Sportifs: gare aux commotions cérébrales

Dernière mise à jour 11/05/15 | Article
Sportifs: gare aux commotions cérébrales
Causée par un choc sur la tête, le visage ou la nuque associé à une forte secousse, la commotion cérébrale (CC) cause des troubles neurologiques parfois graves et fragilise le cerveau. Au moins 3,8 millions d’individus par an en seraient victimes aux Etats-Unis, notamment chez les sportifs.

Conjuguée à l’essor des sports collectifs, l’évolution des caractéristiques physiologiques des athlètes (augmentation de la masse corporelle, de la vitesse…) a amplifié la fréquence et la vigueur des contacts constatés dans certains sports. Le baseball, le hockey sur glace ou encore le football américain illustrent cette tendance, a fortiori pendant les périodes de compétition. Favorable à l’augmentation potentielle des commotions cérébrales, le phénomène préoccupe désormais des fédérations internationales d’importance. À l’instar de celle du football (soccer) et du rugby, celles-ci émettent des recommandations pour prévenir les incidents, les traiter et permettre aux blessés le retour progressif au sport en toute sécurité après résolution totale de leurs symptômes.

Les signes d’une CC

Plus de neuf fois sur dix, une commotion survient sans perte de connaissance et les symptômes présentés peuvent être très divers. Or le caractère transitoire de ces derniers les rend parfois imperceptibles pour l’intéressé comme pour le staff sportif, faisant de la blessure un événement mineur mal interprété, donc non-traité.

Troubles de la vision ou de l’équilibre, sensibilité au bruit ou à la lumière, maux de tête, confusion, amnésie, irritabilité, vomissements…: l’un ou plusieurs de ces signes suffisent à suspecter la CC et induisent pour le sportif son retrait immédiat du terrain ainsi que la nécessité d’une surveillance et d’un examen médical.

Outils et soins

Malgré la pression médiatique typique des sports en vogue, les professionnels de santé doivent avant tout préserver le joueur choqué et mettre en place dans l’urgence les premières mesures de réanimation et de protection de la colonne cervicale.

Face à la difficulté de poser un diagnostic sur la foi de symptômes susceptibles de disparaître très rapidement, le personnel médical utilise un outil d’évaluation standardisé qui guide son examen clinique. Le SCAT (sport concussion assessment tool), questionnaire créé en 2005 puis mis régulièrement à jour, permet au médecin d’énumérer les indicateurs à surveiller chez son patient –adulte ou enfant. Il propose également des tests auxquels soumettre le malade pour en contrôler la mémoire (réponse à une série de questions simples) et l’équilibre (maintien d’une position du corps, les yeux ouverts puis fermés).

Pour affiner l’évaluation de ses symptômes –surtout s’ils sont foisonnants– et en surveiller l’évolution, le patient est ensuite soumis à un nouvel examen, plus poussé. Cette seconde étape est complétée le cas échéant par l’estimation des fonctions mentales du blessé et les résultats de l’imagerie cérébrale en cas de détérioration de son état.

Enfants et adolescents très exposés

Par leurs activités physiques scolaires et extra-scolaires, les enfants et les adolescents sont particulièrement exposés au risque de commotion cérébrale, surtout s’ils pratiquent un sport de contact. L’affection des jeunes sujets est assez proche de celle observée chez les adultes malgré l’adaptation de l’outil diagnostique (Child-SCAT) ou du matériel de jeu (taille du ballon adaptée à la morphologie…). Le repos physique et cognitif et le retour aux activités par étapes s’avèrent indispensables pour espérer la disparition totale des symptômes et éviter la survenue d’un autre choc rapproché qui pourrait être fatal.

Plus l’enfant est jeune, plus le diagnostic est malaisé et la guérison potentiellement longue; il n’est pas rare que la reprise scolaire soit entravée par des lenteurs de compréhension et d’exécution malgré l’observance du traitement. Si les symptômes perdurent, la vigilance demeure de mise: les atteintes cognitives et psychiques sur le long terme pourraient être délétères. En adressant des messages d’information à l’ensemble des acteurs concernés pour protéger les athlètes, la fédération suisse de hockey sur glace fait le pari que la prévention est l’affaire de tous.

Adapté de «Commotion cérébrale chez l’enfant et l’adolescent sportif», Dr Stéphane Tercier, Unité pédiatrique de chirurgie orthopédique et traumatologique; Dr Christopher J. Newman, Unité de neuropédiatrie et neuroréhabilitation pédiatrique, Département médico-chirurgical de pédiatrie, CHUV, Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2014;10:1461-5.

Facteurs protecteurs et aggravants

Tout comme le fair-play et le respect strict des règles du jeu (tant de la part des joueurs que de celle des arbitres tenus de les faire appliquer), l’apprentissage d’un geste technique adéquat se révèle propice à la prévention des commotions cérébrales, même s’il ne prémunit pas de tout (les duels restent source majeure d’incident).

Lors d’un contrôle de la tête pendant un match de football (en moyenne, six fois par match), réceptionner le ballon en le frappant sur le haut du front tout en balançant son corps vers l’avant peut réduire significativement le risque de commotion cérébrale.

Certaines normes matérielles ont elles aussi leur importance pour protéger la tête: un ballon correctement gonflé se déformera mieux au contact du corps et évitera une rencontre trop violente.

Enfin, les antécédents de CC conditionnent la réponse aux expositions ultérieures et peuvent l’aggraver. C’est ce qu’illustre le football américain, qui détient le triste record annuel de traumatismes crâniens aux Etats-Unis et qui génère souvent plusieurs chocs chez un même joueur.

Perspectives

A l’avenir, certaines techniques d’imagerie pourraient permettre de mettre en relation la gravité et le nombre de commotions cérébrales chez un même individu d’une part, et la survenue de maladies neurologiques ou psychiatriques d’autre part. Mais il ne s’agit pour l’heure que d’hypothèses à explorer car les indicateurs à étudier ne sont pas spécifiques de la pathologie et risqueraient de biaiser les conclusions scientifiques.

Quoi qu’il en soit, tous les patients –par fierté ou par méconnaissance, les hommes acceptent moins que les femmes de reconnaître l’affection– doivent observer une période de repos absolu d’un jour ou deux. Viennent ensuite la reprise progressive des activités puis le retour sur le terrain. La persistance des symptômes (syndrome post-commotionnel, ou SPC) étant relativement rare, la guérison sans séquelles est observée au bout de 7 à 10 jours dans la très grande majorité des cas.

_________

 

Références

Adapté de «Commotions cérébrales et sport: trop souvent méconnues», par Dr Pierre-Etienne Fournier, Clinique romande de réadaptation Suva-Care, Swiss Olympic Medical Center, Sion. In Revue Médicale Suisse 2014;10:1457-60. En collaboration avec l’auteur.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le sportif opéré d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou doit s’armer de patience avant de pouvoir retourner à l’entraînement. Il devra également travailler dur pour récupérer son niveau de performance d’avant l’accident. Pour optimiser les chances de réussite, les médecins proposent six critères à remplir avant d’autoriser la reprise du sport pratiqué.

Une forme aquatique

En bord de mer ou de lac, l’été est propice aux sports aquatiques. Quel est l'impact sur la santé de la natation, du paddle, de l’aviron ou du ski nautique? Quels risques présentent-ils? Les réponses de Stéphane Borloz et Vincent Chollet, deux médecins du sport à la Clinique Bois-Cerf à Lausanne.
Courir, c’est bon pour la santé, mais il faut savoir bien doser

Courir, c’est bon pour la santé, mais il faut savoir bien doser

Alors que la saison des marathons démarre, les médecins rappellent les zones critiques liées à la pratique intensive de la course: articulations et hydratation.
Videos sur le meme sujet

Tendinites: tendinoses et autres tendinopathies

Le sport est bon pour la santé. Le problème, c'est que trop sollicités, notre squelette, nos muscles et nos tendons peuvent parfois nous faire souffrir.

Premiers secours: tous utiles

En Suisse, les secours professionnels sont efficaces. Malgré des interventions rapide, il reste toujours un laps de temps durant lequel tout un chacun peut agir, et jouer un rôle important pour la victime d'une maladie ou d'un accident.

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.
Maladies sur le meme sujet
morsures chiens

Morsure d'animal

Les morsures d'animaux peuvent être superficielles ou profondes. Elles peuvent se compliquer d'une infection, d'un tétanos ou de la rage et, s'il s'agit d'un serpent, d'une envenimation.

Entorse de la cheville

Une entorse est une lésion des ligaments de la cheville, le plus souvent suite à un mauvais mouvement du pied. A l'exception des entorses graves, la plupart guérissent sans complication.

Radio d'un crâne

Traumatisme crânien

Lors d'un traumatisme crânien, il est important de surveiller attentivement les symptômes pour déceler les éventuelles lésions au cerveau.

Symptômes sur le meme sujet
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un
cheville tordue

Entorse

Je me suis tordu la cheville
Chien aboyant avec ces crocs bien en vue

Morsure animale

J'ai été mordu(e) par un animal