Circoncision: la croisade numérique des «intactivistes»

Dernière mise à jour 17/10/13 | Article
Circoncision: la croisade numérique des «intactivistes»
Il existe bel et bien des informations factuelles sur la circoncision – mais vous ne les trouverez pas facilement sur Internet.

Aux Etats-Unis, les parents qui souhaitent se renseigner sur ses avantages et ses risques sont moins susceptibles de tomber sur le site des Centers for Disease Control and Prevention que sur celui d'Intact America, qui confronte ses visiteurs à un nourrisson hurlant et ensanglanté – et qui exige que les hôpitaux «cessent de mener des expériences sur les bébés de sexe masculin». Il suffit d'une simple recherche sur Google pour tomber sur Circumcision Complex, site selon lequel la circoncision entraîne un complexe d'Œdipe et de castration – sans parler de la supposée brutalité physiologique de l'acte. Et si vous parvenez à trouver l’un des rares articles raisonnables et bien informés sur la circoncision, vous serez assailli par une foule de commentaires assassins accusant l’auteur d’encourager la «mutilation génitale».

Comment les choses en sont-elles arrivées là? La circoncision était autrefois une décision privée, encouragée par de nombreux médecins, pratiquée par la plupart des familles (en Amérique, tout du moins), mais dont on parlait peu dans la sphère publique. Mais depuis deux décennies, un groupe marginal de militants (qui se font appeler «intactivistes») détourne le débat, écarte les arguments scientifiques, envoie balader la raison et lance d’atrabilaires accusations contre quiconque ose remettre en question leur théorie du complot. Pour les médecins, la circoncision demeure une question délicate et complexe; pour les chercheurs, c’est un outil efficace dans leur combat pour la santé publique mondiale. Mais pour les intactivistes, rien de tout cela n’a d’importance. Internet est censé être un espace permettant d’échanger des idées, un espace où la raison humaine permet aux meilleures idées de prendre leur essor. Nombre de groupes marginaux forts en gueule répandent de fausses informations aux quatre coins de la toile, mais aucun d’entre eux n’égale la capacité des intactivistes à noyer les arguments raisonnables.

Pour tout ce qui touche à la circoncision, le marché des idées est désormais manipulé, et «grâce» aux intactivistes, les idées les plus néfastes ont pris le dessus. Par ailleurs, leur obsession pour le sexe est si omniprésente qu'elle en est inquiétante. Reste que leur stratégie est parfois astucieuse. La première règle des militants anti-circoncision? Ne jamais – jamais! – prononcer le mot «circoncision». Le mouvement préfère employer des termes de propagande, comme «excision génitale masculine» et «mutilation génitale», qui évoquent l'odieuse pratique de la mutilation génitale féminine. Les intactivistes aiment à prétendre que la circoncision et l'excision sont équivalentes – un mensonge pur et simple qui insulte les victimes des mutilations génitales féminines.

Les militants anti-circoncision mènent un double assaut contre deux faiblesses humaines particulièrement tenaces: le manque d'assurance sexuelle et le ressentiment de l'enfant pour ses parents. Les intactivistes vous expliquent que vos parents vous ont mutilé lorsque vous étiez un nourrisson sans défense, qu'ils ont violé vos droits humains et votre intégrité physique. Qu'ils ont détruit la partie la plus importante de votre pénis sans votre consentement – décision qui vous prive d'une grande partie de votre plaisir sexuel et qui vous condamne à vivre (tant bien que mal) avec un membre mutilé pour le restant de vos jours. Les militants anti-circoncision vouent une adoration quasi religieuse aux pouvoirs mythiques du prépuce, auquel ils attribuent la majorité du plaisir que procure l'acte sexuel. A les entendre, votre prépuce tant regretté aurait pu vous procurer moult joies et satisfactions. Sans lui, vous seriez condamné à une existence sans plaisir, sans saveur – et peut-être même sans sexe.

C'est grâce à leur ténacité – et à elle seule – que les intactivistes sont aujourd'hui reconnus et que leur cause est approuvée par une partie du grand public. Leur stratégie la plus efficace? L'omniprésence. C'est elle qui conduit le néophyte à penser que leurs étranges obsessions sont communément partagées. Il suffit de faire un tour sur la section «commentaires» de n'importe quel article parlant de circoncision pour comprendre. Lorsque Troy Patterson, journaliste à Slate.com, a consacré un papier des plus sérieux aux avantages et aux inconvénients de la circoncision, on l'a immédiatement accusé de soutenir la «pratique barbare» de la «mutilation», qui «devrait être illégale». Une chronique «Dear Prudence» bon enfant a connu le même sort. Sur Amazon, les intactivistes ont fait plonger la note d'un livre consacré au sida (qui mentionnait la circoncision parmi les mesures préventives efficaces). Allez sur n'importe quel forum en ligne, et vous les verrez colporter ces mêmes idées (présentées comme des vérités inattaquables): la circoncision est une amputation, une forme de maltraitance brutale, cruelle et abjecte. Elle endommage le pénis et viole les droits humains. Elle gâche – indéniablement et irrévocablement – la sexualité de l'homme pour le reste de son existence.

La faille de ces arguments? Soit ils sont créés de toutes pièces, soit ils ont déjà été réfutés en long et en large. Les pierres angulaires de l'argumentaire intactiviste ne reposent pas sur la réalité ou sur la science, mais sur des sophismes diaboliquement efficaces, simple «sagesse» populaire érigée en raisonnement logique. Dès lors, il est souvent difficile de dénicher des informations factuelles sur une Toile regorgeant d'arguments spécieux. La chose est toutefois possible. Et ces informations prouvent que malgré la domination numérique des intactivistes, le consensus réel – fondé sur des faits – penche dans l'autre direction.

Prenons l'exemple de leur principal cri de ralliement, selon lequel la circoncision réduirait sérieusement la sensibilité du pénis – et, par conséquent, le plaisir sexuel. De nombreuses études ont prouvé qu'il n'en est rien. Certains hommes circoncis à l'âge adulte ont même dit avoir gagné en sensibilité; de nombreux autres ne font état d'aucune différence notable. Aucun ou presque n'a affirmé avoir perdu en sensibilité. Les hommes circoncis à l'âge adulte ne font par ailleurs état d'aucune perte de plaisir sexuel après l'intervention. Ce qui correspond à ce qu'a rapporté ma collègue Emily Bazelon il y a quelques années lorsqu'elle a demandé à ses lecteurs circoncis de témoigner sur ce sujet. Sous l'effet d'une stimulation érotique, la sensibilité génitale est identique chez les hommes circoncis et non-circoncis. Les témoignages individuels ne vous suffisent pas? Une analyse méthodique de l'ensemble des données disponibles sur la circoncision est parvenue aux mêmes conclusions. Les intactivistes ne se contentent pas de contester les conclusions d'une poignée d'études peu crédibles: ils s'en prennent à un domaine de recherche dans son ensemble.

Voilà pour les effets «dévastateurs» de la circoncision sur le plaisir sexuel. Mais qu'en est-il de son impact sur la santé? Les intactivistes aiment à prétendre que la circoncision est «inutile sur le plan médical». En réalité, elle demeure une mesure préventive des plus efficaces contre les maladies aux quatre coins du globe. La circoncision réduit les risques d'infection par le VIH d'environ 60% à 70% chez les hommes hétérosexuels, et réduit les risques de contracter le VIH tout au long de la vie d'un homme (à la différence des préservatifs, qui doivent être utilisés lors de chaque rapport sexuel). Rien d'étonnant, donc, à ce que l'Organisation Mondiale de la Santé défende la pratique de la circoncision en tant qu'arme de choix dans la lutte contre l'épidémie d'infections par le VIH.

Mais là n'est pas le seul avantage de la circoncision. Elle peut aussi protéger les hommes contre plusieurs MST, réduisant par exemple les risques de contracter l'herpès et la syphilis. Par ailleurs, la circoncision est une mesure de prévention particulièrement efficace contre la transmission du VPH chez les hommes, réduisant par là même les risques de développer un cancer du pénis. Les hommes circoncis sont par ailleurs beaucoup moins susceptibles de contracter des verrues génitales ou de développer des infections des voies urinaires. Moins de circoncision signifierait plus de MST et d'infections – soit plusieurs milliards de dollars de plus en dépenses de santé.

Sur le plan personnel comme sur celui de la santé publique, la circoncision est donc clairement avantageuse pour tout homme. Mais comme on pouvait s'y attendre, les intactivistes ne s'avouent pas vaincus. A l'image des théoriciens du complot qui peuplent les organisations anti-vaccins, les militants anti-circoncision rejettent toute conclusion scientifique s'opposant à leur doctrine faite de colère et de victimisation. La circoncision peut-elle vraiment prévenir la transmission du VIH? Probablement pas, disent-ils – mais même si elle le pouvait, elle augmenterait les risques en amenant hommes et femmes à baisser leur garde face à la maladie! C'est complètement faux, mais ils s'en contrefichent. A les en croire, les taux de complication de la circoncision sont si élevés que ses avantages sont inévitablement rattrapés par ses inconvénients. Pur mensonge, là encore. Au final, pour un intactiviste, une mutilation reste une mutilation; qu'importe sa contribution au bien commun!

Pour l'heure, l'assaut idéologique de ces militants s'avère essentiellement – mais pas entièrement – inefficace. Les mouvements cherchant à faire interdire la circoncision au niveau municipal se sont sabordés à force de bizzarerie; en Allemagne, une mesure anti-circoncision a été annulée par les députés. Mais sur Internet, c'est une autre histoire. Une génération de futurs médecins, de futurs scientifiques et de futurs parents a été exposée à un flux ininterrompu de mensonges hargneux et d'arguments non scientifiques. On a expliqué à des hommes du monde entier que leurs parents avaient mutilé leurs parties génitales; qu'ils avaient gâché leur vie sexuelle. Certains tentent même de réparer les «dégâts», et ce n'est pas gratuit. La sagesse populaire intègre peu à peu l'idée selon laquelle la circoncision peut avoir des effets positifs sur la santé – mais négatifs sur la vie sexuelle. En somme, les intactivistes sont en train de remporter la bataille numérique. Finiront-ils par vaincre sur tous les tableaux?

Article original: http://www.slate.com/articles/health_and_science/medical_examiner/2013/09/intactivists_online_a_fringe_group_turned_the_internet_against_circumcision.html

A LIRE AUSSI

Appareil génital masculin
Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Certains hommes souffrent de douleurs aux testicules. La plupart du temps, la nature de ce problème est...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Le déroulement de la circoncision

Le Pr Olivier Reinberg, chirurgien pédiatrique explique quelle est à son sens la meilleure technique...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Circoncision: anesthésie indispensable, mais pas sans risques

Les circoncisions rituelles se font encore souvent à vif. Or, l’enfant, même nouveau-né, ressent la douleur,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Une femme à vélo

Sexe et petite reine: penser à son guidon

La bicyclette, c’est la vie au 1/43ème: de longues plages de plaisirs fréquemment interrompues par d’épineuses souffrances. Et pédaler n’est pas tout. Il faut aussi songer, en amont des jambes et de cuisses, au devenir de ses parties intimes.
Première greffe de pénis aux Etats-Unis: plus d’un millier de jeunes militaires concernés

Première greffe de pénis aux Etats-Unis: plus d’un millier de jeunes militaires concernés

L’affaire, comme de juste, fait le gros titre du «New York Times»(1): «Man Receives First Penis Transplant in the United States». Cette première greffe de pénis pratiquée aux États-Unis vient d’être tentée au Massachusetts General Hospital de Boston. L’établissement a, sur ce thème, diffusé un long communiqué de presse.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.

Cancer de la prostate, s'informer pour mieux faire ses choix

Cancer le plus fréquent chez l'homme après 65 ans, il en touche 2700 en Suisse et cause 1300 décès chaque année. Que faire lorsqu'on approche des cinquante ans? Faut-il se faire dépister, et si le test est positif… quelle suite peut-on lui donner? Petit aperçu avec le Dr. Patrice Jichlinski.