Bronchopneumopathie obstructive : le rôle des virus

Dernière mise à jour 11/03/11 | Dossier
dessin des poumons
Longtemps stigmatisée comme « la simple toux des fumeurs », la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une affection pulmonaire complexe, caractérisée par une obstruction des voies aériennes.Elle est consécutive à une inflammation provoquée par des substances toxiques irritantes, principalement le tabac et la pollution atmosphérique.

Quelques aspects de la maladie

Longtemps stigmatisée comme « la simple toux des fumeurs », la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une affection pulmonaire complexe, caractérisée par une obstruction des voies aériennes. Elle est consécutive à une inflammation provoquée par des substances toxiques irritantes, principalement le tabac et la pollution atmosphérique.

En Suisse, près de 400 000 personnes souffrent de BPCO. Selon les données de l’OMS, c’est la seule maladie dont la mortalité ne cesse d’augmenter et il est prévu qu’elle devienne la troisième cause de mortalité à l’échelle mondiale en 2020. L’évolution naturelle de cette maladie est rythmée par des poussées ou phases d’«exacerbation», durant lesquelles la sensation de manque d’air, la toux et les crachats sont plus importants. Ces exacerbations deviennent de plus en plus fréquentes avec la progression de la maladie et ont un impact négatif sur la qualité de vie des patients.

Nouveautés dans la compréhension de la maladie

Historiquement, les exacerbations ont été principalement attribuées à des infections bactériennes et traitées par des antibiotiques en association avec de la cortisone. Néanmoins, on considère aujourd’hui que seules 50% des exacerbations sont réellement dues à des infections bactériennes. Dès lors, dans la moitié des cas, l’utilisation d’antibiotiques est inadéquate, ce qui a des conséquences fâcheuses sur l’émergence de bactéries résistantes plus difficiles à traiter. Depuis quelques années, plusieurs études se sont intéressées au rôle des virus lors des exacerbations de BPCO et ont permis d’identifier qu’ils intervenaient dans plus de la moitié des cas. Les exacerbations dues aux virus semblent plus sévères et le temps de récupération est plus long que lors d’une infection bactérienne.

Actuellement, la grande difficulté réside dans le fait que dans 25% des exacerbations, on retrouve une coinfection à la fois de virus et de bactéries, sans que l’on puisse déterminer exactement le germe qui est responsable. C’est dans ce contexte que des recommandations internationales réservent l’utilisation des antibiotiques seulement en présence de critères cliniques définis (voir tableau). Ces recommandations sont néanmoins peu précises et vieillissantes. De nouveaux tests diagnostiques devraient être développés afin de mieux identifier les personnes pouvant bénéficier d’un traitement antibiotique ou antiviral, ce qui permettrait probablement de réduire de manière considérable l’utilisation d’antibiotiques.

Définition selon Anthonissen [1]

Traitement antibiotique si:

a) Augmentation du manque d’air

A+B+C

b) Augmentation volume expectorations

C+A

c) Augmentation purulence expectorations

C+B

Définition selon GOLD [2]

Changement des symptômes respiratoires amenant à une modification de traitement

a) léger: majoration aérosol

C

b) modéré: ajout cortisone

c) sévère: nécessitant hospitalisation aux soins intensifs

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Particules fines: on dépasse les limites!

Les effets néfastes des particules fines ont été prouvés. Cette émission passe à la loupe ces polluants qui menacent nos poumons.

L'eau du robinet: à boire sans modération

Malgré sa relative abondance, l'eau est une denrée précieuse. Et si l'on veut la consommer, il faut surveiller sa qualité car elle peut facilement être contaminée ou polluée.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)