Acné: démêlons le vrai du faux

Dernière mise à jour 30/05/13 | Vrai/Faux
Acné: démêlons le vrai du faux
Ils bourgeonnent sur les peaux jeunes, comme les fleurs éclosent sur les arbres au printemps: les boutons d’acné sont un passage quasi obligé de l’adolescence. Avec le Dr Bernard Noël, dermatologue au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), nous vous disons tout – ou presque – sur ces indésirables.

L’acné touche surtout les jeunes

VRAI. L’acné est une maladie qui survient à la puberté en lien avec les modifications hormonales. Peu d’adolescents y coupent. Des mécanismes hormonaux, génétiques et bactériens en sont à l’origine. Concrètement: une surproduction de sébum par les glandes sébacées va obstruer les pores de la peau. Son accumulation va alors favoriser la prolifération des bactéries.

Cela dit, au-delà de 30 ans, il n’est pas rare que l’acné ressurgisse, souvent en lien avec l’utilisation de cosmétiques, parfois (mais rarement) lors de la grossesse, en présence d’une maladie hormonale (syndrome des ovaires polykystiques) ou endocrinienne sous-jacente. Mieux vaut donc y être attentif, surtout si on n’a jamais eu de gros problèmes de peau durant l’adolescence.

On est inégaux face à l’acné

VRAI. Il y a des tendances familiales claires. S’il y a une composante génétique, il n’y a pas pour autant de «gène de l’acné» et les causes demeurent multifactorielles. Il n’empêche qu’on y est plus ou moins vulnérable et à des degrés divers.

Il y a plusieurs types d’acné

VRAI. Comme il y a plusieurs facteurs déclencheurs, il y a plusieurs formes d’acné également. Tout d’abord, les boutons peuvent apparaître sur le visage, sur le torse et/ou sur le dos. Ensuite, l’acné peut être de type inflammatoire, avec des infections telles que des pustules ou des points blancs, ou rétentionnelle, lorsque le sébum peine à s’évacuer. Plus gravement encore, l’acné peut être qualifiée de nodulo-kystique en présence de kystes sous la peau qui peuvent provoquer des cicatrices sur les zones citées.

L’alimentation a une influence sur la peau

VRAI ET FAUX. La question continue de faire débat. Certes, une alimentation saine et équilibrée est bénéfique pour la santé en général et on ne saurait donc conseiller une nourriture trop grasse et trop sucrée. Toutefois, si régulièrement des aliments comme le chocolat, le salami ou les chips sont accusés d’abîmer la peau, on ne peut affirmer scientifiquement que c’est bien le cas. Certaines personnes mangent mal et n’ont aucun problème de peau, tandis que d’autres mangent très bien et en ont. Sachez encore qu’en cas d’acné, il y a toujours un terrain prédisposant.

Le stress est nocif pour la peau

FAUX. Si le stress en général n’est pas bon pour la santé, il n’est pas pour autant reconnu comme étant un facteur déclencheur ni aggravant de l’acné.

Crèmes et maquillage sont à appliquer avec parcimonie

VRAI. Tous les produits couvrants obstruent les pores. Pour bien faire, il faut mettre le moins de choses possibles sur sa peau afin de la laisser respirer. Le maquillage peut être la cause unique d’acné, en particulier chez les femmes de 20 à 30 ans en lien avec un abus de cosmétiques.

Le soleil est bon pour la peau

VRAI ET FAUX. Le soleil a un léger effet bénéfique sur la peau en raison de son pouvoir anti-inflammatoire, mais attention au retour de balancier. Il n’est pas exclu qu’une poussée de boutons survienne au retour des vacances par exemple. Aussi, il est essentiel de se protéger contre les dangers du soleil en évitant de s’exposer aux heures de pointe, en restant à l’ombre et en mettant de la crème solaire. Mais attention, ces produits peuvent induire de l’acné à cause de leur effet obstructif au niveau des glandes sébacées. Mieux vaut donc choisir un produit solaire adapté à la saison et spécifique pour le visage: on mettra par exemple dans son sac une protection non comédogène, comme un gel non gras. Par ailleurs, en cas d’acné, il faut se méfier des marques que pourrait provoquer le soleil. Après une exposition, il convient de bien nettoyer sa peau pour enlever la crème solaire.

Bien nettoyer sa peau prévient les impuretés

VRAI. Il est important de bien nettoyer sa peau, mais attention aux savons qui la dessèchent et qui vont favoriser la production de sébum et donc d’acné. Il est préférable de choisir des nettoyants au PH neutre, des produits sans savon ou des laits nettoyants.

Les produits anti-acné en vente libre sont utiles

VRAI ET FAUX. Tout dépend du degré de gravité de l’acné et de la composition des produits. Les exfoliants qui désincrustent les pores sont utiles, comme les produits à base d’argile ou d’acides de fruits qui, en provoquant une fine desquamation de la peau, permettent au sébum de s’évacuer. D’autres mesures simples restent importantes et efficaces pour prévenir les problèmes: assurer à la peau une bonne hydratation, mais éviter les produits gras et comédogènes surtout en cas de tendance aux impuretés. Préférez les gels non gras qui offrent un apport en eau (donc pas riches en matière grasse) à la peau. L’usage de lotions toniques, pourtant souvent conseillées, peut en réalité dessécher la peau en raison de l’alcool qu’elles contiennent.

La pilule soigne l’acné

VRAI ET FAUX. La pilule contraceptive n’est pas le traitement de première intention contre l’acné, mais les hormones peuvent avoir un effet positif sur ce phénomène car il est en partie hormonal. Classiquement, on prescrit la Diane 35©, bien que son utilisation à but contraceptif ait récemment fait l’objet de polémiques en France notamment (où elle vient d’être retirée du marché) mais elle continue à être prescrite en Suisse. Les autres pilules peuvent avoir un effet modéré, parfois nul. Et, comme pour tout traitement, des effets secondaires ne sont pas exclus.

L’acné n’est pas une fatalité

VRAI. C’est un problème qui, selon la sévérité, peut être difficile à supporter et affecter la confiance en soi, surtout à une période aussi délicate que peut l’être l’adolescence. Au-delà des aspects psychologiques, en cas d’acné sévère tout particulièrement, il est important de consulter un spécialiste pour éviter les cicatrices à long terme.

Il existe trois grandes classes de traitements pour en venir à bout:

  • En première intention: acheter (en vente libre) un soin exfoliant qui libère les pores, associé à un nettoyant antiseptique. Chez la plupart des gens, cela est suffisant.
  • En cas de résistance: prendre rendez-vous chez un spécialiste en dermatologie. Après évaluation de la situation, il pourra prescrire un antiseptique antibactérien, éventuellement associé à un dérivé de la vitamine A sous forme de lotion, de gel ou de crème. Les antibiotiques locaux ou en comprimés sont aussi très efficaces mais peuvent provoquer des résistances.
  • En cas d’acné sévère: la prescription d’un dérivé de la vitamine A (isotrétinoïne) par voie orale permet de diminuer efficacement la production de sébum en agissant directement sur les glandes sébacées situées en profondeur dans la peau. C’est particulièrement indiqué en présence d’acné nodulo-kystique à cause des risques de cicatrices.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.

A l’écoute des requérants

Le nombre de personnes migrantes prises en charge pour un stress posttraumatique est en constante augmentation depuis 2012.
Soins psychiatriques pour les migrants

Soins psychiatriques pour les migrants

Les requérants d’asile, vulnérables aux problèmes de santé mentale, nécessitent des soins spécialisés et en réseau.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Stress au travail: se battre, s’enfuir ou s’épuiser

L'Antidote se penche sur les effets du stress au travail sur la santé et sur les mesures que peuvent prendre les employés et les entreprises pour lutter contre ce fléau.