Vitamines: carencé, moi?

Dernière mise à jour 18/04/16 | Article
Vitamines: carencé, moi?
Si certaines carences signalent leur présence par des indices précis, comme une fatigue accablante ou une chute anormale des cheveux, d’autres s’installent de façon plus discrète. Dans quels cas faut-il envisager un dépistage? Quelles sont les carences les plus fréquentes? Hommes et femmes sont-ils à égalité? Le point avec le Dr Bernard Favrat, médecin à la Policlinique Médicale Universitaire de Lausanne.

Quand faut-il faire une prise de sang?

Les symptômes exprimant des carences ne sont pas toujours spécifiques à tel ou tel déficit et peuvent avoir tendance à brouiller les pistes. Des gerçures excessives au coin des lèvres peuvent par exemple être le signe d’un déficit en vitamine B6, mais aussi en fer ou encore en acide folique (vitamine B9).

Reste qu’être attentif à ces manifestations, souvent ténues dans un premier temps, est crucial pour remédier le plus tôt possible à une éventuelle carence. Celle-ci pourra être vérifiée grâce à une prise de sang.

Voici les symptômes de carences les plus fréquents:

  • Fatigue persistante (possible carence en fer ou en vitamine B12).
  • Douleurs diffuses ou faiblesse musculaire (possible carence en vitamine D).
  • Gerçures anormales au coin des lèvres, y compris hors période de froid (possible carence en vitamine B6, en fer, en vitamine PP (niacine), ou en acide folique).
  • Langue rouge (possible carence en vitamine B6, en vitamine B12, en fer ou en acide folique).
  • Gencives sanglantes (possible carence en vitamine C).
  • Fourmillements dans les jambes (possible carence en vitamine B12).
  • Syndromes dépressifs (possible carence en acide folique).

Quelles sont les carences les plus fréquentes?

Sous nos latitudes, le trio de tête des déficits les plus répandus dans la population est lié au fer, à la vitamine D et à la vitamine B12. Les raisons?

En équilibre précaire dans l’organisme, le fer peut être perdu en quantité trop importante pendant les menstruations. Les apports par l’alimentation peinent alors à combler à eux seuls le déficit engendré et la carence en fer s’installe. Elle touche 25% des femmes entre 25 et 50 ans, et 7% des hommes. Autre cause possible pouvant expliquer le déficit: des dons de sang trop fréquents dans l’année et, chez les personnes âgées, des micro-saignements causés par des pathologies telles que les gastrites chroniques.

Quant à la vitamine D, la carence provient principalement d’un manque d’exposition solaire. Pour rappel, nous produisons 80% de notre vitamine D en laissant les rayons de soleil agir sur notre peau une poignée de minutes ou d’heures par jour en fonction de la saison. Trop peu à l’extérieur ou protégés des effets potentiellement dommageables du soleil sur la peau par un arsenal de vêtements, de crèmes et d’accessoires, nous nous privons malencontreusement aussi de ses bienfaits. Un équilibre est donc à trouver pour un sain compromis. Afin d’assurer une production suffisante de vitamine D, une exposition de trente minutes environ le matin ou en fin d'après-midi l’été et le double au printemps et en automne peut suffire (voir: http://www.bag.admin.ch/uv_strahlung/14268/index.html?lang=fr). A noter: les 20% de vitamine D restants sont apportés par l’alimentation, au travers notamment de la consommation de poissons gras.

La vitamine B12 fait quant à elle souvent défaut aux personnes diabétiques sous traitement de metformine, aux seniors souffrant de gastrite, ainsi qu’aux végétariens et aux personnes ayant une consommation excessive d’alcool.

Une alimentation équilibrée suffit-elle?

Pas réellement. La grande exception est la vitamine D dont la production dépend en grande partie de l’exposition naturelle au soleil. L’âge, la prise de certains médicaments ou des pathologies particulières peuvent provoquer des perturbations dans la façon dont l’organisme absorbe les vitamines.

Quand une supplémentation systématique est-elle nécessaire?

Hors cas de pathologie spécifique, c’est surtout pour la vitamine D qu’un complément est nécessaire, principalement pour les enfants et les personnes âgées.

Quelle vigilance pour qui?

Certaines carences sont spécifiques à une période de la vie ou à de conditions particulières. En voici un aperçu.

  • Enfants: vitamine D.
  • Seniors: vitamine B12, C, D.
  • Femmes enceintes ou à l’approche d’une grossesse: vitamine B9 (acide folique).
  • Femmes ayant des règles abondantes: fer.
  • Sportifs: fer.
  • Personnes diabétiques sous traitement de metformine: fer.
  • Végétariens et végétaliens: vitamine B12 et vitamine B9.

A LIRE AUSSI

Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Douleurs au tendon d’Achille: quel traitement?

Une blessure au tendon d’Achille est un problème bien connu des sportifs, particulièrement des adeptes...
Lire la suite
Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Protéines: opter pour la variété

Tandis que sucres et graisses ne cessent d’être visés par des messages de santé publique incitant à limiter leur consommation, les protéines gardent le vent en poupe.
soleil_ami_ennemi

Le soleil, ami ou ennemi?

La réputation du soleil évolue au gré des connaissances scientifiques. Si les dangers d’une exposition excessive sont admis, on reconnaît aujourd’hui son influence positive sur la santé, notamment pour nos os, nos muscles et notre humeur. Du soleil, donc, mais pas n’importe comment.
Quelle recette pour des os solides?

Quelle recette pour des os solides?

Calcium, vitamine D et protéines constituent le trio clé de la santé de nos os. Si l’on comparait grossièrement la construction osseuse à celle d’un mur, les protéines en seraient les briques, le calcium, le ciment, et la vitamine D, l’appui indispensable pour lier le tout et permettre à l’édifice de résister à l’épreuve du temps. Dès lors, on le comprend, toute carence de l’un de ces trois composés compromet dangereusement la solidité du squelette.
Videos sur le meme sujet

Réchauffement climatique et carences en sélénium

Silvio Dolzan s'intéresse au sélénium, un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de notre corps.

Végétariens: le nouveau régime santé?

Aujourd'hui, renoncer à la viande est tendance.

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.