BPCO: une grave maladie pulmonaire

Dernière mise à jour 10/11/14 | Article
BPCO: une grave maladie pulmonaire
Près de 400000 personnes souffrent en Suisse de bronchopneumopathie chronique obstructive, ou BPCO (en anglais: chronic obstructive pulmonary disease, COPD). La maladie est généralement causée par le tabagisme ou l’inhalation d’autres substances nocives. La BPCO ne peut pas être guérie mais le renoncement à la fumée ralentit l’évolution de la maladie.

Comment se manifeste la BPCO?

Expectorations, toux et dyspnée sont les premiers signes typiques de la BPCO. La maladie se développant de façon insidieuse et les personnes atteintes ne prêtant souvent que peu d’attention aux premiers symptômes, elle passe d’habitude longtemps inaperçue.

  1. Expectorations: Les bronches malades produisent davantage de mucus que les bronches saines. L’inhalation de substances nocives sur de longues années paralyse ou détruit les cils vibratiles des voies respiratoires, de sorte qu’ils ne peuvent plus transporter le mucus hors des poumons: le mucus visqueux doit être expectoré par la toux.
  2. Toux: Les personnes atteintes de BPCO toussent surtout le matin. Elles se sont généralement habituées à cette toux quotidienne et n’en sont plus dérangées. Cependant, si elles ne consultent un médecin qu’à l’occasion d’une infection des voies respiratoires, c’est souvent déjà trop tard.
  3. Dyspnée: La dyspnée est la conséquence la plus grave de la BPCO. Le mucus visqueux et l’inflammation chronique rétrécissent les voies respiratoires et les malades ont l’impression de respirer à travers une paille. En conséquence, les personnes concernées sont physiquement moins résistantes à l’effort.

Quel est mon risque?

Un test de risque BPCO, disponible en ligne, vous donne des informations de base sur votre probabilité de développer une BPCO ou d'en être déjà atteint.

www.liguepulmonaire.ch/test-bpco

Que faire si le souffle manque?

La cause d’une BPCO est presque toujours l’inhalation de substances nocives sur une longue période. Outre les fumeuses et les fumeurs, des peintres, des menuisiers ou encore des paysans peuvent donc aussi en être atteints.

Si la BPCO est identifiée à temps, l’évolution de la maladie peut être ralentie. Certains médicaments et changements d’habitudes peuvent soulager les troubles et améliorer l’entraînement physique et les performances.

  1. Indispensable: arrêter de fumer. La BPCO ne peut pas être guérie. Ce n’est qu’en arrêtant de fumer que l’on peut freiner la poursuite de la destruction des poumons. À tout stade de la maladie, il vaut donc la peine de cesser de fumer.
  2. Des médicaments soulagent les troubles. Pour la BPCO légère à modérée, le traitement médicamenteux se concentre sur des bronchodilatateurs à longue durée d’action. Ils dilatent les voies respiratoires et peuvent atténuer les troubles et la dyspnée à l’effort physique. Généralement, les médicaments sont inhalés une ou plusieurs fois par jour. Ce traitement contribue à améliorer la fonction pulmonaire, à augmenter les performances et, de ce fait, à améliorer la qualité de vie. Au stade avancé, l’inflammation dans les poumons est traitée avec des préparations de cortisone à inhaler.
  3. La vaccination contre la grippe et les pneumocoques. Chez les personnes souffrant de BPCO, la vaccination contre la grippe réduit les exacerbations de façon significative. Elle est recommandée chez toutes les personnes atteintes de BPCO et elle est en particulier très importante chez les patient(e)s âgé(e)s. Ceux-ci devraient se faire vacciner une fois par an contre la grippe et tous les cinq à six ans contre des pathogènes habituels de la pneumonie – les pneumocoques.
  4. L’oxygénothérapie améliore la qualité de vie. Au stade terminal de la maladie, une carence chronique en oxygène peut se manifester chez les personnes atteintes. Cette carence est compensée par une oxygénothérapie qui facilite la respiration et améliore la qualité de vie.
  5. L’entraînement augmente les performances. Les personnes souffrant de BPCO évitent les efforts physiques, car ceux-ci provoquent la dyspnée. Par conséquent, des efforts de plus en plus faibles entraînent une dyspnée toujours plus forte. Ce cercle vicieux peut être brisé. Par exemple grâce à la réhabilitation pulmonaire ou à la participation à des groupes d’entraînement spécialisés. Un programme de réhabilitation se compose d’un entraînement physique, d’informations médicales sur la maladie et de conseils permettant de gérer la maladie et d’apprendre comment on évite des facteurs de risque. Selon le stade de la maladie, la réhabilitation pulmonaire se fait soit avec une hospitalisation soit en ambulatoire.

Plus d’informations

www.liguepulmonaire.ch/bpco

  • Test de risque en ligne
  • Brochures d’information gratuites
  • Cours et consultations pour arrêter de fumer
  • Groupes d’entraide près de chez vous
  • Cours de sport et de réhabilitation pulmonaire
Pour en savoir plus

http://www.liguepulmonaire.ch/fr/maladies/bpco.html

           

Ligue pulmonaire

           

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
La perte de l’odorat pourrait être un facteur annonciateur de décès

La perte de l’odorat pourrait être un facteur annonciateur de décès

Des chercheurs américains confirment que la fonction olfactive est un bon facteur prédictif de décès....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
laver_main_contagion

Se laver les mains, un réflexe essentiel pour éviter la contagion

Nos mains sont porteuses de milliards de microbes, dont certains sont pathogènes. Pourtant leur lavage fréquent sauve entre 5 et 8 millions de vies chaque année dans le monde en milieu hospitalier.
essoufflement_chronique

400 000 Suisses souffrent d’essoufflement chronique

Conséquence du tabagisme, la BPCO, ou bronchopneumopathie chronique obstructive, touche une population toujours plus large. D’ici à 2030, elle sera même le troisième facteur mondial de mortalité.
Mythes autour de la toux

Mythes autour de la toux

Une quantité d’idées reçues circulent sur la toux. Passage en revue et éclairage avec la Professeure Paola Gasche, responsable du service de pneumologie des Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Grippe saisonnière: compte pas sur moi pour te refiler ma grippe!

La grippe est une maladie particulière: d'un côté elle est terriblement banale, de l'autre elle fait trembler l'humanité toute entière. Et pourquoi revient-elle chaque hiver? Que peut-on faire contre?

Grippe A (H1N1): Elle est là, que faire?

La Grippe A (H1N1) a été largement médiatisée. Que retenir de toute cette panique ? Quelles étaient les conseils durant cette période agitée ?
Pour répondre à ces deux questions le magazine l'antidote accueille le médecin cantonal Georges Dupuis.
Maladies sur le meme sujet
Radiographie des poumons

Pneumonie

La pneumonie est une inflammation des poumons due à des virus ou à des bactéries. Elle nécessite parfois (mais pas toujours) un traitement antibiotique.

Symptômes sur le meme sujet

Maux de gorge

Mon enfant a mal à la gorge
thermomètre digital

Fièvre

J’ai de la fièvre
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)