La pollution de l'air participe à la survenue de l'infarctus

Dernière mise à jour 03/02/14 | Article
La pollution de l'air participe à la survenue de l'infarctus
Une étude médicale, menée sur plus de 100000 personnes suivies durant une dizaine d'années, vient de conclure qu'une exposition chronique à la pollution de l'air joue un rôle dans l'incidence des maladies cardiovasculaires aiguës.

On savait déjà, sur la base d’une grande étude de l'OMS consacrée au fardeau que représentent les maladies dans le monde (Global Burden of Diseases), que la pollution de l'air était responsable chaque année de plus de trois millions de décès. Et qu'on pouvait aussi lui attribuer 22% des années de vie perdues à cause des maladies cardiaques ischémiques (infarctus et angine de poitrine).

On pourra désormais ajouter qu'une exposition prolongée à une pollution de l'air riche en particules fines augmente le nombre de nouveaux cas de ces maladies coronariennes. C'est en tout cas la conclusion d'une immense analyse scientifique publiée récemment dans le British Medical Journal, sous la signature de pas moins de 45 chercheurs de toute l'Europe coordonnés par l'Université d'Utrecht (Pays-Bas). Elle a combiné les résultats de onze études européennes entreprises dans cinq pays, entre 1997 et 2007, sur plus de 100000 sujets n'ayant pas précédemment souffert d'un accident coronarien.

La force des modèles

Il n'est pas aisé d'établir une association entre certaines maladies et une exposition chronique à la pollution de l'air. Les techniques modernes de géolocalisation et les modèles mathématiques permettent toutefois de déterminer aujourd'hui, assez précisément, le lien existant entre le niveau de pollution auquel ont été durablement exposés les habitants de tel ou tel quartier, et les maladies dont ils ont souffert. C'est ainsi que les auteurs de l'étude ont pu combiner l'adresse de chaque individu concerné avec les taux de particules fines ou d'autres polluants atmosphériques enregistrés dans sa région sur une moyenne annuelle. L'accent a surtout été mis sur les particules fines respirables de divers diamètres, ainsi que sur la concentration de l'air en oxydes d'azote. En outre, la densité de population, de l'altitude du domicile, ou encore des flux de trafic automobile ont également été pris en compte.

Les chercheurs ont ensuite comparé ces données à la fois avec les registres de décès et avec les hospitalisations pour une maladie ischémique, en excluant toutefois les hommes ou les femmes qui avaient déjà consulté précédemment pour un infarctus ou un accident vasculaire cérébral. Ils ont aussi été attentifs à tous les autres paramètres susceptibles de fausser les résultats, et dont ils ont corrigé l'influence statistique (comme par exemple la tension artérielle, le tabagisme éventuel, l'indice de masse corporelle, l'activité physique, le taux de cholestérol sanguin, ou encore le statut conjugal et le niveau d'éducation).

Une relation claire

La première conclusion à laquelle arrivent les chercheurs est éloquente. Alors que, sur les 100 166 individus inclus dans l'analyse, 5157 ont eu un infarctus ou ont souffert d'une angine de poitrine instable tout au long des 10,5 ans en moyenne où ils ont été suivis, la relation avec la pollution ne permet aucun doute.

En effet, quand on compare des individus exposés à des taux de pollution atmosphérique différents, il est possible d'en déduire le risque relatif d'avoir un infarctus lié à une mauvaise qualité de l'air. Et quand on sait que les taux de particules fines de 2,5 microns ou moins (PM2.5) variaient de 7,3 microgrammes par m3 en Suède à 31 microgrammes par m3 dans le nord de l'Italie, les différences n'étaient pas franchement anecdotiques… On peut ainsi déterminer l'augmentation objective du risque en fonction d'une augmentation donnée de la concentration en particules fines d'un lieu à un autre (qu'il s'agisse des PM2.5 ou des particules de diamètre plus gros, les PM10).

Des chiffres inquiétants

Les résultats auxquels arrivent les chercheurs sont donc éloquents: chaque fois que la concentration moyenne annuelle en PM2.5 augmente de 5 microgrammes par m3, on constate une augmentation de l'incidence des accidents cardiaques ischémiques de 13%! Et chaque fois que la concentration en PM10 croit de 10 microgrammes par m3, le risque relatif de souffrir d'un infarctus ou d'une angine de poitrine augmente de 12%. Ces risques relatifs sont similaires, voire supérieurs, aux chiffres analogues trouvés aux Etats-Unis. En revanche, la relation avec la concentration de l'air en oxydes d'azote est moins établie.

Le plus grave, soulignent les auteurs de l'article, est que l'association à laquelle ils parviennent s'applique aussi à des niveaux de pollution bien inférieurs aux limites européennes relatives à la qualité de l'air. Il y aurait donc lieu, selon eux, si l'on veut protéger correctement la population, de revoir et d'abaisser ces concentrations limites officielles, au demeurant deux fois plus élevées que les strictes normes américaines.

Reste à tenter d'expliquer cet effet de la pollution sur les accidents ischémiques. Il se pourrait, avancent les chercheurs, que les particules inhalées provoquent une inflammation et un stress oxydatif systémiques, et qu'elles contribuent ainsi aux processus menant à la thrombose. Il est possible aussi que la pollution de l'air agisse sur la pression artérielle et favorise l'athérosclérose.

Quoi qu'il en soit, quand on sait les ravages qu'occasionnent les maladies coronaires aiguës, on ne peut qu'espérer que les autorités politiques responsables comprennent, à la lumière de cette étude, l'importance toujours plus grande de la qualité de l'air. Et qu'elles en tirent les conclusions qui s'imposent.

Référence

«Long term exposure to ambiant air pollution and incidence of acute coronary events: prospective cohort study and meta-analysis in 11 European cohorts from the ESCAPE Project», Gulia Cesaroni et al., in BMJ 2013;348:f7412.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Homme faisant des prélèvements d'eau

Environnement et cancer: un duo infernal?

Sujet très médiatisé, la relation entre cancer et environnement suscite des craintes liées aux facteurs de risques non maîtrisables: pollution de l’air et de l’eau, téléphonie mobile, etc. Le Professeur Boffetta fait le point.
Téléphonie: la vérité sur les dangers des antennes relais

Téléphonie: la vérité sur les dangers des antennes relais

Peut-on vivre sans risques sanitaires auprès des antennes relais indispensables au bon fonctionnement de nos téléphones portables? Non estiment les militants qui luttent contre les pollutions aux ondes électromagnétiques et dénoncent les cas de plus en plus fréquents selon eux d’hypersensibilité aux ondes. Il faut éviter les jugements hâtifs répond en écho l’Académie nationale de médecine.
Videos sur le meme sujet

Particules fines: on dépasse les limites!

Les effets néfastes des particules fines ont été prouvés. Cette émission passe à la loupe ces polluants qui menacent nos poumons.

L'eau du robinet: à boire sans modération

Malgré sa relative abondance, l'eau est une denrée précieuse. Et si l'on veut la consommer, il faut surveiller sa qualité car elle peut facilement être contaminée ou polluée.

Radioactivité: quelles atteintes à notre santé ?

L'antidote fait le point sur la radioactivité, ses dangers et ses utilisations.
Maladies sur le meme sujet
artère obstruée par du cholestérol

Angine de poitrine

L'angine de poitrine est une douleur du muscle cardiaque (cœur) causée par un manque d'oxygène provoqué par un rétrécissement ou un spasme d'une artère.