Une démarche ralentie peut être le signe annonciateur d’une démence précoce

Dernière mise à jour 15/09/14 | Article
Une démarche ralentie peut être le signe annonciateur d’une démence précoce
Une vaste étude internationale conclut qu’il est possible de détecter un état de pré-démence à partir de la vitesse de la marche. Explications

La manière dont nous marchons (la vitesse de la marche notamment) peut, avec le temps, constituer un indice fiable quant à notre vieillissement cérébral. A ce titre, elle pourrait éventuellement permettre aux médecins de prédire le degré de risque d’apparition d’une démence précoce. C’est là le thème d’un vaste travail dirigé par le Pr Joe Verghese, spécialiste de neurologie et de gériatrie à l'Albert Einstein College of Medicine. Ce travail a été mené sur près de 27000 participants âgés de 60 ans et plus vivant dans dix-sept pays et souffrant ou non de démence. Ses conclusions viennent d’être publiées dans la revue Neurology(1).

Outils simples et peu coûteux

Il s’agit d’une des nombreuses tentatives menées pour trouver et développer des outils de diagnostic simples et peu coûteux permettant de déterminer si une personne est ou non exposée à un risque de démence. Un test simple associant la mesure de certaines des capacités cognitives et la vitesse de marche pourrait fournir un nouvel outil de diagnostic qui serait, en outre, peu coûteux. Les auteurs mettent en garde: la vitesse de la marche d’une personne entrant dans le troisième âge peut être affectée par de multiples causes organiques, et ne peut donc pas constituer un élément unique de diagnostic.

10% de personnes concernées

En pratique, le test repose sur la mesure de la vitesse de marche et sur quelques questions simples concernant les capacités cognitives de la personne. Rapide, il est donc à la portée de tous les professionnels de santé – à commencer par ceux qui n’ont pas accès aux matériels de neuro-imagerie ou aux dosages de marqueurs biologiques. En observant un très grand nombre de patients, les auteurs ont remarqué que lorsqu’une personne âgée marchait lentement, il y avait une grande probabilité pour qu’elle présente par ailleurs des troubles cognitifs.

Une personne sur dix présentait des résultats positifs au test. Ceux-ci étaient plus fréquemment retrouvés chez les hommes ainsi que chez des personnes ayant fait peu d’études. Un résultat positif est associé à un risque doublé de développement d’une démence précoce au cours des douze années suivantes.

0,8 mètre/seconde

Un résultat positif doit pousser les soignants à rechercher des causes connues de démence (hypertension artérielle, tabagisme, hypercholestérolémie, obésité, diabète…). Causes qui peuvent être corrigées. Plusieurs études publiées ces dernières années (notamment dans le Journal of the American Medical Association (JAMA)), avaient également montré l’intérêt de la mesure de la vitesse de la marche des personnes âgées, une vitesse associée à la durée de l’espérance de vie. Concrètement, à 75 ans, une vitesse de marche d'environ 0,8 mètre / seconde correspond à l'espérance de vie moyenne. En deçà, l’espérance de vie est inférieure à la moyenne – au-delà elle est supérieure à la moyenne.

_________

(1) Un résumé (en anglais) de la publication de Neurology est disponible ici

(2) L’étude (en anglais) du JAMA est disponible ici

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Alzheimer

Il existe enfin une piste sérieuse pour soigner l’alzheimer

Un médicament développé par une équipe zurichoise, dans le cadre d’une étude menée sur 165 patients, semble ralentir le déclin cognitif. Les spécialistes affichent un optimisme prudent.
ados_crise

Ados, survivre à leur crise...et à la nôtre

Et si l’adolescence était aussi une période de grande remise en question pour les parents? C’est le postulat de Nino Rizzo, psychologue et psychothérapeute à Genève et auteur de «Parents d’ados. Une crise peut en cacher une autre», aux éditions Médecine & Hygiène. Interview.
promesses_neurostimulation

Les promesses de la neurostimulation

Un ophtalmologue propose des séances de stimulation visuelle aux sportifs d’élite pour améliorer leur capacité à traiter l’information et développer leurs performances perceptivo-cognitives. Les résultats sont spectaculaires.
Videos sur le meme sujet

La violence conjugale: Elle est inacceptable!

La violence entre conjoints touchent majoritairement les femmes, mais aussi les hommes. Les caméras de L'antidote abordent le sujet avec Philip Jaffém psychologue et directeur de l'institut universitaire Kurt Bosch à Bramois.

Les T.O.C, la prison psychologique

L'ordre, la rigueur, le fait de vérifier si une tâche est bien accomplie, ces traits de caractère sont à priori plutôt considérés comme étant des qualités. Mais parfois ces qualités peuvent se transformer en handicap. Cette vidéo vous parle des T.O.C ou Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.
Symptômes sur le meme sujet
Pense-bête

Perte mémoire

J’ai (il a) des pertes de mémoire