L’effet paradoxal du stress

Dernière mise à jour 10/11/16 | Article
effet_paradoxal_stress
Parfois bénéfique, parfois délétère, le stress conditionne nos capacités de mémorisation. Un équilibre fragile qui, une fois rompu, peut tout faire basculer.

Essentiel à notre survie, le stress nous permet de nous adapter à un environnement parfois exigeant ou éprouvant. Grâce à un cortège de réactions physiologiques, il accroît nos performances face à une échéance, aiguise notre vigilance dans des situations de menace ou encore accélère notre fuite en cas de danger. Décuplant, en fonction des circonstances, la force de nos muscles ou la réactivité de nos neurones, le stress conditionne aussi notre mémoire.

Un état de vigilance dans un climat calme, saupoudré d’un soupçon de stress pour stimuler notre cerveau… telle est la situation idéale qui permettra à notre mémoire de bien fonctionner. Car, grâce à la stimulation fournie par cette pointe de stress, notre attention sera meilleure, tout comme l’ancrage des informations dans nos souvenirs. Seulement, de stimulant et bénéfique dans des proportions raisonnables, le stress peut basculer vers une influence délétère.

Mémoire chamboulée

Imaginez la scène: assis face à votre télévision, vous regardez les résultats de la loterie, quand, l’un après l’autre, vos numéros s’affichent, jusqu’à calquer à l’identique la combinaison de votre ticket. Sans aucun doute, une émotion vertigineuse va vous étreindre et vous propulser dans un état de «saturation émotionnelle», déclenchant des réponses intenses du système nerveux dit «végétatif»: accélération du cœur, pic de pression artérielle, etc. Cet envahissement de réponses émotionnelles et hormonales est assimilable à un stress majeur, même si la nouvelle est prodigieusement bonne.

Qu’en est-il de la mémoire dans ce tourbillon? Elle est comme sur un ballon rebondissant, elle aussi! Conséquence: il est très probable que tout ce qui vous sera dit pendant ces minutes d’excitation s’envolera aussitôt, et il faudra vous répéter les choses plusieurs fois pour que vous les reteniez vraiment, une fois la vague d’émotion retombée.

Trop-plein d’émotions

Lors d’une bouffée de stress, notre mémoire est en proie à deux phénomènes. D’un côté, elle est débordée par le flux d’hormones secrétées par les glandes endocrines (adrénaline et cortisol en tête). De l’autre, elle voit un rapport de force éclater entre l’amygdale, centre de la peur et des émotions fortes, et l’hippocampe, l’enregistreur de nos souvenirs. Très proches l’une de l’autre dans les profondeurs du cerveau, ces deux structures s’influencent mutuellement. Et, quand l’amygdale génère un flot d’émotions fortes, son activité déborde jusqu’à inhiber l’hippocampe. Alors, les performances de la mémoire s’effondrent. Elle ne parvient à faire qu’un enregistrement très parcellaire et peu fiable des faits vécus sur le moment, et a le plus grand mal à retrouver les faits déjà enregistrés. C’est alors le trou noir, l’absence totale de souvenirs. Mais, à l’inverse, ceux-ci peuvent aussi devenir trop présents et leur réminiscence d’une violence pathologique. Une situation qui se rencontre lors de stress post-traumatique.

________

Paru dans Générations, Hors-série «Tout savoir sur notre mémoire», Novembre 2016.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Quand les ados flirtent sur le web

Échanger des photos de son corps érotisé est une pratique désormais fréquente parmi les jeunes. Pour éviter les dérives, la meilleure prévention est d’oser le dialogue.

Écrans: amis ou ennemis de nos ados?

4,4 heures en semaine. 7,4 heures le week-end. C’est en moyenne le temps passé par un adolescent sur un écran chaque jour1. Quelles en sont les répercussions ?
Videos sur le meme sujet

Zoom sur le syndrome de stress post traumatique complexe

Anne Baecher se penche sur une souffrance psychique méconnue.

Du nouveau sur la mémoire à long terme

Silvio Dolzan s'intéresse à la mémoire à long terme.

Qu'est-ce que le stress?

On a le cœur qui bat plus vite, on transpire, on a la bouche sèche et une sensation de boule au ventre… pas de doute, c'est le stress. Comment cela fonctionne?