Stomie: le rôle des patients experts

Dernière mise à jour 23/01/18 | Article
stomie_patients_experts
Vivre avec une poche de recueil pour les selles ou les urines, c’est le quotidien des personnes stomisées. Aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), une formation pionnière encourage la collaboration entre soignants et patients.

Le sujet de la stomie peut paraître délicat à aborder. Pour briser le tabou, les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) misent sur le dialogue. Unique en Suisse romande, une formation de six jours est proposée aux soignants qui souhaitent se spécialiser dans la prise en charge des personnes stomisées. Au cœur de cet apprentissage, une table ronde donne la parole à des patients. L’occasion de partager avec le personnel médical leur histoire, leur ressenti, leurs craintes et espoirs, mais aussi leurs nombreuses astuces qui facilitent la vie quotidienne avec une poche de recueil.

Une intervention chirurgicale délicate

La stomie est une dérivation de l’intestin ou des uretères qui permet d’éliminer les selles ou les urines dans une poche collée à l’abdomen. Des maladies inflammatoires de l’intestin, des cancers ou des graves blessures peuvent empêcher l’élimination naturelle des déchets organiques et rendre la stomie indispensable. «L’opération consiste à créer un orifice dans la peau de la paroi de l’abdomen, explique le Dr Frédéric Ris, chirurgien colorectal. L’intestin est ensuite passé au travers pour permettre l’élimination des selles. C’est une intervention qui nécessite une grande minutie, car elle a beaucoup d’impact sur la qualité de vie du patient.»

A l’issue de cette opération, la personne devra en effet s’adapter à sa nouvelle vie avec une poche. Celle-ci doit être portée en permanence et changée tous les deux à trois jours. Pour de nombreux patients, cet événement est vécu comme une amputation, une blessure grave qui altère l’image corporelle. Mais pour Paul*, opéré il y a plus de deux ans, la stomie a permis d’améliorer sa qualité de vie. «Avant, j’étais stressé en permanence, sans arrêt à la recherche des WC les plus proches, au cas où. Comme j’étais malade depuis longtemps, la poche n’a pas été trop difficile à accepter. C’était même une bonne nouvelle, car j’ai enfin pu réduire mon taux de stress.»

Une formation centrée sur les patients

C’est donc sans hésiter que Paul a accepté d’intervenir dans la formation des soignants organisée aux HUG. «J’ai tout de suite été heureux de pouvoir participer. En tant que patient, on souhaite être pris en charge de la manière la plus compétente possible. J’ai ainsi le sentiment d’apporter ma pierre à l’édifice. Les soignants peuvent nous poser toutes leurs questions sans tabou et nous pouvons leur transmettre des astuces du quotidien.»

Même son de cloche du côté des soignants: «Les patients font preuve de courage en venant témoigner de leur expérience, souligne Laurence Lataillade, infirmière spécialiste en stomathérapie et responsable de la formation. Chez les soignants, de vraies prises de conscience ont lieu lors de ces échanges. Ils peuvent aborder des thèmes inhabituels et se projeter. C’est un vrai bénéfice pour leur pratique, car ils voient les choses différemment par la suite. Les patients qui interviennent dans cette table ronde ont un rôle de formateur très précieux.»

________

* Prénom d’emprunt.

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_Cynthia_Mathez_handisport

«Le handisport manque encore de visibilité»

Quand la vie vous impose des épreuves, deux voies peuvent être empruntées : la détermination ou la résignation. Cynthia Mathez a choisi la première et n’a de cesse, depuis que la sclérose en plaques l’a contrainte au fauteuil roulant en 2015, de repousser ses limites. Sa première participation aux Jeux Paralympiques de Tokyo ne lui a pas apporté de médaille mais ses yeux sont déjà braqués sur Paris 2024, où elle compte bien en rafler quelques-unes.
BV04_adapter_habitat_autonomie

Troubles de la vision: adapter l’habitat pour plus d’autonomie

Réaliser les activités les plus simples du quotidien peut s’avérer compliqué chez les personnes présentant un déficit visuel. Pour se déplacer chez soi, s’habiller ou encore cuisiner, des stratégies d’adaptation peuvent être mises en place. Elles permettent aux personnes malvoyantes d’acquérir des gestes sûrs et de retrouver confiance en elles.
MV_accueillir_enfant_différent

Comment accueillir un enfant différent dans la famille ?

Certains enfants ne sont pas comme les autres. Un défi éducatif et personnel pour les parents.
Videos sur le meme sujet

Être para ou tétraplégiques en temps de confinement

Anne Baecher s'interroge sur le vécu des blessés médullaires, les personnes paraplégiques ou tétraplégiques, durant cette période de confinement.

La prise en charge de la paraplégie

Anne Baecher s'intéresse à la prise en charge de la paraplégie à la Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion.

Remarcher après une paralysie?

On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.