Toujours plus de couples recourent à la PMA

Dernière mise à jour 26/04/16 | Article
Toujours plus de couples recourent à la PMA
Discipline en plein essor, la procréation médicalement assistée (PMA) doit composer avec une opinion publique sensible et des progrès technologiques rapides et constants.

Les couples infertiles recourent toujours davantage à la PMA. Entre 2002 et 2010, leur nombre a doublé, passant de quelque 3000 par an à plus de 6000. Depuis 2010, chaque année en Suisse environ 2000 bébés voient le jour grâce à cette technique.

Sur le plan médical, l’infertilité est définie comme l’incapacité à obtenir une grossesse après 12 mois ou plus de rapports sexuels non-protégés. Elle affecte les couples sur les plans physique, psychique et social. «Ce n’est donc pas un hasard si les HUG proposent une prise en charge globale, comprenant un accompagnement psychologique dès la première consultation», indique la Dresse Isabelle Streuli, médecin adjointe agrégée responsable de l’unité de médecine de la reproduction et d’endocrinologie gynécologique.

Débat public

La première naissance après une fécondation in vitro remonte à 1978 au Royaume-Uni. La décennie suivante voit arriver la stimulation hormonale, la ponction des ovules guidée par échographie et la congélation des embryons. Dans les années 90, apparaît l’injection intracytoplasmique de spermatozoïde (ICSI) – prononcez ixi – pour le traitement des infertilités d’origine masculine. Plus récemment, le développement de la vitrification – une méthode de congélation – permet désormais une congélation d’ovules aux femmes atteintes de maladies pouvant altérer leur fertilité future.

Toutefois, «avancées technologiques» ne riment pas toujours avec «pratiques cliniques». En effet, les convictions éthiques et religieuses tendent à se focaliser sur la procréation. Par conséquent, l’intervention de la médecine dans ce domaine fait l’objet d’un débat public récurrent. Ceci explique certaines lenteurs. «La loi suisse sur la PMA détermine combien d’embryons peuvent être développés et implantés et limite la conservation d’ovules fécondés à cinq ans. Le don de sperme est autorisé chez les couples hétérosexuels mariés alors que le don d’ovule, le diagnostic génétique préimplantatoire et la maternité de substitution sont interdits», remarque la Dresse Streuli.

La congélation d’ovules

D’un autre côté, les évolutions sociétales sont rapides et parfois surprenantes. Qui n’a pas lu que Facebook ou Apple soutiennent financièrement les collaboratrices qui désirent congeler leurs ovules? «Les demandes de congélations par choix personnel existent aussi aux HUG. On en compte aujourd’hui une dizaine par an. Mais elles émanent moins d’employées carriéristes que des femmes proches de la quarantaine qui viennent de se séparer», reprend la spécialiste.

Reste que la PMA est bien entendu destinée en priorité aux couples souffrant d’infertilité. Qu’elle soit d’origine masculine, féminine, mixte ou sexuelle. Les causes de l’infertilité masculine sont liées à la production des spermatozoïdes et à leur transport.

Chez les femmes, les causes de l’infertilité sont classées en plusieurs catégories: les problèmes touchant l’utérus, les trompes de Fallope ainsi que le fonctionnement des ovaires et leur capacité à ovuler. L’endométriose est également un facteur d’infertilité. Et bien entendu, il y a l’âge. «Il faut savoir que le nombre et la qualité des ovules diminuent avec l’âge. A plus de 43 ans les chances de succès d’une PMA sont quasi nulles», précise la Dresse Streuli.

Aux HUG, la FIV représente environ la moitié des traitements. Les autres approches de l’infertilité proposées sont l’induction et la stimulation de l’ovulation, les inséminations et la chirurgie. L’assurance maladie de base couvre les investigations médicales, les inductions de l’ovulation, trois stimulations et inséminations par grossesse. La PMA, en revanche, est à la charge du couple et coûte entre 4000 et 6000 francs aux HUG (hors médicaments).

L’humain au premier plan

Entreprendre un traitement pour avoir un enfant n’est jamais anodin. Tout au long de ce parcours riche en émotions, les cinq infirmières de procréation médicalement assistée (PMA) apportent aux couples un indéfectible soutien psychologique, logistique et pédagogique. «Leur rôle est capital. Elles sont le fil rouge et les garantes d’une bonne coordination tout au long de la prise en charge», appuie Séverine Baudry, infirmière responsable d’unité au service de gynécologie.

S’il y a bien sûr les soins à réaliser, leur travail se situe d’abord au niveau humain. «Nous devons anticiper les besoins sur les plans personnel, social ou psychologique. C’est une période de leur vie où les couples se posent une foule de questions essentielles pour eux. Nous sommes là pour y répondre de la meilleure façon possible», indique Laurence Fonteneau, infirmière au service de gynécologie et d’obstétrique. Maris et femmes reçoivent des informations sur le cycle de la fécondité naturelle et des explications sur les différentes causes d’infertilité. «Et lorsqu’une décision de traitement a été prise, nous nous assurons que la méthode choisie a été bien comprise et nous détaillons les diverses étapes de la prise en charge», conclut Valérie Morin Yavuzes, également infirmière au service de gynécologie et d’obstétrique.

La médecine de la reproduction en chiffres

 

______

Source 

Magazine Pulsations:

http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/n27_pulsations_janvier_fevrier_2016.pdf

A LIRE AUSSI

Appareil génital masculin
Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Certains hommes souffrent de douleurs aux testicules. La plupart du temps, la nature de ce problème est...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Le déroulement de la circoncision

Le Pr Olivier Reinberg, chirurgien pédiatrique explique quelle est à son sens la meilleure technique...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Circoncision: anesthésie indispensable, mais pas sans risques

Les circoncisions rituelles se font encore souvent à vif. Or, l’enfant, même nouveau-né, ressent la douleur,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
Spermatozoïde

Désir d’enfant après une vasectomie

Après une vasectomie, 2 à 6% des hommes souhaitent de nouveau avoir des enfants. Il y a deux options à disposition, mais il est important de noter qu’une grossesse ne peut jamais être garantie avec ces deux techniques.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant