Traitements du cancer et fertilité: nouvelles approches

Dernière mise à jour 21/09/15 | Article
Traitements du cancer et fertilité: nouvelles approches
Pour une femme, devoir renoncer à un désir d’enfant après un traitement anticancéreux n’est plus obligatoire. Aujourd’hui, différentes options permettent de préserver la fertilité.

Durant la période 2003-2007, 965 cas de cancer ont été diagnostiqués dans les cantons de Vaud et Genève chez des femmes âgées de moins de 40 ans. Pour un nombre croissant d’entre elles, les progrès des traitements oncologiques permettent d’envisager une guérison. Mais ceux-ci consistent généralement en une chimiothérapie et/ou une radiothérapie qui comporte potentiellement des risques concernant la fertilité ou une insuffisance ovarienne. Des conséquences difficiles à vivre pour les femmes qui présentaient un désir de grossesse.

Aujourd’hui, grâce aux avancées en médecine de la reproduction, il est possible d’avoir recours à différentes options de préservation de la fertilité. Il est donc important de consulter un spécialiste pour discuter du risque d’infertilité le plus tôt possible avant de débuter un traitement potentiellement toxique pour les organes reproducteurs.

La stimulation ovarienne

La stimulation ovarienne est la technique de choix actuellement, car elle n’est plus considérée comme un traitement expérimental. Comme dans le cadre d’une fécondation in vitro (FIV), le traitement consiste à stimuler la croissance folliculaire par des injections d’hormones, puis à déclencher l’ovulation pour permettre la ponction d’ovocytes matures.

Deux possibilités sont alors proposées. Les ovocytes récoltés peuvent être directement cryoconservés, ce qui laisse la possibilité à la patiente de les féconder ultérieurement avec le partenaire de son choix. Ils peuvent également être fécondés immédiatement par le sperme du partenaire afin d’obtenir des ovocytes imprégnés qui seront également cryoconservés. Si le nombre d’ovocytes récoltés est suffisant, les deux approches peuvent être combinées. La possibilité de vitrifier des ovocytes matures représente une avancée majeure puisque la patiente n’a plus la nécessité d’avoir un partenaire.

La stimulation ovarienne ne doit pas retarder le début du traitement oncologique local ou systémique. Le premier protocole pouvant être mis en place, le plus court, débute au deuxième ou troisième jour des règles par l’injection d’hormones qui vont stimuler les ovaires. Lorsque la croissance folliculaire est considérée comme adéquate, l’ovulation est déclenchée. La ponction d’ovocytes est alors planifiée 35 à 36 heures plus tard.

Une nouvelle approche, la stimulation ovarienne dite random start, permet toutefois de ne pas attendre le début du cycle menstruel. La stimulation est débutée indépendamment du cycle, ce qui évite de devoir attendre les règles suivantes pour commencer le traitement.

Techniques expérimentales

Lorsque la stimulation ovarienne ne peut être envisagée, d’autres options peuvent être examinées, telles que la maturation in vitro (MIV), une technique expérimentale proposée dans certains centres spécialisés. Elle consiste à ponctionner des follicules juste avant le stade de follicule mûr en l’absence de stimulation ovarienne. Les ovocytes sont ensuite mûris en laboratoire puis vitrifiés.

La technique de prélèvement et de cryoconservation de cortex ovarien, également considérée comme expérimentale, peut être proposée lorsque le traitement oncologique doit être initié de façon urgente et ne permet pas la réalisation d’une stimulation ovarienne avec prélèvement et vitrification d’ovocytes matures. De plus, elle est la seule technique envisageable chez les patientes prépubères.

Un groupe spécialisé en Suisse romande

Le Réseau romand de cancer et fertilité (RRCF) est un groupe multidisciplinaire regroupant spécialistes en médecine de la reproduction, gynécologues oncologues, oncologues médicaux, pédiatres, infirmières et psychologues des hôpitaux, cliniques et cabinets privés de Suisse romande. Son but est d’offrir une prise en charge individualisée intégrant la problématique oncologique et celle de la fertilité à toutes les femmes confrontées à un cancer.

Des plaquettes d’information spécifiques à certains cancers sont accessibles à l’adresse suivante: www.grssgo.ch/public-information/cancer-fertilite.html

_________

Références

Adapté de «Techniques de préservation de la fertilité chez la femme en âge de procréer», Drs Nicolas Vulliemoz et Dorothea Wunder, Unité de médecine de la reproduction; Dr Marie-Pierre Primi, Laboratoire d’andrologie et de biologie de la reproduction, Département de gynécologie-obstétrique; Dr Lucien Perey. Département d’oncologie, CHUV; Drs Hélène Gaitzsch et Isabelle Streuli, Unité de médecine de la reproduction et endocrinologie gynécologique, Département de gynécologie-obstétrique HUG; Dr Lucien Perey, Service d’oncologie, Ensemble hospitalier de la Côte, 1110 Morges. In Revue Médicale Suisse 2014;10:1961-8, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Appareil génital masculin
Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Certains hommes souffrent de douleurs aux testicules. La plupart du temps, la nature de ce problème est...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Le déroulement de la circoncision

Le Pr Olivier Reinberg, chirurgien pédiatrique explique quelle est à son sens la meilleure technique...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Circoncision: anesthésie indispensable, mais pas sans risques

Les circoncisions rituelles se font encore souvent à vif. Or, l’enfant, même nouveau-né, ressent la douleur,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule biliaire

Chaque année en Suisse, environ 330 personnes développent un cancer de la vésicule ou des voies biliaires. 57% des personnes touchées sont des femmes, 43% des hommes.

ultrason de la thyroïde

Cancer de la thyroïde

Chaque année en Suisse, près de 600 personnes développent un cancer de la thyroïde, ce qui correspond à presque 2% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant