Symboles de danger chimique: pourquoi changer?

Dernière mise à jour 04/10/13 | Article
Symboles de danger chimique: pourquoi changer?
Depuis l'an dernier, de nouveaux symboles avertissent des dangers que présentent les produits chimiques. D'ici à 2017, ce système international, le SGH, sera le seul autorisé en Suisse. Pourquoi ce changement?

Exit les symboles dans un carré orange, place aux pictogrammes dans un diamant rouge. Il y a désormais en Suisse neuf indications du danger des produits chimiques que vous pouvez découvrir ici. Aujourd'hui, deux systèmes coexistent mais en 2017, seul le nouveau sera utilisé.

Pourtant, le système des carrés orange était en place depuis moins de dix ans. Pourquoi donc en avoir changé si vite? En l'occurrence, la Suisse suit l'Europe, explique Heribert Bürgy, chef de section à l'Office fédéral de la santé publique. Jusqu'en 2005, la Suisse appliquait son propre système, celui des classes de toxicité. Il donnait une indication de la gravité du danger mais ne précisait pas sa nature.

A la demande des fabricants, la Suisse a alors adopté le système européen des carrés orange. Cette fois-ci, la nature de la menace était mieux connue en consultant le symbole et la toxicité chronique était prise en compte. C’est-à-dire que les risques (de cancer par exemple) liés à une utilisation répétée du produit étaient pris en compte, détaille Heribert Bürgy.

Mais, en parallèle, l'Europe et la Suisse étaient engagées à l'ONU dans l'élaboration d'un code applicable à la planète entière, le système général harmonisé (SGH). La Suisse savait que l'Europe s'y mettrait tôt ou tard, mais ne savait pas quand. Aujourd'hui, la date butoir pour utiliser seulement le SGH est connue: 2017 en Suisse et en Europe.

Qu'apporte le SGH par rapport à son prédécesseur? Une portée mondiale tout d'abord. D'ici à 2017, le SGH devrait être en application aux Etats-Unis, au Brésil, au Canada et en Corée, entre autres. Autre supériorité du SGH: un détail plus fin. Trois symboles sont ainsi nouveaux: «gaz sous pression», «attention dangereux» et «dangereux pour la santé».

Note: Plus d’information sur infochim.ch

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
La perte de l’odorat pourrait être un facteur annonciateur de décès

La perte de l’odorat pourrait être un facteur annonciateur de décès

Des chercheurs américains confirment que la fonction olfactive est un bon facteur prédictif de décès....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe. La particularité de sa discipline l’y a aidé, mais s’il avait chuté, les conséquences auraient pu être graves.
tomber_experience_age

Tomber, une expérience qui devient grave avec l’âge

Souvent sans conséquences chez les sujets jeunes, les chutes et les faux pas peuvent se révéler autrement plus graves en fonction des parties du corps touchées, surtout si la personne est âgée.
langue_blessé

Sortir la langue d’un blessé, un geste inutile et dangereux

La langue est un organe solidement attaché dans la bouche. Une personne en perte de connaissance ou en crise épileptique n’a aucun risque de l’avaler comme on le croit encore trop souvent.
Videos sur le meme sujet

Accidents de la route: objectif 0 mort

Dans le monde occidental, les accidents de la route sont la première cause de mortalité des moins de 45 ans.

Trop vieux pour conduire ?

Ce reportage se penche sur les seniors au volant.

Maudit coup du lapin !

Le coup du lapin affecte près de 25'000 personnes par année en Suisse !