Transmission du VIH: la justice frappe fort

Dernière mise à jour 30/01/12 | Article
Jeans ouvert
Une personne se sachant séropositive peut-elle être condamnée pour avoir entretenu des relations sexuelles non-protégées avec sa ou son partenaire

La réponse est clairement oui: à l'exception des Pays-Bas, la plupart des pays européens, dont la Suisse, condamnent sévèrement ce comportement.

Les tribunaux s'appuient sur deux dispositions du Code pénal suisse (CPS). La première (Article 122), protège l'intégrité corporelle, et réprime donc les lésions corporelles graves. Celui qui en est reconnu coupable encourt une peine privative de liberté pour dix ans au plus, ou d'une peine pécuniaire de 180 jours-amende au moins.

En l'occurrence, on considère qu'il s'agit d'une infraction intentionnelle, qui peut mettre en danger la vie d'autrui. Elle suppose donc un comportement dangereux et des lésions corporelles graves.

L'autre disposition invoquée par les tribunaux est la propagation d'une maladie de l'homme (Article 231). Selon cet article, celui qui aura, intentionnellement, propagé une maladie de l'homme dangereuse et transmissible sera puni d'une peine privative de liberté de cinq ans au plus ou d'une peine pécuniaire de 30 jours-amende au moins. Ces peines peuvent être modulées selon que la personne a agi «par bassesse de caractère», ou par négligence.

Qu'en est-il lorsque le ou la partenaire accepte le risque, autrement dit consent à un rapport sexuel non-protégé, en connaissance de cause? Pour la plupart des tribunaux cantonaux, cela ne rend pas le comportement de la personne séropositive non-punissable, mais peut amener à une diminution des indemnités pour tort moral allouées à la victime, en considérant qu'elle a dans une certaine mesure contribué à son dommage, pour n'avoir pas refusé des rapports non protégés.

Les traitements antirétroviraux changent-ils la donne ?

La sévérité des tribunaux pourrait s’atténuer avec le temps, puisque les traitements antirétroviraux ont changé la donne. En effet, les données statistiques et épidémiologiques récentes montrent qu'il n'y a pas de transmission lorsque l'infection est contrôlée. Qu'entend-on par là? On entend une personne séropositive qui suit un traitement antirétroviral de manière conséquente, chez qui la charge virale n'est pas détectable dans le sang depuis six mois, même avec des méthodes ultrasensibles, et qui n'est pas porteuse d'une autre maladie sexuellement transmissible. Les tribunaux genevois ont déjà ouvert la voie en prononçant l’acquittement de plusieurs personnes dans cette situation.

Un autre fait pourrait peser progressivement dans la balance, c'est la baisse considérable du taux de mortalité des personnes porteuses du VIH, qui a rejoint celui des patients traités avec succès contre le cancer.

Référence

D'après Antonella Cereghetti, avocate, in Médecin et droit médical, Editions Médecine & Hygiène.

A LIRE AUSSI

Libido
desir_montagnes_russes

Quand le désir joue aux montagnes russes

Changements hormonaux, stress, problèmes de couple et idées reçues: beaucoup de facteurs peuvent influencer...
Lire la suite
Être parent

Parentalité et couple, les liaisons dangereuses

Aussi bénis soient-ils, les enfants ne sont pas toujours de bon augure pour la viabilité des couples....
Lire la suite
Sexualité féminine
epanouie_sexuellement_menopause

Epanouie sexuellement, même à la ménopause!

Les femmes peuvent avoir moins de désir sexuel en entrant dans la ménopause, mais ce n’est de loin pas...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Infections qui influencent la vie sexuelle

Infections qui influencent la vie sexuelle

Le VIH-SIDA est l’infection sexuellement transmissible (IST) la plus connue à l’heure actuelle. Est-elle la seule à craindre? Quelles sont les maladies qui se transmettent par voie sexuelle en Suisse?
traitements_sida_sallègent

Les traitements du sida ne cessent de s’alléger

Un comprimé par jour, beaucoup moins d’effets secondaires: les trithérapies ont connu de grandes avancées ces dernières années. Mais elles ne parviennent toujours pas à éliminer le virus.
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois transmettre des infections sexuellement transmissibles (IST).
Videos sur le meme sujet

Un cas de rémission dʹune patiente atteinte du VIH

Une patiente anonyme souffrant d'un cancer semble guérie de son infection au VIH grâce à une greffe de moelle osseuse.

Pourquoi le virus du sida se multiplie plus vite chez une personne tuberculeuse

Une équipe internationale à mis en évidence lʹexistence de nanotubes qui permettent au virus du sida dʹinfecter davantage de cellules chez une personne tuberculeuse.

Les antirétroviraux empêchent la transmission du sida

Un traitement par antirétroviraux empêche la transmission du sida chez les couples dʹhommes qui ont des rapports sexuels non protégés et dont lʹun est séropositif.
Maladies sur le meme sujet
Nœud rouge (Sida)

VIH-Sida

Le sida est dû au VIH (virus de l'immunodéficience humaine). Il se transmet par contact direct avec du sang contaminé, lors de relations sexuelles ou directement de la mère à l'enfant.