à risque

Maladies tropicales: migrants, une population à risque

Les migrants originaires de pays extra-européens sont plus exposés à certaines maladies parasitaires. En effet, cette population court davantage de risques en raison de son exposition à ces maladies dans leur pays d'origine.
Videos sur le meme sujet

Sida: la lutte continue

Le sida a été nommé fléau du Xxe siècle, mais qu'en est-il en ce début de XXIe siècle?

Vivre avec le VIH

Vivre avec le VIH de nos jours une réalité difficile. La recherche et les traitements dont vous parle cette vidéo ont beaucoup évolué ces dernières années.

Le sida: J’ai vieilli avec le VIH

34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. Aujourd’hui, les trithérapies ont complètement changé la vie des personnes infectées par le VIH qui peuvent vivre correctement avec la maladie. Mais le sida est-il devenu banal pour autant?
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.